Retour
MÉMOIRES DE PIERRES


ACHIET-LE-GRAND


La commune a été décorée de la croix de guerre le 23 septembre 1920


Monument aux morts


Autorisation préfectorale du 20 janvier 1925

Conflits commémorés : 1914-1918, 1939-1945

Marbrier : Octave Bouchez (Arras). Il s'agit du monument n°25 au catalogue

Matériaux : Granit de Belgique (le monument fait 4, 80 m. de haut)
      

Coût et financement : 15 650 francs dont 5845, 75 francs par souscription

Date d'inauguration : Dimanche 31 août 1924


Texte de l'épitaphe :
1914-1918
Achiet-le-Grand
à ses enfants morts pour la France
1914-1918

Liste des noms inscrits au monument aux morts :

1914-1918 :
Victimes militaires :

ALTMAYER Charles

BRIDOUX Paul (BRIDOUX Paul-Emile-Ambroise ?-Joseph. Né le 22 octobre 1893 ? à Frémicourt. Soldat de 2e classe au 1er régiment d’infanterie. Matricule 747, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 29 août 1914 (Aisne), tué à l’ennemi)

COTTEL Jean-Baptiste (COTTEL Jean-Baptiste-Auguste. Né le 18 juillet 1891 à Achiet-le-Grand. Caporal mitrailleur au 150e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 22 août 1914 (Meurthe-et-Moselle), tué à l’ennemi)
Monument aux morts d'Achiet-le-Grand

DEBEUGNY Emile (DEBEUGNY Emile-Hector. Né le 21 janvier 1891 à Bucquoy. Soldat de 2ème classe au 33e régiment d’infanterie. Matricule 636, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 23 août 1914 à Saint-Gérard (Belgique), tué à l’ennemi)

DELAHAYE André (DELAHAYE André-Fernand. Né le 31 mars 1892 à ? (Loir-et-Cher). Caporal au 169e régiment d’infanterie. Matricule 962, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 27 septembre 1914 (Meurthe-et-Moselle), tué à l’ennemi)

BERTOUX Alfred (BERTOUX Alfred-Joseph. Né le 5 mars 1881 à Achiet-le-Petit. Soldat de 2ème classe au 33e régiment d’infanterie. Matricule 42, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 19 février 1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)

BISETTE Louis (BISETTE Louis-Eusèbe. Né le 31 mai 1894 à Achiet-le-Grand. Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied. Matricule 297, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 8 avril 1915 à Maizeray (Meuse), tué à l’ennemi)

CAPON Léon (Né le 26 mai 1886 à Achiet-le-Grand. Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied. Matricule 202, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 21 juin 1915 à Calonne (Meuse), tué à l’ennemi)

LEBRUN Emile (LEBRUN Emile-Louis-Joseph. Né le 12 décembre 1890 à Sapignies. Soldat de 2ème classe au 1er régiment d’infanterie. Matricule 314, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 9 janvier 1915 à Beauséjour (Marne), tué à l’ennemi)

RAIMBAUX Alfred (RAIMBAUX Alfred-Xavier-Arthur. Né le 19 septembre 1894 à Achiet-le-Grand. Soldat de 2ème classe au 50e régiment d’infanterie. Matricule 363, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 31 octobre 1915 à Neuville-Saint-Vaast, tué à l’ennemi)

RAISON Maurice (RAISON Maurice-Joseph-Louis. Né le 5 septembre 1894 à Achiet-le-Grand. Caporal au 4e zouaves de marche. Matricule 364, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 26 avril 1915 à Lizerne (Belgique), tué à l’ennemi)

BACHELET Louis

BEL Augustin (BEL Augustin-Constant-Alexandre. Né le 27 février 1871 à Biefvillers-les-Bapaume. Soldat de 2ème classe au 5e régiment d’infanterie territorial. Matricule 287, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 22 mai 1916 (Meuse), des suites de blessures de guerre)


BOUCHEZ Léon (BOUCHEZ Léon-François-Joseph. Né le 8 avril 1876 à Achiet-le-Grand. Soldat de 2ème classe au 5e régiment d’infanterie territorial. Matricule 696, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 5 mai 1916 (Meuse), des suites de blessures de guerre)

