Retour
MÉMOIRES DE PIERRES

AUDRUICQ

Monument aux morts

Localisation : Place du général de Gaulle (ancienne Place des Maronniers) à l'ancien emplacement du monument du Souvenir Français (ce dernier, endommagé durant la guerre, a été restauré et déplacé)

Conflits commémorés : 1914-1918. (Associés dans un même sentiment d’admiration et de reconnaissance les combattants de 1870 et des campagnes coloniales)

Marbrier : Pierre-Marie POISSON (Paris)

Date d'inauguration :   21 août 1921 en présence de Boulanger et Berquet, députés ; Antoine, Sous-préfet de Saint-Omer ; Général Saint-Just (maire d’Ardres) 

Monument aux morts d'Audruicq
   
Texte de l'épitaphe :

1914-1918
Aux enfants d’Audruicq morts pour la patrie


Descriptif  du monument : Haut-relief représentant la France Victorieuse, les ailes déployées évoquent l’auréole de la victoire, le regard vers le ciel elle marque la confiance dans sa destinée et le souvenir des heures tragiques. Du geste large de ses deux bras ouverts, elle offre les couronnes de l’immortalité au braves tombés (d’après le discours prononcé lors de l’inauguration par M. Edmond Dupont, président du comité d’érection)

Coût et financement :
27.000 francs

Voir liste consolidée

Le journal La Croix du Pas-de-Calais rapporte l'inauguration du monument aux morts dans son édition du 26 août 1921 :

Audruicq – inauguration du monument aux morts

M. Narcisse Boulanger, député du Pas-de-Calais, a présidé l’inauguration du monument élevé à la mémoire des 113 enfants d’Audruicq morts pour la France au cours de la grande guerre.
C’est au fond de la grand place que s’élève ce monument simple et émouvant : la Patrie victorieuse couronnant ses morts.
Le cadre, déjà beau par lui-même est complété par des décorations d’un réel caractère artistique ; sur la place et dans les rues adjacentes, c’est un fouillis de verdures, un chatoiement de banderoles, une succession d’arcs de triomphe. On admire l’entrain avec lequel tous les habitants ont dû travailler pour arriver à cet ensemble remarquable.
Un cortège admirablement réglé se déroule à travers les rues de la ville et vient se disposer autour du monument ; en face, les enfants des écoles, les familles des morts, les conseillers municipaux et fonctionnaires d’Audruicq et des communes voisines ; sur le côté, les sections de vétérans et d’anciens combattants de 17 communes précédées de leurs drapeaux. A droite et à gauche du monument, la fanfare du 6e chasseurs et les musiques de Watten et d’Audruicq. Une affluence considérable se presse autour de l’enceinte réservée. De gracieuses jeunes filles vendent le programme et des photographies du monument.
*  *
Après la bénédiction du monument par M. l’abbé Hernu, curé doyen de la paroisse, un maréchal des logis fait l’appel des morts. Puis commence la série des discours. M. Edmond Dupont, président du comité du monument, dit le double but que celui-ci s’est proposé : faire vivre à jamais le nom des héros morts et affirmer aux yeux des générations qui les suivent la grandeur de l’effort et la fierté de la victoire. M. Louis Boo, maire et conseiller général, exprime en termes élevés le soin pieux que la ville prendra de ce monument pour honorer la mémoire de ses enfants. Parlent ensuite, souvent interrompus par les applaudissements, M. Antoine, sous-préfet de Saint-Omer ; M. O. Sailly, président de l’association des anciens combattants d’Audruicq, et M. Berquet, député du Pas-de-Calais. Enfin, M. Narcisse Boulanger, avec l’ardeur dont il est coutumier, célèbre les vertus du soldat français, vrai guerrier ; il évoque les heures sombres de la guerre ; il dit sa confiance dans l’avenir de la France victorieuse ; il termine en faisant appel à l’union sacrée et le spectacle qu’il a sous les yeux de la population entière unie pour célébrer ses morts est l’illustration vivante de ses paroles. De longs applaudissements saluent sa péroraison.
Entre les discours, pendant des morceaux de musique admirablement exécutés, les enfants des écoles, formant de délicieux groupes allégoriques étaient venus apporter gerbes et couronnes au pied du monument. Les anciens combattants français et le colonel Griffin, au nom de leurs frères d’armes britanniques, avaient ensemble déposé deux très belles palmes. Enfin, le général Saint-Just, après avoir dit quelques mots émouvants, a fait chevalier de la Légion d’honneur le lieutenant Léo Dubuis et le soldat Jean Verne, de ses enfants dont Audruicq est fier et la cérémonie s’est terminée par un long défilé devant le monument.
*   *
Le matin, une grand messe solennelle avait été chantée pour le repos des glorieux morts de 1914-1918 et des palmes avaient été déposées au cimetière devant le monument aux morts de 1870.




Les autres lieux de mémoire de la commune
   -  Audruicq Churchyard and extension. Dans le cimetière sont inhumés 7 soldats britanniques dont 1 qui n’est pas identifiée. Régiments concernés : Royal Army Ordnance Corps (6 tombes), Army Chaplains' Department (1 tombe)

     -  Plaque commémorative rappelant la libération de la ville le 6 septembre 1944 par le 18e régiment d'autos blindés - 12e Dragons de Manitoba (Canada). Cette plaque a été apposée en
        1984 sur la façade de l'Hôtel de ville. 

     -  Stèle à la mémoire de Georges MAUFFAIT. Sous-lieutenant FFI du Mouvement de Résistance Libé-Nord, grand résistant, Georges Mauffait est décédé accidentellement le 25 septembre
        1944. la stèle a été édifiée sur les lieux de l'accident

     - Monument aux morts du canton d'Audruicq (Guerre 1870-1871 et guerres coloniales

     - Monument aux morts de la paroisse

     - Tombe de soldats napoléoniens (située dans le cimetière)

Audruicq - tombe de grognard de Napoléon

Sources :
- Remerciement à Daniel Debruyne pour les photographies présentées sur cette page
- Photographie de la carte postale par le webmestre
- Commonwealth War Graves Commission
- La Croix du Pas-de-Calais (26 août 1921, 30 août 1931)
- Arch. départ. du Pas-de-Calais, 1 W 23331, 48516, 49555-49556
- Pour les morts en Afrique du Nord :
Louis Mortreux, les héros de l'oubli, 1952-1962, hommage aux militaires du département du Pas-de-Calais morts au champ d'honneur en Algérie-Tunisie-Maroc





S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources

Audruicq
Liste consolidée
Mort en Afrique du Nord :
DEBRUYNE Albert, brigadier-chef décédé à l’hôpital militaire de Sétif le 12 septembre 1956 (Algérie) [pas vu sur mémoires des hommes]

Et aussi :
DUBROEUCQ Raymond, né le 31/01/1922 à Audruicq, y domicilié, déporté du travail, décédé le 01/01/1949 à Saint-Omer des suites de maladie contractée en déportation
DUWATTEZ Marcel-Emile, né le 12/03/1924 à Nortkerque, domicilié à Audruicq, décédé le 24/05/1940 à Audruicq, tué d’un coup de feu tiré par un soldat allemand
FOURNIER Victor-Jules, né le 07/07/1887 à Audruicq, y domicilié, décédé le 24/05/1940 à Audruicq, fusillé par les allemands [mention mort pour la France accordée le 13/07/1956]
MAILLARD Solange-Yvonne-Marguerite, née le 08/07/1930 à Audruicq, décédée le 29/05/1940 à Audruicq au cours d’un bombardement aérien [mention MPF accordée le 20/10/1962]