Retour
MÉMOIRE DE PIERRES

ARDRES

Monument au général Saint-Just

Localisation : Place du Champ de foire

Sculpteur : Augustin Lesieux

Date d'inauguration : 9 août 1936


Ardres monument général Saint-Just
Ardres détail
Le journal le Réveil du Nord rapporte la cérémonie d’inauguration du monument au général de Saint-Just dans son édition du 10 août 1936 :

Un monument au général de Saint-Just a été inauguré hier à Ardres

Il y a trois ans, jour pour jour, la population d’Ardres et des environs faisait au général de Saint-Just, député-maire, décédé subitement, de grandes funérailles.
Hier dimanche, on inaugurait dans un des plus jolis coins de la ville, un monument à l’homme politique disparu. Ce monument élevé par souscription sur la Grand-Place, dans un cadre de verdure, est du plus joli effet.
Samedi soir, au pied du monument, une équipe de scouts d’Audruicq et de Saint-Omer prit la garde d’honneur. Dimanche à 9 h 30, à l’entrée du cimetière, les représentants du Souvenir Français, de la 1354e section des vétérans, des anciens combattants et des écoles de perfectionnement, des officiers et sous-officiers de réserve se réunissaient et allaient déposer une gerbe de fleurs sur la tombe du général de Saint-Just, guidés par le général De France, lequel retraça en quelques mots toute la vie du défunt.
M. Donjon de Saint-Martin, conseiller général, remercia le général en termes émus. Ensuite eut lieu à l’église une messe célébrée à la mémoire du général.
L’après-midi, pendant que les sociétés d’anciens combattants, de vétérans, de sapeurs-pompiers et musiques se groupaient sur le Champ de Foire, les autorités, généraux et officiers se réunissaient à l'hôtel de ville. Puis, ils partaient vers le Champ de Foire où se trouve la stèle du général de Saint-Just. Tout autour de ce monument, œuvre du sculpteur Lesieux, a été disposé un très joli parterre de fleurs, œuvre de M. Leprêtre, architecte.
*  *
A 14 heures, de l’hôtel de ville part le cortège en tête duquel se trouvent le fanion du général de division porté par M. Palliaux, ancien ordonnance du général de corps d’armée, venu spécialement d’Orléans, et le fanion du général de corps d’armée que porte son ancien chauffeur, M. Maxime Marquant.
Viennent ensuite MM. François de Saint-Just, député-maire, fils du défunt ; Faugère, sous-préfet de Saint-Omer ; le général de France, des parlementaires et un grand nombre d’officiers. Le cortège s’arrête au monument où on respecte une minute de silence. Il arrive à l’entrée du square pendant que M. François de Saint-Maur se rend dans les tribunes chercher le général de Fonclare qui s’y trouve et qui préside cette manifestation. Le général de Fonclare prend la tête du cortège et passe sur le front des sociétés au son des musiques qui exécutent la Marseillaise.
M. Donjon de Saint-Martin, conseiller général, président du comité, prend la parole et remet le monument à la ville. Le voile tombe. Un lâcher de pigeon a lieu pendant que de nouveau retentit la Marseillaise.
M. François de Saint-Just, député-maire, adresse ses remerciements à tous les souscripteurs, à l’artiste qui a su surmonter toutes les difficultés pour arriver à cette fidélité dans l’exécution, aux multiples et bonnes volontés, aux scouts d’Audruicq et de Saint-Omer, aux parlementaires, etc.
M. Julien Rancon, président des anciens combattants, souligne que le général de Saint-Just était bon et juste pour ses soldats et il donne connaissance d’une lettre touchante d’un ancien combattant du Tarn lorsqu’il apprit la mort du général.
M. Blaisot, vice-président de la fédération républicaine, examine le rôle du général comme député.
M. Lefebvre du Prey dit tout ce que le général fit pour essayer de réaliser l’union de tous et enfin, M. le général de Fonclare retrace la carrière du défunt.
Après ce discours, les sociétés se massent et défilent d’une manière impeccable devant le monument et la cérémonie prend fin.


Sources :
- Photographies de Daniel Debruyne
- le Réveil du Nord







Si il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources