Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

ARRAS

Plaque commémorative aux déportés du travail

Localisation : Rue Maximilien Robespierre

Conflit commémoré :  1939-1945

Date d'inauguration : Août 1946


Le journal Nord-Matin rapporte l'inauguration de la plaque dans son édition du 12-13 août 1946 :

La journée du souvenir des déportés du travail a été célébrée à Arras

La journée du souvenir organisée par l’association départementale des déportés du travail a été célébrée magnifiquement à Arras. Samedi soir, une veillée funèbre eut lieu au monument aux morts. Une garde d’honneur relevée à toutes les heures symbolisa le souvenir de ceux qui sont morts.
Une délégation de déportés ranima la flamme du monument, geste qui fut fait par M. Ferrié, président de l’union nationale des déportés en présence de MM. Jannin, Lecendre, Accart, Caboche, Olivier, Bildé, Hermaux, Laplace, Heuschling, Blaux, Dumonchel et Speckart.
Dimanche, plusieurs imposantes manifestations se sont déroulées. Tout d’abord à l’hôtel de ville où Guy Mollet, député-maire, reçut les personnalités et les membres de l’association départementale des déportés du travail. On remarquait M. Noare, chef de cabinet du ministre des anciens combattants qui remit le drapeau de l’association départementale des déportés du travail ; Camphin et Sion, députés ; Auphelle, conseiller général ; Ferrier, Bouffard, secrétaire général de l’office du combattant ; Jannin et Lecendre, vice-présidents de l’ADT ; Vaillant, chef de division représentant M le préfet ; Accart et Caboche, secrétaires généraux de l’AdèT ; Leleu, président d’honneur ; Heuschling, président de la section d’Arras ; Vatin, président de l’Aisne ; le président du Nord ; le colonel Pélabon ; la commandant Tassard, de la GR ; le major Williams, de l’IWGC ; Orsini, inspecteur du Travail ; Choderge, représentant l’inspecteur d’académie ; Gruson et Amoureux de l’ULGGT ; Fontana, ingénieur en chef des Ponts et des dirigeants d’organisations de résistance, etc.
Des délégations de Lens, Carvin, Vimy, Avion, Beaurains, Agny, Marquion, Vitry, Hénin-Liétard, etc. Des gerbes furent déposées au monument aux fusillés et ensuite au monument aux morts par MM. Noare, Mollet, Heuschling.
Un cortège défila en ville précédé de l’excellente musique militaire de la 2e région qui fut très remarquée par sa belle tenue.
Devant la Maison Bleue qui fut pendant l’occupation le bureau d’embauchage obligatoire allemand une cérémonie se déroula devant une foule imposante.
Guy Mollet, député-maire, rappela les méthodes nazies et les souffrances des jeunes travailleurs envoyés en Allemagne par la force. Il invita pour terminer toutes les victimes de la guerre à rester unis pour bâtir une paix solide.
M Ferrié lui succéda et fit le bilan des déportations, puis M. Noare au nom du ministre passa en revue toutes les revendications des déportés du travail en faisant observer que certaines satisfactions leur ont été accordées.
Le représentant du ministre insiste tout spécialement sur l’union de tous pour que la France soit toujours à la pointe du combat.
La plaque commémorative apposée sur la Maison Bleue et qui porte : «  c’est de cette immeuble où était installée la Deutsche Werbestelle que de 1942 à 1944 plus de 9000 ressortissants de notre département ont été contraints de partir pour le travail forcé en Allemagne. L’association départementale des déportés du travail, à ses morts, victimes du nazisme », fut découverte et la musique exécuta la Marseillaise.
L’après-midi un vin d’honneur fut versé à la mairie pour toutes les personnalités présentes.







Si il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources