Retour
MÉMOIRES DE PIERRES


ANNEQUIN

             La commune a été décorée de la croix de guerre le 25 septembre 1920



Monument aux morts


Date d'inauguration : Dimanche 29 juin 1924


Sculpteur : 
Louis POUPART (Béthune)


Texte de la dédicace :

PRO PATRIA
Annequin à ses héroïques enfants morts pour la France

Matériaux employés : Pierre de Soignies


Dimensions du monument : Le sujet en pierre mesure 2,07 mètres. Hauteur totale de 4,50 mètres


Descriptif  du monument : Un poilu s’effondre en défendant son drapeau


Coût et financement : 15.000 francs
Monument aux morts d'Annequin



Liste des noms inscrits au monument aux morts
Victimes civiles :
1914 :
VIEUBLED Louis

MARECHAL Maurice
DEGARDIN Henri
COPIN Anacharsis
1915 :
LOGEZ Blanche

BOIDIN Berthe
MERCIER Bertin
DUPONT Marie-Louise
NIVESSE Simone
LOUCHARD Alfred
LOUBETTE Emile
1916 :
MONSIGNY Marine

VISEUX Bertin
VISEUX François
COLMART Léonce
LAVERSIN Hélène
FOURMEAUX Henri
1917 :
HU Sidonie

RATEL Francine
LHERMITTE Arthur
LHERMITTE Amélie
JOSSEE Alphonse
LAUBETTE Angèle
BROUTIN Ernest
CHOUART Raoul
LISSE Jules
CAUPET Sidonie
1918 :
CHOQUET Mathilde

GUERGUESSE Théodosie
JACQUIN Françoise
MARECHAL Henri
PRONNIER Pierre François
BOIDIN François
DEGREZ François
DUPONT Anna
DEGREZ Germaine
DEGREZ Marie
MACQUART François
DUCROCQ Clothilde
TRINEZ Eugénie
FACON Marie
RAUILLE Eugène
DERISCHEBOURG Henri
1920 :
BAQUART Désiré
1921 :
DHALLAINE Cyrille Clovis
1923 :
COPIN Léon

ROUSSEL Eugénie
HENNEBELLE Edouard
Victimes militaires :  (entre parenthèse on trouvera les informations disponibles sur la fiche des morts pour la France, site Mémoires des Hommes)
1914 :
DELAHAYE Xavier (Né le 17/09/1891 à Annequin. Sergent fourrier au 165e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 29/08/1914 (Meuse), tué à l’ennemi)
DHENIN Louis-Antoine (Né le 11/02/1888 à Cuinchy. Caporal au 1er régiment d’infanterie. Mort pour la France le 30/08/1914 à Guise (Aisne), disparu)
LECOMTE Henri-François-Joseph (Né le 06/11/1892 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 84e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 30/08/1914 (Aisne), tué à l’ennemi)
CARPENTIER Fidèle-Armand (Né le 03/05/1892 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 167e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 27/09/1914 (Meurthe-et-Moselle), tué à l’ennemi)
COLMART Xavier-Jean-Baptiste-Joseph (Né le 14/10/1893 à Annequin. 2e canonnier conducteur au 60e régiment d’artillerie. Mort pour la France le 09/09/1914 à Lenoncourt (Meurthe-et-Moselle), tué à l’ennemi)
TROUVILLIERS Anacharsis-Joseph (Né le 26/09/1881 à Annequin. Caporal au 162e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 30/10/1914 (Belgique), tué à l’ennemi)
JACQUIN Jean-Baptiste
POUPART Louis-Joseph
COLMART Gaston-Clément-Joseph (Né le 13/04/1881 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 4e ? zouaves. Mort pour la France le 17/12/1914 à Poperinghe (Belgique), blessures)
LHERMITTE Jean-Baptiste-François-Joseph (Né le 21/10/1888 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 84e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 13/10/1914 à La Neuville (Marne), disparu)

1915 :
CARPENTIER Henri (Né le 06/04/1890 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 33e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 16/02/1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)
DEHAUX Marcel (Né le 09/12/1892 à Raches (Nord). Sergent au 43e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 16/02/1915 à Beauséjour (Marne), tué à l’ennemi)
LECOMTE Florimond-Emile-Joseph (Né le 15/08/1890 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 73e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 20/02/1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)
HAMEAU Albert-Anatole-Joseph (Né le 24/08/1883 à Violaines. Soldat de 2ème classe au 73e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 20/02/1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)
BONNEL Gabriel-Gustave (Né le 02/08/1885 à Saint-Pol-sur-Ternoise. Soldat de 2ème classe au 272e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 25/04/1915 aux Eparges (Meuse), tué à l’ennemi)
BOIDIN Moïse-Aimé-Joseph (Né le 20/10/1889 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 126e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 26/04/1915 aux Eparges (Meuse), disparu)
MERLIN Pierre-Jean (Né le 27/10/1895 à Vermelles. Soldat de 2ème classe au 128e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 28/11/1915 (Meuse), blessures)
CARON Henri
COLMART Alfred-François-Joseph (Né le 07/08/1890 à Annequin. Sapeur au 3e régiment du Génie. Mort pour la France le 04/07/1915 à la tranchée de Calonne (Meuse), tué à l’ennemi)
LAITHIER André (Né le 24/10/1894 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 72e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 13/07/1915 (Meuse), tué à l’ennemi)
CHATELAIN Firmin (Né le 08/07/1893 à Loos-en-Gohelle. Soldat de 2ème classe au 19e bataillon de chasseurs. Mort pour la France le 25/07/1915 à l’hôpital d’Amiens (Somme), tué à l’ennemi)
LAVEDRINE Etienne (Né le 03/02/1894 à Bezenet (Allier). Sergent au 127e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 19/02/1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)
SAUVAGE Léon-Aimable-Joseph (Né le 28/12/1889 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 21e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 29/09/1915 à Souchez (Pas-de-Calais), tué à l’ennemi)
VISTE Désiré
DEPARCQ Gaston-Edouard (Né le 26/12/1881 à Estaires (Nord). Soldat de 2ème classe au 162e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 07/10/1915 à Auberive-sur-Suippe (Marne), tué à l’ennemi)
SANTRAINE Gustave-Louis (Né le 31/03/1883 à La Gorgue. Mort pour la France le 30/10/1915 à Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais), tué à l’ennemi)

1916 :
LENGLEN François
BOIDIN Pierre-Charlemagne (Né le 10/11/1883 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 48e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 02/04/1916, blessures)
DUFOSSE Albert (Né le 18/10/1893 à Wasquehal (Nord). Soldat de 2ème classe au 48e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 09/04/1916 (Meuse), tué à l’ennemi)
SCHERPEREL Augustin-Jules (Né le 12/08/1895 à Auchy-les-la-Bassée. Soldat de 2ème classe au 162e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 09/04/1916 (Meuse), tué à l’ennemi)
LEGRAND Gaston
QUEVA Fernand-Jean-Baptiste-Louis-Joseph (Né le 02/11/1889 à Cambrin. Soldat de 2ème classe au 16e bataillon de chasseurs à pied. Mort pour la France le 23/05/1916 (Meuse), tué à l’ennemi)
CARPENTIER Georges-Joseph (Né le 03/05/1892 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 167e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 11/07/1916 à Fleury (Meuse), tué à l’ennemi)
BAJEUX Albert
FRANÇOIS Louis-Désiré (Né le 04/05/1894 à Beuvry. Aspirant au 127e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 03/09/1916 à Maurepas (Somme), tué à l’ennemi)
BERTOUX Arthur-Jules-Joseph (Né le 15/08/1888 à Annequin. Sergent fourrier au 328e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 06/09/1916 à Beuvry-en-Santerre (Somme), tué à l’ennemi)
DELAROQUE Léonard (S’agit-il de Delaroque Léonard, né le 26/03/1896 à Cambrin. Soldat de 2ème classe au 208e régiment d’infanterie. Mort pour la France en septembre 1916 (Somme), tué à l’ennemi)
DEGREZ Alphonse (Né le 13/02/1896 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 8e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 01/10/1916 (Somme), tué à l’ennemi)

1917 :
CAMUS Alexandre-Ferdinand (Né le 14/03/1894 à Bully. Soldat de 2ème classe au 127e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 16/04/1917 au plateau de Vauclerc (Aisne), tué à l’ennemi)
DECOOL Paul (Né le 14/12/1884 à La Gorgue (Nord). Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied. Mort pour la France le 04/05/1917 à Berry-au-Bac (Aisne), tué à l’ennemi)
LOUCHART Fernand
LOUCHARD Augustin (Né le 06/11/1873 à Annequin. Soldat de 1ère classe au 1er régiment d’artillerie à pied. Mort pour la France le 21/05/1917 (Allemagne), décédé en captivité)
BERTAUX Alcide

1918 :
LEGRAND Marcel-Arthur-Joseph (Né le 16/03/1897 à Annequin. 2e canonnier servant au 101e régiment d’artillerie lourde. Mort pour la France le 08/04/1918 (Aisne), tué à l’ennemi)
BAUQUET Jean-Baptiste
BAUQUET Alcide
DECOOL Eugène (Né le 03/04/1895 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 15e escadron du train. Mort pour la France le 11/10/1918 (Grèce), de maladie contractée en service)
MAYEUX Etienne-Alexandre-Louis-Joseph (Né le 03/04/1896 à Cambrin. Soldat de 2ème classe au 84e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 21/04/1918 (Grèce), tué à l’ennemi)
WEPPE Albert-Joseph (Né le 27/01/1897 à Beuvry. Caporal au 319e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 21/10/1918 (Ardennes), tué à l’ennemi)
LOUCHART Paul-Louis-Désiré (Né le 20/04/1898 à Annequin. Soldat de 2ème classe au 43e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 10/08/1918 à Vaux (Aisne), des suites de ses blessures)
QUEVA Antoine
CHOQUET Marcel (Né le 13/12/1894 à Noeux-les-Mines. Caporal au 152e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 30/09/1918 (Belgique), tué à l’ennemi)
PRUD’HOMME Jules

1923 :
BROUTIN Fidèle
Déportés et S.T.O. :
HACHIN Fernand
MEYFRAID Lucien
VANDEMBEUCHE Gaston
HANNEDOUCHE Alexis-François, né le 01/05/1900 à Annequin, marié, sans enfant, graisseur de profession, domicilié à Annequin rue Fourchon, décédé le 21/06/1940 à Annequin des suites de blessures par éclat d’obus le 23/05/1940
COMPAGNON Edmond
COUSTENOBLE Amédée
DELAROQUE Gilbert
DUCROCQ Roland
PATTIER Victorien

Voici comment le journal l’Avenir de Lens du 10 juillet 1924 rapporte l’inauguration du monument aux morts d’Annequin

La cité d’Annequin à peine relevée de ses ruines, a déjà voulu honorer la mémoire des ses glorieux morts.
La cérémonie de l’inauguration a eu lieu le 29 juin devant une foule nombreuse et recueillie.
Dès le matin, toutes les rues sont animées. Ici on s’occupe à ériger des arcs de triomphe, là on arbore son drapeau, on jette des fleurs et de la verdure, etc. au bout de quelques heures, Annequin est transformé, et présente un aspect merveilleux.
A 10 heures a lieu la grand’messe, célébrée par M. l’abbé Bigot, dans la nouvelle église aménagée et ornée pour la circonstance.
M. l’abbé Chappe, directeur du grand séminaire, prononça une magnifique allocution. Il salue d’abord la population qui a donné pendant la guerre un si bel exemple de courage et de bravoure. Malgré la si courte distance qui les séparait des Boches, les braves mineurs n’ont pas cessé de fournir du charbon. Il est venu avec eux honorer les braves tombés au champ d’honneur. M. l’abbé Chappe remémore alors toutes les souffrances endurées par nos braves poilus. Il nous reste des devoirs à accomplir envers eux, dit-il, restons tous unis, et prions pour eux.
Une foule nombreuse assistait à la messe parmi laquelle on remarquait : M. Malatray, ingénieur en chef aux mines de Béthune, M. Jouglas, ingénieur divisionnaire, M. Morel, ingénieur, M. Thorel, l’un des principaux organisateurs de la fête, un grand nombre d’employés et d’ouvriers, etc.
On remarquait encore l’harmonie la Victoire qui se fit entendre plusieurs reprises au cours de la cérémonie ; la société de gymnastique la Fraternelle, la jeunesse catholique, les Charitables.
A l’issue de la messe un cortège se forma pour aller bénir le monument.
Après la bénédiction, M. l’abbé Chappe reprit la parole. En quelques mots il rappela la signification du monument, et la grandeur du soldat, il recommanda surtout de prier pour nos glorieux morts.
Puis on récita un De Profundis, et le cortège se disloqua. L’après-midi eut lieu la cérémonie civile.
A 14 heures à la mairie se fit la réception des nombreuses sociétés venues des communes environnantes.
A 16 heures eut lieu le défilé qui parcouru toutes les rues. Nous ouvrons ici une parenthèse pour raconter l’incident qui se produisit. Un communiste avait cru malin d’attacher aux poteaux plantés de chaque côté de la route une banderole rouge avec cette inscription « à bas la guerre ». Pendant le défilé, plusieurs sociétés ne passèrent pas en dessous. Ce même communiste, au moment des discours, demanda la parole à M. le maire. Ce qui lui fut refusé.
On se dirigea vers le monument, où était déjà rassemblé une foule nombreuse.
M. Meurillon, premier adjoint au maire, fit d’abord l’appel des héros tombés au champ d’honneur. A l’appel de chaque nom, un enfant répondait « Mort pour la patrie ».
M. le maire, entouré de son conseil municipal, avait pris place sur une estrade dressée près du monument. On remarquait aussi MM. Larue, conseiller général du canton de Cambrin, Maes, député.
*   *
*
Au nom de la municipalité, M. Sénéchal, maire, prit la parole. M. Régis, de Festubert parla au nom des mutilés et anciens combattants. MM. Larue et Maes leur succédèrent. Tous rappelèrent en termes vibrants et plein d’éloquence, ce qu’endurèrent nos soldats.
Le soir eut lieu l’illumination du monument. Longtemps les habitants d’Annequin garderont le souvenir de cette solennité.


Le journal le Pas-de-Calais rapporte l’inauguration du monument aux morts d’Annequin dans son édition du 6 juillet 1924

Dimanche, une touchante cérémonie, impressionnante dans sa simplicité, a eu lieu à Annequin. On y rendait un public hommage à la mémoire des soldats morts et des victimes civiles de la guerre. Dès les premières heures, le village avait arboré les drapeaux et oriflammes, guirlandes et banderoles. De nombreuses sociétés des villages environnants avaient répondu à l’invitation du comité et de la municipalité. Entre autres, signalons celles de Labourse, de Festubert, d’Auchy-les-la-Bassée, de Noyelles, de Haisnes, de Mazingarbe, de Beuvry, de Sailly, de Cuinchy, de Richebour, et naturellement, celles d’Annequin , auxquelles s’étaient jointes les écoles. Ce fut un défilé remarquable.
Lorsque le voile tomba et que fut remis à la commune le monument, un piédestal que surmonte un poilu tenant embrassé le drapeau, M. Meurillon, adjoint, fit l’appel des morts et à chaque nom, un enfant des écoles répondait : Mort pour la France. Puis des discours furent prononcés par MM. Sénéchal, maire ; Larue, conseiller général ; Régis, des mutilés de Festubert, et Maës, député.
Dans la matinée, une cérémonie religieuse avait été célébrée également à la mémoire des soldats morts pour la patrie.


Le journal La Croix du Pas-de-Calais rapporte l’inauguration du monument aux morts d’Annequin dans son édition du 13 juillet 1924
Dimanche dernier, la commune d’Annequin a inauguré un monument à la mémoire de ses glorieux morts. Le matin, à 10 heures eut lieu dans l’église joliment décorée pour la circonstance, une grand-messe solennelle célébrée par M. l’abbé Bigot. M. l’abbé Evrard, directeur du grand séminaire d’Arras prononça un magnifique sermon.
A 14 heures ce fut à la mairie la réception d’une trentaine de sociétés locales venues des communes environnantes. De 16 heures à 17 heures, un défilé parcourut les rues de la commune, qui pour la circonstance, avaient été pavoisées et étaient garnies de nombreux arcs de triomphe, de verdure et de fleurs.
Une foule considérable était rassemblée au pied du monument et quand le voile qui le couvrait tomba, M. Meurillon, premier adjoint au maire de la commune, fit l’appel des 55 héros tombés sur les champs de bataille et des 45 victimes civiles, un enfant répondait à chaque évocation : morts pour la patrie.
Sur une estrade à côté du monument, le maire entouré de son conseil municipal avait pris place. On remarquait également M. Larue, conseiller général du canton de Cambrain, Maes, député. Au nom de la municipalité et du comité d’organisation, M. Sénéchal, maire, prononça une éloquente allocution de circonstance et M. Régis, de Festubert, parla au nom de l’association des mutilés et anciens combattants.
MM. Larue et Maes prirent également la parole. Tous les orateurs rappelèrent en termes éloquents et émus les souffrances de ceux qui sont tombés pour que la France vive. Dans la soirée, le monument fut illuminé.
Carte postale monument annequin




Les autres lieux de mémoire de la commune


       -  Annequin communal cemetery. Le cimetière communal contient les tombes d’un soldat d’Inde tombé en octobre 1914, et de 8 soldats du Royaume-Uni tombés en 1915 et 1916.


Sources :
- Mairie d'Annequin
- Commonwealth war graves commission
- Remerciement à Bruno Durteste pour sa photographie du monument aux morts (décembre 2004) et la reproduction de la carte postale (septembre 2011) (On remarque les plaques photographiques émaillées qui ne sont plus là aujourd'hui).
- Site internet Mémoire des Hommes (fichier des morts pour la France)
- Arch. dép. du PdC, 1 W 49532






S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources