Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

ARRAS


Eglise Notre-Dame des Ardents, plaques commémoratives et ex-voto


Localisation :
Eglise Notre-Dame des Ardents

Conflit commémoré : 1914-1918

Monument aux morts inauguré en janvier 1924, situé dans le transept droit de l'église, il est constitué de plaques de marbre portant les noms des morts d'Arras

Arras monument aux morts de l'église Notre-Dame des Ardents
Dans son édition du 3 février 1924, la Croix du Pas-de-Calais rapporte l'inauguration du monument aux morts de l'église Notre-Dame des Ardents :

Dimanche a eu lieu à 11 heures, sous la présidence de Mgr Julien, évêque d’Arras, en l’église Notre-Dame des Ardents, l’inauguration du monument érigé à la mémoire des enfants d’Arras morts pour la France.
L’église avait été pour la circonstance, magnifiquement décorée de drapeaux et de tentures funèbres. Dans le chœur avait été dressé un catafalque à l’avant duquel était placé un coussin  auquel étaient épinglées des décorations militaires, sur la fausse chasse, une simple capote et un casque de soldat.
Le monument, sobre simple et élégant fait le plus grand honneur aux deux architectes qui en ont eu la conception. Au fond du transept de l’église, à droite, sur la muraille, des plaques d’un marbre rares entre les colonnades, forment un triptyque. Sur le panneau central, encadrée de palmes en mosaïques du plus heureux et du plus artistique effet, cette simple inscription gravées en lettres d’or : A nos soldats morts pour la patrie, Honneur et Reconnaissance, MCMXIV-MCMXVIII : devant, sur un piédestal de marbre blanc, la blanche statue de la Vierge des Ardents ; sur les deux panneaux de droite et de gauche également encadrées de riches mosaïques, les noms des glorieux disparus gravés en lettres d’or.
La cérémonie s’ouvrit sur une cantate magistralement exécutée par la maîtrise du Grand Séminaire.
Au chœur, Mgr Julien faisait chapelle, assisté de M. le vicaire général Maréchal et de M. le chanoine Boisleux. Dans les stalles avaient pris place MM. les chanoines Delplanque, Bourdringhin, M. l’abbé Chappe, directeur au Grand Séminaire.
Aux premiers rangs de l’assistance considérable on remarquait M Gerbore, vice-président du conseil de préfecture ; M. Delatouche, conseiller de préfecture ; MM. Delansorme et Deneuville, adjoints au maire d’Arras ; MM. Tricart, Duflos, Marchand, Dhotel, conseillers municipaux ; Masseran, président du tribunal civil ; Chollet, procureur de la République ; Nison, commissaire central ; Ternois, chef de la sûreté ; Scaillerez, conseiller d’arrondissement ; Sens, président de l’académie d’Arras ; Louart, principal du collège communal ; le colonel Duperray, commandant du 3e Génie ; M. Antony Lantoine, commandant la compagnie des sapeurs-pompiers ; MM. les présidents des sociétés locales des anciens combattants dont les portes drapeaux avaient pris place dans le chœur ; de nombreuses notabilités.
A l’évangile, M. le chanoine Lourdeau, archiprêtre de la cathédrale en une allocution d’une magnifique envergure, rappela les titres à notre reconnaissance de nos grands morts tombés pour la foi et pour la patrie. Il montra comment tous les peuples civilisés dans l’antiquité avaient su honorer les soldats tombés pour leur défense et leur liberté, et rappelé avec quel zèle sa Grandeur Mgr Julien s’était à faire vivre le souvenir de nos glorieux disparus.
« Des monuments aux morts dans nos églises, ce n’est pas une innovation, déclare l’orateur. Dans les siècles passés, déjà, les dépouilles de nos grands guerriers avaient reçu asile dans nos cathédrales et nos basiliques. Les humbles ouvriers et paysans tombés dans la dernière guerre ne sont-ils pas aussi dignes de cet honneur, eux à qui nous devons d’avoir échappé à l’asservissement que nous préparait une Allemagne orgueilleuse à l’issue d’une quadruple guerre du canon, de race économique et religieuse ? Ecoutons, dit en terminant l’orateur, la voix de nos 1300000 morts. Ils nous crient : confiance, concorde et sacrifice. Répondons à leur appel et imitons leur exemple. »
Après ce splendide discours, Mgr Julien procéda à la bénédiction du monument, et à l’issue de la cérémonie sa Grandeur donna l’absoute.



Dans l'église Notre-Dame des Ardent on trouve des ex-votos :

A la mémoire de Ferdinand SCHAEFER
Adjudant au 146e R.I.
tué à Neuville-Saint-Vaast
le 12 mai 1915
Priez pour lui

ALEXANDRE Georges Simon*
Caporal au 405e R.I.
Mort pour la France
le 28 septembre 1915
à Neuville-Saint-Vaast
à l'âge de 22 ans

A la mémoire de Maurice EMARD LACROIX*
sergent au 153e RI
tombé à Neuville-Saint-Waast
le 9 mai 1915
Priez pour lui

*ALEXANDRE Georges-Simon, né le 6 novembre 1893 à Paris
/ EMARD-LACROIX Maurice-Paul, né le 18 mars 1893 à Paris (15e)

Une plaque aux soldats canadiens :
Cette plaque a été apposée par the imperial order
daughters of the empire
Canada
à la mémoire des soldats canadiens
morts au champ d'honneur
pendant la grande guerre 1914-1918
et pour perpétuer le souvenir des secours apportés
aux régions françaises dévastées
par les femmes du Canada





Sources :
- Photographie du webmestre (septembre 2006)





Si il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources