Retour
MÉMOIRE DE PIERRES


ANZIN-SAINT-AUBIN

           La commune a été décorée de la croix de guerre le 23 septembre 1920


Monument aux morts


Localisation : Rue Henri Cadot, face à la Mairie

Conflits commémorés : 1914-1918, 1939-1945

Marbrier : PLATEL (il s'agit ici d'un modèle de série souvent utilisé dans le Pas-de-Calais)

Texte de la dédicace :

1914-1918

A nos héros morts pour la Patrie



 Monument aux morts d'Anzin-Saint-Aubin  

La commune a eu trois déportés durant la deuxième guerre mondiale

           Liste des noms inscrits au monument aux morts :

(entre parenthèse on trouvera les informations disponibles sur la fiche des morts pour la France)         

Militaires :
1914 :
MASCLEF Oscar

FOURMEAUX Guislain (Né le 10 avril 1894 à Anzin-Saint-Aubin. Soldat de 2ème classe au 162e régiment d’infanterie. Matricule 96, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 10 novembre 1914 (Belgique), tué à l’ennemi)

DUPREEL Richard (DUPREEL Richard-Camille. Né le 10 mars 1889 à Sainte-Catherine-les-Arras. Soldat de 2ème classe au 8e régiment d’infanterie. Matricule 2524, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 15 août 1914 à Dinant (Belgique), tué à l’ennemi)

QUINCHON Victor

COILLOT Zéphir (COILLOT Zéphir-Clovis-Joseph. Né le 1er juin 1882 à Anzin-Saint-Aubin. Sergent major au 127e régiment d’infanterie. Matricule 1135, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 29 août 1914 (Aisne), tué à l’ennemi)

LEROY Gustave (LEROY Gustave-Jules-Louis-Auguste. Né le 9 janvier 1887 à Anzin-Saint-Aubin. Sergent au 272e régiment d’infanterie. Matricule 5, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 10 septembre 1914 (Marne), tué à l’ennemi)

1915 :
CHOQUET Adolphe (CHOQUET Adolphe-Eugène-Jospeh. Né le 8 janvier 1887 à Wailly (Somme). Soldat de 2ème classe au 72e régiment d’infanterie. Matricule 2, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 5 mars 1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)

LEFETZ Fernand (LEFETZ Fernand-Louis-Joseph. Né le 30 janvier 1892 à Sainte-Catherine-les-Arras. Soldat de 2ème classe au 128e régiment d’infanterie. Matricule 1398, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 11 mars 1915 à Beauséjour (Marne), tué à l’ennemi)

BOUBERT Henri (Né le 2 novembre 1892 à Duisans. Caporal au 169e régiment d’infanterie. Matricule 13, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 25 avril 1915 à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), des suites de blessures de guerre)

TOUPET Fernand (TOUPET Fernand-Paul. Né le 11 octobre 1889 à Duisans. Soldat de 2ème classe à la 1ère section de COA. Matricule 131, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 29 avril 1915 à l’hôpital central de Dunkerque (Nord), victime d’un bombardement)

DIENIS Auguste (DIENIS Auguste. Né le 22 juillet 1891 à Paris. Soldat de 2ème classe au 150e régiment d’infanterie. Matricule 68, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 2 mai 1915 à La Harazée (Marne), des suites de ses blessures)

BEAUMONT Albert (s’agit-il de BEAUMONT Albert-François-Louis-Joseph. Né le 14 décembre 1891 à Sainte-Catherine. Soldat de 2ème classe au 169e régiment d’infanterie. Matricule 8, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 11 juin 1915 au Bois le Prêtre, tué à l’ennemi)

PIERREPONT François (S’agit-il de PIERREPONT François-Joseph. Né le 25 août 1879 à Agny. Soldat de 2ème classe au 94e régiment d’infanterie territorial. Matricule 546, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 14 juillet 1915 à Septmonts (Aisne), tué à l’ennemi)

BAR Maurice (BAR Maurice-Henri-Louis. Né le 22 mai 1894 à Anzin-Saint-Aubin. Soldat de 2ème classe au 128e régiment d’infanterie. Matricule 730, recrutement d’Arras Sud. Mort pour la France le 2 juillet 1915 (Meuse), des suites de ses blessures)

COILLOT Fernand (COILLOT Fernand-Emile-Joseph. Né le 2 novembre 1885 à Anzin-Saint-Aubin. Soldat de 2ème classe au 272e régiment d’infanterie. Matricule 408, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 29 août 1915 au bois Chevalier (Meuse), tué à l’ennemi)

1916 :
LEQUETTE Amand (S’agit-il de LEQUETTE Fidèle-Armand-Joseph ?)

LEFETZ Arthur (Né le 19 janvier 1884 à Bihucourt ?. Matricule 27, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 8 mars 1916 à Douaumont (Meuse), tué à l’ennemi)

MASCLEF Noël (MASCLEF Noël-Désiré. Né le 23 décembre 1894 à Anzin-Saint-Aubin. Soldat de 2ème classe au 34e régiment d’infanterie. Matricule 145, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 11 août 1916 (Marne), tué à l’ennemi)

1917 :
VISEUX Marcel (VISEUX Marcel-François-Joseph. Né le 2 décembre 1897 à Anzin-Saint-Aubin. Soldat de 2ème classe au 251e régiment d’infanterie. Matricule 672, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 16 avril 1917 à Sapigneul (Marne), tué à l’ennemi)

BAYARD Albert (S’agit-il de BAYARD Albert-Henry-Joseph. Né le 13 juillet 1896 à Bois-Bernard. Soldat de 2ème classe au 208e régiment d’infanterie. Matricule 32, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 15 février 1917 (Marne), tué à l’ennemi)

CHOQUET Augustin (CHOQUET Augustin-Louis. Né le 11 mars 1896 à Sainte-Catherine. Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied. Matricule 128, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 5 décembre 1915 (Somme), tué à l’ennemi)

1918 :
PETIT Julien (S’agit-il de PETIT Julien-Anicet. Né le 25 mars 1886 à Maroeuil. Caporal au 100e régiment d’infanterie. Matricule 41, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 2 octobre 1918 (Ardennes), tué à l’ennemi)

HABERT Eugène

BERNARD Henri (BERNARD Henri-Philippe-Joseph. Né le 11 août 1898 à Anzin-Saint-Aubin. Soldat de 2ème classe au 201e régiment d’infanterie. Matricule 31, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 21 juillet 1918 (Aisne), tué par un éclat d’obus)

VASSEUR Camille

HOUVIEZ Louis

CAMUS Albert (S’agit-il de CAMUS Albert-Alfred-Eustache. Né le 5 juin 1890 à Orville. Sapeur au 3e régiment du Génie. Matricule 1189, recrutement d’Arras. Mort pour la France le 23 août 1914 (Meuse), tué à l’ennemi)

FAUQUEMBERGUES Lucien

1919 : BAR Marcel

1920 : CAYET Auguste
DEBUIRE Joseph
MAGNIER Adolphe
LAVOINE Charles
LEFETZ Lucien
HANOTEAU Hippolyte



Détail du monument aux morts d'Anzin-Saint-Aubin
Victimes civiles :
1914 : CAGIN Prosper
COILLOT Jean

1915 : PAVY Alfred
LEMAIRE Olivier
BEAUMONT Berthe
BRASSART Laure
DEBUIRE Lucienne
HERMAN Jeanne
LEFETZ Louis
MARCHAND Armande

1916 : BELIART Daniel

1918 : DUPREEL Cyrille
JOLY Octave

1939-1945 :
GRARD Noël
KREMER Elie
FLAMENT Adolphe
BETREMIEUX Lucien




Les autres lieux de mémoire de la commune

  - Anzin-Saint-Aubin British cemetery (lieu-dit Fond de l'Abbayette). Le cimetière fut utilisé à partir d’avril 1917 par la 51st (Highland) Division, puis par les unités d’artillerie et médicales, les 30th et 57th Casualty Clearing Stations, jusqu’en octobre 1917. En avril 1918, la 51st Division l’utilise à nouveau jusqu’en septembre de la même année. Les corps de 3 soldats indiens y furent apportés du cimetière militaire français en 1922. Aujourd’hui, 358 corps y reposent dont 291 britanniques, 63 canadiens et 4 hindous. Quelques corps de la deuxième guerre mondiale sont également inhumés ici. Parmi les soldats de la Grande Guerre qui sont inhumés dans ce cimetière, 145 appartenaient à des unités d’artillerie.  Le cimetière a été conçu par Sir Reginald Blomfield. Le conseil municipal donna un avis favorable au maintien du cimetière dans sa délibération du 7 juillet 1921.

   - Anzin-Saint-Aubin Churchyard. Près du mur nord de l’église, se trouvent les tombes de 5 soldats britanniques dont 2 ne sont pas identifiés. 

   - Une rue de la ville porte les noms de deux enfants du pays. Il s’agit de la rue Grard et Fauquembergue. Noël Oscar Grard était soldat au 43e régiment d'infanterie de l’armée française, il périt en 1940 dans les combats qui opposèrent Allemands et Français à Odomez (Nord). Lucien Fauquembergue fut tué en 1944 par des soldats allemands battant en retraite. Ceux-ci s’étaient réfugiés dans le bois de l’Abbayette duquel Lucien Fauquembergue essayait de les débusquer.
 

Rappel historique : A la fin de la première guerre mondiale (1914-1918), le village est totalement détruit. Le 22e territorial (environ 2 000 hommes) y a cantonné du 17 au 19 août 1914. En février 1915, les allemands occupent Anzin et y installent des batteries de canon. En mai-juin, la commune est sévèrement bombardée. A la fin de la guerre, seul 124 habitants y résident encore.
A partir du 39 septembre 1939, les premières troupes britanniques arrivent à Arras. La grand quartier général (BEFHQ Staff) va s’installer d’abord dans le château d’Habarcq, puis dans une grande maison à Saint-Laurent-Blangy. A Anzin, le QG de la 1st Anti-Aircraft Brigade a mis en place des canons et des projecteurs. La deuxième moitié de l’année 1940, se caractérise par un cantonnement massif des troupes allemandes dans le village.


Bibliographie :

- Anzin-Saint-Aubin, du temps des laboureurs… au temps des rurbains. Marc Loison (1992)



Sources :
- Mairie d'Anzin-Saint-Aubin
- Photographies prises en mai 2004
- Commonwealth War Graves Commission






Si il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources