Retour
MÉMOIRES DE PIERRES

ACQ


Monument aux morts

Localisation : Depuis 1946, le monument se trouve en face de l'église. Il se trouvait auparavant juste à côté de l'église

Conflit commémorés: 1914-1918, 1939-1945

Texte de l'épitaphe :

Aux bienfaiteurs d’Acq. GERNEZ Benoit, officier de l’instruction publique, maire d’Acq (1891-1917), Famille DUFOUR Henri.
Mort en 1870, Genel Benoit, Goulmont Louis


Matériaux employés : Pierre de Soignies (approximativement 16 tonnes)

Descriptif  du monument : Pyramide surmontée d’une urne drapée. Sur la face du monument, le coq gaulois triomphe de l’aigle impérial sur fond du drapeau tricolore. Cette figure de l’aigle terrassé avait été détruite par l’armée allemande en 1940 (elle sera reconstitué en 1946 par M. Masson, marbrier à Maroeuil). Il faut noter que les dégradations volontaires de monument aux morts par l'armée allemande furent peu nombreuses au cours de la seconde guerre mondiale.

Coût et financement : 2.466 francs pour le soubassement (réalisé par CHRETIEN Justin, maître maçon à Acq). Le monument a été réalisé par WIART Maurice, marbrier sculpteur à Aubigny-en-Artois pour la coût de 5.534 francs.
 Monument aux morts d'Acq


       Liste des noms inscrits au monument aux morts :

1870 :
GENEL Benoît
GOULMANT Louis
LAGNIEZ François
LAGNIEZ Léon
ROUSSEL Charles


1939-1945 :
DAMIENS Oscar
PETIT Constant
LEROUX Victor
LALLAU Jules
1914-1918 :
CAUDRON Louis-Napoléon
CUVELIER Elie
CRESSON Georges-Xavier
DUBRON Marcel
DABLEMONT Oscar-Charles
DELACROIX Marcel-François-Joseph
DHEDIN Arthur
DILLY Florent-Léopold-Joseph
DERISBOURG Louis-Prudent-Narcisse
FOURNET Charles-Nicolas-Joseph
FOUQUET Jean-Gustave-Joseph
HAUTECOEUR Victor-François-Joseph
LEFEBVRE François-Louis-Joseph
LODIGEOIS Henri-Jules
voir liste consolidée

Biographie de Jules LALLAU, mort en déportation
 (Rédigée par les enfants de Jules LALLAU. Les renseignements relatifs aux réseaux de Résistance cités ainsi que  l’identité des aviateurs sauvés proviennent de manuscrits laissés par leur maman, Hélène LALLAU. Les renseignements relatant les circonstances de l’arrestation, l’internement à Loos-lez-Lille, puis la déportation en Allemagne  sont tirés du livre Le Train de Loos de M. Yves Le Maner)


Né le 2 Mars 1914 à Sains-en-Gohelle (Pas de Calais)
Marié le 22 Mai 1937 à Hélène CZWOJDA (d’origine suédo/polonaise) en la Mairie de Sains-en-Gohelle
Ils eurent 3 enfants : Max né le 21 septembre 1938 à Noeux-les-Mines
                               Juliana née le 10 mars 1940 à Noeux-les-Mines
                               Daniel né le 27 Mai 1943 à Acq
Il exerçait le métier de mécanicien aux fours à coke de Noeux-les-Mines et avait emménagé à Acq courant 1942.

C’est vers la fin de cette même année qu’il entra dans la Résistance et devint agent de renseignement.
Il appartenait au réseau SAMSON, lui-même rattaché au BCRA à Londres (Bureau Central de Renseignement et d’Action) et il était également en liaison avec une filière d’évasion vers l’Espagne des aviateurs alliés abattus par l’ennemi.
Les principales actions qui sont à mettre à son actif sont les suivantes :
- localisation et renseignements sur l’existence d’une base de lancement de V1 à Siracourt  (entre Saint-Pol-sur-Ternoise et Hesdin), laquelle fut  détruite peu après par des bombardiers de la RAF.
- sauvetage de 3 aviateurs alliés dont les avions avaient été abattus par l’ennemi :
29-12-1943  Richard HARRYS        originaire de Baltimore            Etat du Maryland           U.S.A.
06-06-1944  Reuben H. ECHARD    originaire de Fredericksburg  Etat du Texas                U.S.A.
16-06-1944  Charles STEWART      originaire de Killam                  Province d’Alberta       CANADA
Ceux-ci rejoignirent l’Angleterre via une filière dont la tête se trouvait à Sains-en-Gohelle.

Il fut arrêté par les Allemands à Mazingarbe le 22 Juillet 1944 pour avoir secouru et tenté de cacher un pilote britannique blessé après la chute de son Lancaster; il fut interné à la Centrale de Loos-lez-Lille.

Le 1er Septembre 1944, face à l’avance de l’armée britannique, (Lille fut libérée le 3 Septembre), les Allemands évacuèrent la Centrale de Loos-lez-Lille et constituèrent un convoi de wagons de marchandises emmenant depuis la gare de Tourcoing environ 870 déportés vers le camp de concentration de SACHSENHAUSEN (30 kms au Nord-Ouest de BERLIN) – le voyage dura une semaine et de nombreux déportés décédèrent dans des conditions effroyables de faim et de soif. Au printemps 1945 survint la débâcle et, l’Armée Rouge faisant route vers Berlin, les survivants (nombre d’entre eux étant déjà morts, suite aux atrocités subies de la part de leurs geôliers  nazis) furent dispersés vers d’autres camps ou massacrés par les S.S. ; seuls environ 275 des malheureux déportés de Loos revinrent des camps dans un piteux état physique et souvent psychique.

Il ne revint pas des camps de concentration et fut porté Disparu puis déclaré en 1947 Mort pour la France en date du 8 Mai 1945 et promu Sous-Lieutenant. Ses enfants devinrent Pupilles de la Nation le 26 Mars 1947.

Cinq témoignages officiels de reconnaissance furent adressés  à sa veuve Hélène, après la fin de la guerre ; ils portent la signature de :
- B.L. MONTGOMERY Field Marshal Commander in Chief  21st Army Group
-  Dwight EISENHOWER General of fhe Army Commanding General United States Forces European Theater
- Secretary of State for Air – His Majesty’s Governments – Royal Canadian Air Force
- Air Chief Marshal Deputy Supreme Commander Allied Expeditionary Force
- Gouvernement de la République Française

Les décorations suivantes lui ont été décernées à titre posthume :
Chevalier de la Légion d’Honneur – Croix de Guerre 1939-45 avec palme – Médaille de la Résistance, décorations qui furent remises par le Colonel PAGES à son fils aîné lors d’une prise d’armes qui se déroula sur la Place des Héros, à Arras, le 11 Novembre 1955, sous le parrainage de Mr Guy MOLLET.

Nota :
En 1953 la Royal Air Force Escaping Society (Société des Evadés de la R.A .F.) invita deux de ses enfants, Max et Juliana, à séjourner à LICHFIELD, près de BIRMINGHAM, durant les grandes vacances, dans des familles d’aviateurs anglais secourus, témoignant ainsi leur reconnaissance et leur gratitude.
En 1960, l’aviateur Reuben H. ECHARD, originaire du Texas, revint à Acq pour « revoir son sauveur » ; il ne put rencontrer que son frère Raymond, car Hélène, sa veuve, était décédée en 1954, son fils aîné était à Madagascar, et ses deux autres enfants étaient scolarisés à Arras et à Tourcoing.

Coïncidence :
L’un des 3 avions (un Lancaster) dans lequel se trouvait l’aviateur Richard HARRYS « récupéré » par Jules LALLAU entre Estrée-Cauchy et Verdrel, s’écrasa à quelques centaines de mètres d’Olhain, petit village où habitait une petite fille qui allait devenir plus tard l’épouse de son fils aîné.




Sources :
- Mairie d'Acq
- Remerciement à Jean-Louis Garret pour la photographie du monument
- Bulletin municipal d'Acq, n°33, décembre 2004
- Site Mémoire des hommes (fichier des morts pour la France)
- Arch. Dép. d Pas-de-Calais, 1 W 49528, 49545
- Remerciement à Max Lallau pour la biographie de son père, Jules Lallau (mort en déportation)


S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources

Acq
Liste consolidée
CAUDRON Louis-Napoléon (Né le 29 mai 1885 à Acq. Sergent au 321e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 5 mai 1917 à l’ambulance 1/52 dans l’Aisne)

CUVELIER Elie

CRESSON Georges-Xavier (Né le 6 juin 1886 à Villers. Soldat au 175e régiment d’artillerie. Mort pour la France le 16 décembre 1918 à son domicile des suites d’une maladie contractée en service)

DUBRON Marcel

DABLEMONT Oscar-Charles (Né le 30 mars 1888 à Acq. Soldat 2e classe, régiment d’infanterie. Mort pour la France le 24 août 1916 ? à Maurepas dans la Somme)

DELACROIX Marcel-François-Joseph (Né le 10 juin 1893 à Acq. Soldat de 2e classe au 128e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 26 novembre 1914 dans le bois de la Furie (Marne), tué à l’ennemi)

DHEDIN Arthur (Né le 6 décembre 1884 ?. Soldat 2e classe au 1er régiment d’infanterie. Mort pour la France le 6 décembre 1915 dans l’Aisne, tué à l’ennemi)

DILLY Florent-Léopold-Joseph (Né le 31 octobre 1881. Soldat 2e classe au 63e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 14 novembre 1915 aux combats de Roclincourt, tué à l’ennemi)

DERISBOURG Louis-Prudent-Narcisse (Né le 20 août 1889 à Acq. Sergent au 109e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 28 mai 1918 à Saint-Gilles (Marne), tué à l’ennemi)

FOURNET Charles-Nicolas-Joseph (Né le 23 août 1880 à Acq. Soldat au 33e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 23 février 1916 au bois d’Herlebois (Meuse), tué à l’ennemi)

FOUQUET Jean-Gustave-Joseph (Né le 11 novembre 1893 à Habarcq. Maître-pointeur au 238e régiment d’artillerie. Mort pour la France le 1er octobre 1918 à l’hôpital mobile 2 dans la Meuse, suite à des blessures de guerre)

HAUTECOEUR Victor-François-Joseph (Né le 7 janvier 1883 à Ternas. Soldat au 33e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 2 mars 1916 à Douaumont (Meuse))

LEFEBVRE François-Louis-Joseph (Né en février 1895 à Acq. Soldat 2e classe au 120e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 17 avril 1916 au bois de la Caillette (Meuse), tué à l’ennemi)

LODIGEOIS Henri-Jules (Né le 5 septembre 1878 à Orchies (Nord). Soldat de 2e classe au 201e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 16 mars 1916 dans la Meuse des suites de blessures de guerre)

1939-1945 :
DAMIENS Oscar (Oscar-Arthur-Joseph. Né le 03/09/1911 à Aix-Noulette. Militaire au 127e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 11/06/1940 à Thugny (Ardennes), tué à l’ennemi) [acte n°31 : fils légitime d’Arthur-Oscar-Joseph (26 ans, journalier) et de Julia-Adeline-Joseph Puchois (23 ans, ménagère)]

PETIT Constant (Constant-Victor. Né le 10/10/1920 à Acq. Militaire au 7e GRDI. Mort pour la France le 27/05/1940 à la Bassée (Nord), tué au combat) [acte n°11 : fils légitime de Victor-Louis-Joseph Petit (27 ans, plombier zingueur) et de Stéphanie-Céline-Marie-Josèphe Tranain (27 ans, épicière)

LEROUX Victor (Victor-Constant-Joseph. Né le 20/11/1904 à Acq. Militaire à la 19e légion de gendarmerie. Mort pour la France le 21/01/1943 à Sidi Bel Abbès (Algérie), empoisonnement) [acte n°12 : fils légitime de Constant Leroux (journalier, 26 ans) et de Victoria Decoin (26 ans, journalière) ; marié à Acq le 20/11/1926 avec Adrienne-Malvina Plée]

LALLAU Jules (Jules-Emile. Né le 02/03/1914 à Sains-en-Gohelle. Militaire aux Forces françaises combattantes. Mort pour la France le 08/05/1945 à Sachsenhausen (Allemagne), mort en déportation) [acte n° 23 : fils de Jules-Emile Lallau (19 ans, houilleur) et de Marie Capon (21 ans, ménagère) ; présumé décédé le 08/05/1945 à Sachsenhausen (jugement du tribunal civil d’Arras du 09/02/1949)]

Et aussi :
CAMPION Réjanne, né le 11/02/1929 à Arras, mort le 28/05/1940 à Acq, au cours d’un bombardement [mention MPF accordée le 19/08/1957]
DESIDE Solange-Julia-Céline, née le 14/02/1915 à Vicq (Nord), domiciliée en Belgique, décédée le 22/05/1940 à Acq, tué par des soldats allemands qui poursuivaient des soldats marocains [elle était de nationalité belge]