BRUET Alexandre (S’agit-il de BRUET Alexandre. Né le 29 septembre 1881 à Bapaume. Sergent au 33e régiment d’infanterie. Matricule 70, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 18 juin 1916 (Aisne), des suites de blessures de guerre)

BRUSSET Léopold (s’agit-il de BRUSSET Léopold. Né le 15 avril 1885 à Lillers. Maître pointeur au 236e régiment d’artillerie. Matricule 1215, recrutement de Béthune. Mort pour la France le 5 juin 1917, des suites de maladie contractée en service)

DELEAU Marcel (s’agit-il de DELEAU Marcel-Nicolas. Né le 12 octobre 1891 dans le Nord. Maître ouvrier au 9e régiment du génie. Matricule 641, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 29 mai 1917 (Aisne), tué à l’ennemi)

FOURNET Eugène

LANDRIEUX Auguste (LANDRIEUX Auguste-Marie-Alexandre. Né le 15 février 1888 à Lagnicourt. Soldat de 2ème classe au 208e régiment d’infanterie. Matricule 296, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 9 octobre 1917 (Belgique), tué à l’ennemi)

AUCHART Victor

COINTREL Joseph (s’agit-il de COINTREL Joseph. Né le 27 juillet 1883 à Saint-Pol-sur-Ternoise. Sergent au 219e régiment d’infanterie. Matricule 955, recrutement de Béthune. Mort pour la France le 12 janvier 1919 (Ardennes), tué à l’ennemi)

LECOCQ Emile

LOURDEL Constant (LOURDEL Constant-François. Né le 2 février 1891 à Achiet-le-Grand. 2e canonnier conducteur au 215e régiment d’artillerie de campagne. Matricule 677, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 27 juillet 1918 (Marne), des suites de blessures de guerre)

MANGNIERS Auguste

MANGNIERS Pierre

RAIMBAUX Joseph (Né le 27 juillet 1895 à Achiet-le-Grand. Soldat de 2ème classe au 401e régiment d’infanterie. Matricule 6486, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 28 mars 1918 aux combats de Folies (Somme), disparu au combat)

VERDEZ Raoul (s’agit-il de VERDEZ Raoul-Joseph-Arsène. Né le 29 septembre 1892 Hénin-Liétard. Sous-lieutenant au 6e tirailleurs. Matricule 3357, recrutement de Béthune. Mort pour la France le 28 juillet 1918, des suites de blessures de guerre)

BELLET Fernand


Victimes civiles : 
CARLIER Emile
CARLIER Léon
DEMIAUTTE Aimé
SAUVAGE Amand
VOYEZ Adolphe

1939-1945 :

Victimes militaires :

CATHELAIN Lucien
DESORMIER René
FROMENT René
THERY Joseph


Victimes civiles :

BISSETTE Eugénie
BULCOURT Alfred

CARRE Henri-Louis-Joseph
CARRE Victor
LEDOUX Louise
PIQUEREAU Gaston
ROUSSEL Mélanie
POZNIAK Jean
POZNIAK Stanislas
THELLIER Mélanie

ROUSSELLE Jeannine
ROUSSELLE Nicole
ROUSSELLE Nicole
LOCQUET Clotilde
ROUSSEL Georges
THONNEL Georges
THONNEL Louise
Mme WALLART

voir liste consolidée
Le Journal de Lens rapporte l’inauguration du monument dans son édition du 7 septembre 1924 :

Dimanche dernier eut lieu à Achiet-le-Grand, l’inauguration du monument élevé à la mémoire des enfants de la commune morts pour la patrie. A 10 heures 30 fut célébrée la messe solennelle.
A 13 heures, un banquet intime réunissait les autorités officielles.
A 15 heures, les nombreuses sociétés (21) de combattants, de sapeurs-pompiers et de  musique, commencent à arriver des communes avoisinantes et sont reçues à la mairie où M. Ficheux, le sympathique maire d’Achiet-le-Grand, leur souhaite la bienvenue et leur offre le vin d’honneur.
A 16 heures 30, les sociétés se groupent sur le chemin de Bapaume et parcourent les principales rues de la commune, après quoi elles viennent se masser au pied du monument que les enfants des écoles entourent encadrés par les drapeaux des sociétés présentes.
Dans la tribune officielle, nous remarquons : MM. Bertin-Ledoux, secrétaire général de la préfecture du Pas-de-Calais ; Frère, lieutenant-colonel au 1er régiment d’infanterie à Cambrai ; Aimé Goubet, conseiller général du canton de Bapaume ; Gaston Stenne, conseiller d’arrondissement, maire de Bapaume ; Ficheux, maire d’Achiet-le-Grand et son conseil municipal ; de nombreux maires du cantons, etc.
Le président des anciens combattants d’Achiet fait l’appel des héros et alors se déroule, suivant le rite consacré, la cérémonie de la remise du monument.
Après la remise officielle du drapeau à la section des anciens combattants de la commune, commence la série des discours prononcés par MM. Ficheux, maire ; Roussel, des anciens combattants d’Achiet ; Florian Delcroix, président des anciens combattants de Bapaume ; Marc Scailliérez, conseiller d’arrondissement d’Arras au nom du comité départemental de l’union national des combattants ; le colonel Frère ; Gaston Stenne ; Aimé Goubet et Bertin-Ledoux, qui, tous, magnifièrent le courage, les vertus et l’héroïsme de ceux qui sont morts pour que la France vive plus grande, plus belle et plus glorieuse.
La Marseillaise clôture cette belle manifestation.

Le journal la Croix du Pas-de-Calais revient également sur cette inauguration dans son édition du 7 septembre 1924 :
Le dimanche 31 août a eu lieu à Achiet-le-Grand l’inauguration du monument élevé à la mémoire des enfants de la commune morts pour la patrie. Tous les habitants de la localité avaient, pour la circonstance, abondamment décoré leur demeure de drapeaux, d’oriflammes et de tentures. Dans les rues, de nombreux et magnifiques arcs de triomphe, aux touchantes inscriptions, avaient été érigés. Le matin à 10 heures 30, une grand’messe solennelle, à la mémoire des glorieux disparus, avait été célébré par M. le curé d’Achiet-le-Grand, dans l’église provisoire, beaucoup trop petite pour contenir la foule nombreuse et recueillie qui était venue pour prier ses morts. Au cours de cette solennité, une délicate allocution avait été prononcée. A 13 heures, un banquet intime réunissait les autorités officielles.
1 15 heures, les vingt et une sociétés de combattants, de sapeurs-pompiers et de musique commencent à arriver des communes avoisinantes et sont reçues à la mairie où M. Ficheux, maire, leur souhaite la bienvenue et leur offre les vins d’honneurs.
A 16 heures 30, les sociétés se groupent sur le chemin de Bapaume et aux sons de pas redoublés entraînants parcourent les principales rues de la localité, après quoi elles viennent se masser au pied du monument que les enfants des écoles, tous porteurs de gerbes ou de bouquets, entourent encadrés par les drapeaux de sociétés présentes. Dans la tribune officielle, nous remarquons MM. Bertin-Ledoux, secrétaire général de la préfecture ; lieutenant-colonel Frère, du 1er régiment d’infanterie à Cambrai ; Aimé Goubet, conseiller général du canton de Bapaume ; Gaston Stenne, conseiller d’arrondissement, maire de Bapaume ; Ficheux, maire d’Achiet-le-Grand et son conseil municipal, de nombreux maires du canton, etc.
Lorsque toutes les sociétés sont en place, M. l’abbé Evrard, directeur du grand séminaire d’Arras, croix de guerre et médaillé militaire, s’avance près du monument qu’il bénit avec le rituel habituel, puis prononce une magnifique allocution, empreinte de foi et de patriotisme.
Le président des anciens combattants d’Achiet-le-Grand fait ensuite l’appel impressionnant des grands morts, dont les noms sont inscrits en lettres d’or sur le marbre du monument. A chaque évocation, un jeune soldat en uniforme répond Mort au champ d’honneur. Après la remise officielle du drapeau à la section des anciens combattants de la commune, commence la série des discours, prononcés par MM. Ficheux, maire, Roussel, des anciens combattants d’Achiet-le-Grand, Florian Delcroix, président des anciens combattants de Bapaume, Marc Scailleretz, conseiller d’arrondissement d’Arras, au nom du comité départemental des anciens combattants, le colonel Frère, Gaston Stenne, Aimé Joubet et Bertin ledoux qui, tous, magnifièrent le courage et l’héroïsme de ceux qui sont morts pour la France. La Marseillaise clôtura cette belle manifestation.
A l’issue de cette émouvante cérémonie, plusieurs concerts furent organisés dans différents quartiers de la commune et obtinrent le plus grand succès. Le temps n’avait pas voulu favoriser cette belle journée. Malgré cela, la foule était énorme ; Achiet-le-Grand a bien honoré ses glorieux morts.


Rappel historique :
Achiet-le-Grand était occupé par le 7th Bedfords à partir du 17 mars 1917, puis reperdu le 25 mars 1918 après une défense assurée par le 1st/6th Manchesters, puis repris le 23 août 1918. D’avril 1917 à mars 1918, les 45th et 49th Casualty Clearing Station occupaient le village. La gare d’Achiet était alors une tête de ligne britannique.


Les autres lieux de mémoire de la commune

   - Achiet-le-Grand Communal Cemetery Extension. Le cimetière de la commune  fut utilisé par les unités médicales britanniques d’avril 1917 à mars 1918, puis par les allemands de mars à avril 1918, et enfin par les troupes britanniques en août 1918. Près de 1 500 corps y reposent. Parmi eux 200 ne sont pas identifiés. L'extension du cimetière communal a été réalisé par Sir Edwyn Lutyens.

   - Dans le Achiet-le-Grand Communal Cemetery Extension, un mémorial est élevé à 8 marins et soldats britanniques. Un autre mémorial rappelle les noms de 8 soldats britanniques, 1 canadiens, 1 soldat de Nouvelle-Zélande dont le lieu d’inhumation n’est pas connu.

   - Achiet-le-Grand Communal Cemetery, dans le cimetière communal, on trouve les tombes de 4 soldats britanniques tombés au cours de la Grande Guerre

   - Achiet-le-Grand German Cemetery. On y trouve la tombe d’un soldat britannique enterré par les allemands et 5 autres enterrés par leurs camarades en août 1918.


Sources :
- Mairie d'Achiet-le-Grand
- Archives départementales du Pas-de-Calais (cote 2 O 44/28, 1 W 49528, registre de l'état civil)
- Commonwealth War Graves Commission
- Site internet Mémoire des Hommes (fichier des morts pour la France)


S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources


Achiet-le-Grand
Liste consolidée
1939-1945 :
Victimes militaires :

DESORMIERE René (René-Clovis-Alcade. Né le 02/10/1923 à Achiet-le-Grand. Militaire au 2e bataillon. Mort pour la France le 08/03/1945 à Doullens (Somme), accident) [fils légitime de Raphaël-Charles-Sosthène Desormière (né le 12/11/1895 à Sept Meules ; mécanicien) et de Pauline-Eugénie Baroux (née le 26/05/1895 à Achiet-le-Grand ; ménagère)
THERY Joseph (Joseph-Léon. Né le 17/06/1909 à Bucquoy. Militaire à la 13e Cie Pionniers Divisionnaires. Mort pour la France le 14/04/1945 à l’hôpital KDF de Fallersleben (Allmemagne), maladie alors qu’il était prisonnier au Stalag XI B) [acte de naissance n°25 : fils légitime de Léon-Joseph (28 ans, ouvrier forgeron) et d’Henriette-Flore-Marie-Joseph Guéant (24 ans, sans profession)]


Victimes civiles :
CARRE Henri-Louis-Joseph, né le 02/02/1893 à Béhagnies, mort le 24/07/1944 au cours d’un bombardement aérien. Il se trouvait dans le champs au moment de l’alerte et trouva refuge près du cimetière anglais, mais une bombe tomba juste à ses côtés
CARRE Victor, né le 28/10/1920 à Achiet-le-Grand, mort le 24/07/1944 (voir ci-dessus)