Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

AUCHEL

Monument aux morts

Conflits commémorés :  Conflits antérieurs à la Grande Guerre

Localisation : Cimetière

Marbrier : Crasquin frères (Bruay-Lillers)


Texte de la dédicace :

Aux enfants d'Auchel
morts pour la patrie

Date d'inauguration : 13 octobre 1912

Liste des noms inscrits au monument aux morts :
Charles Blottiau 1884
Louis Philippe 1888
Aaron Garot 1888
François Richir 1892
Henri Guyolard 1895
Louis Rose 1896
Charles Demagny 1896    
Jules Fruchart 1902    
Charles Camus 1903  
Henri Lesoing 1905
Claude Miguet 1909
Léopold Tipré 1909
François Dupré 1807    
Prudent Candelier 1813
Louis Hanotel 1813
Louis Dupré 1815 
Luc Lobedé 1832
François Deligny 1838 
Bertin Candelier 1850  
Charles Hanotel 1850  
Guislain Delautre 1850
Benjamin Gantiez 1871
Henri Lejeune 1875
Eidesse Colleney 1882





    Monument aux morts d'Auchel

    
Voici comment le journal Le Petit Béthunois rapporte l'inauguration du monument aux Auchelllois morts pour la France dans son édition dimanche 20 octobre 1912

Une fête patriotique à Auchel
Dimanche, la ville d’Auchel a fêté ses enfants morts au service de la Patrie.
Partout le drapeau tricolore est arboré ; des fausses-portes sont édifiées. Nous y lisons les inscriptions suivantes : « hommages aux autorités », « honneur à nos invités », « honneur aux sociétés », honneur aux étrangers ».
Sur la place Emile Raimbaux, un élégant portique a été construit.
Près du cimetière, deux fausses-portes avec les inscriptions : « soyez les bienvenus » ; « vive la République » ; « honneur aux enfants de la patrie ».
Le cimetière lui-même a pris sa parure de fête, celle de la Toussaint ; toutes les tombes sont ornées, comme pour s’associer au souvenir glorieux des vaillants Auchellois morts pour la Patrie. Au centre, s’élève une belle stèle de sept mètres de haut, en pierre de Soignies. Sur les faces se trouvent gravés les noms de vingt-quatre soldats originaire d’Auchel ; le premier en date est François Brysrès (1807), la liste funèbre est close par le nom de Léopold Typrez (1909).
*   *
Réception des autorités à la gare
Vers 11 h 15, les abords de la gare reprennent une animation extraordinaire, et l’on voit arriver successivement les sociétés qui doivent prendre part à la réception des autorités : sapeurs-pompiers d’Auchel, fanfare des trompettes la Diane Auchelloise, société des médaillés des mines de Marles, société de secours mutuels l’Espérance, fanfare des mines de Ferfay, société de tir l’Espoir des Alsaciens Lorrains, les vétérans des armées de terre et de mer, fanfare du commerce, société de gymnastique la Jeunesse Auchelloise, , fanfare des mines de Marles.
A 11 heures 40, descendent du train de la compagnie des mines de Marles : M. le colonel Bernard, du 73e de ligne, délégué du ministre de la Guerre ; M. Pruvot-Bartier, président du conseil d’arrondissement ; M. Rinquin, maire de Béthune, conseiller d’arrondissement ; M. Dupont, maire, conseiller d’arrondissement, et M. Hernu, conseiller général, ancien maire, avaient été à Lapugnoy, au devant des autorités et de MM. Dessains, directeur de la compagnie de Marles ; Dufleux, ingénieur en chef, et Moulin, ingénieur principal.
A leur descente se trouvent MM. Lemay, capitaine des sapeurs-pompiers ; Dantin, 1er adjoint ; Ponche, 2e adjoint ; Maillard, commissaire de police et Fenin, secrétaire en chef de la mairie d’Auchel. le long cortège se rend au milieu d’une grande foule à l’hôtel de ville où M. Dupont, maire, présente aux autorités le conseil municipal au complet.
*  *
La remise des médailles
A midi, les sociétés se forment en carré sur la Grand’Place ; au centre, la société l’Amicale des anciens sous-officiers ; derrière, les 50 médaillés de 1870, dont plusieurs ont la poitrine couverte de décorations, et les 11 étendards.
Après la salut au drapeau, M. Delomel, sous-lieutenant de réserve, vice-président de l’amicale, prononce un éloquent discours et commente la belle devise de la société : « honneur, patriotisme, mutualité, fraternité ».
En présence du colonel Bernard, le drapeau est remis à l’Amicale ; puis est épinglée sur la poitrine des 50 braves, la médaille commémorative de 1870-1871.
*  *
Le banquet
Les sociétés se dispersent alors pendant que les autorités, les invités, et les convives se rendent à la salle de gymnastique où 500 personnes prennent place autour des tables très bien ornées. Le banquet est présidé par le colonel Bernard, M. Dupont, maire ; Hernu, ancien maire ; les autorités citées plus haut ; les ingénieurs de la compagnie de Marles ; les fonctionnaires, etc.
Au dessert, M. Dupont, maire, prononce un éloquent discours. Après avoir remercié les autorités et ceux qui ont organisé cette belle fête, excusé les personnes retenues à Lillers, l’orateur a défini l’idée de Patrie.
De chaleureux applaudissements soulignent ces belles paroles et un vigoureux ban est battu.
M. Ducrocq, président de la société des médaillés, assure Auchel du dévouement de la société, dont les membres ont des enfants prêts à servir la Patrie lorsqu’elle sera en danger.
Le colonel Bernard, en quelques mots émus, remercie la ville d’Auchel de sa chaleureuse réception.
Un double ban et les cris de « vive l’armée ! » suivent les paroles sympathiques du distingué officier supérieur.
M. Rinquin retrace le devoir des Français dans ce moment de crise belliqueuse et montre l’idéal des nations civilisées et les vertus de nos ancêtres de 1793, 1848 et 1870.
Une vibrante Marseillaise est entonnée par l’assistance.
*  *
Inauguration du monument
A 2 heures 30 sur la Grand’place, eut lieu la concentration de toutes les sociétés prenant part au festival au nombre de cinquante-deux.
Le colonel Bernard, suivit des autorités, passe la revue et se rend ensuite sur le kiosque pour le défilé, puis tout le cortège gagne le cimetière pour l’inauguration du monument élevé aux enfants d’Auchel morts pour la Patrie.
Après l’exécution d’un chœur « les Enfants morts pour la Patrie », poésie de Victor Hugo, par la société chorale Auchelloise, M. Ponche, adjoint, président du comité d’initiative, remet le monument à la ville. M. le docteur Hernu, dans un vibrant discours rappelle la belle devise des vétérans des armées de terre et mer : « Oublier Jamais ! » et exalte l’idée de Patrie.
M. Dupont, maire, reçoit le monument au nom de la ville et remercie tous ceux qui à titre quelconque ont contribué à cette inauguration. Il n’a garde d’oublier la compagnie de Marles, qui a apporté son concours financier et matériel. Tout Auchel s’est associé pour que cette journée soit inoubliable dans les fastes auchellois. Ajoutons que ce beau monument est l’œuvre de MM. Crasquin frères, marbrier à Bruay et à Auchel.
*  *
Les réjouissances
Dans la soirée, une fête de gymnastique a été donnée place Emile Raimbeaux, et des concerts ont eu lieu rue d’Aire, rue d’Houdain, et Grand’Place, où des kiosques avaient été élevés.
Les compagnies de sapeurs-pompiers ont participé à un tir à la cible chinoise, rue de Calonne. A 7 h 30, dans la salle de l’hôtel de ville, audition des sociétés orphéoniques la cécilia et l’Union chorale auchelloise.
Toutes ces réjouissances ont été suivies par une foule heureuse qui, toute l’après-midi, a circulé dans les rues parées de la ville.
Le soir, tout Auchel était réuni à nouveau, pour assister à un brillant feu d’artifice, tiré par M. Louis Dupommier, artificier à Béthune.
Un bal, plein d’entrain, a clôturé cette belle fête savamment préparée par le comité d’organisation, présidé par M. Ponche, adjoint, secondé admirablement par M. Fenin, secrétaire en chef de la mairie d’Auchel ; M. Maillart, commissaire de police, qui dirigeait le service d’ordre avec M. Comte, maréchal des logis de gendarmerie.
Cette journée patriotique a obtenu le plus grand succès et Auchel en conservera longtemps l’agréable souvenir.


Sources :
- Remerciement à Pascal Guillemant pour la photographie du monument et à sa fille Julie pour la liste des noms inscrits sur le monument. Monument signalé par Pascal Guillemant.






Si il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources