Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

BIEFVILLERS-LES-BAPAUME

             Commune titulaire de la croix de guerre 14-18 (23 septembre 1920)



Monument aux morts des combats des 2 et 3 janvier 1871 (monument-ossuaire)


Le monument de Biefvillers-les-Bapaume a été élevé en hommage aux combattants de 1870 sur une ancienne carrière de la commune qui a servi d'ossuaire lors de la bataille de Bapaume (on y enterra les restes des 290 soldats français et allemands). La commune ne possède pas d'autre monument, elle y a fait apposer une plaque aux soldats tombés durant la Grande Guerre (1914-1918)




Localisation :
Sur la D7, à l’entrée du village en venant d’Arras


Conflits commémorés :  1870-1871


Date d'inauguration :  21 octobre 1894. Monument restauré après la Grande Guerre par Pérus-Copin (entrepreneur à Bapaume) pour un montant de 2700 francs (réparation de la grille et remplacement de la tête de croix)


Descriptif : Socle en pierre de Soignies surmonté d’une croix avec Christ bronzé


État actuel du monument : remis en état en 1992 (coût estimatif : 10 000F)


Texte de l'épitaphe :

  Monument aux morts de Biefvillers-les-Bapaume

Côté droit : « 22e corps d’armée – Général LECOINTE
  1ère division – Général DERROJA
  2e division – Général DU BESSOL"
Côté gauche : « 1ère brigade : lieutenant-colonel AYNES
        2e brigade : colonel PITTIÉ »
      « 1ère brigade : colonel FOERSTER
      « 2ème brigade : colonel de GISLAIN »
Sur la face : « Honneur ! Patrie »
  « Société National du Souvenir Français »
  « A la mémoire des officiers, et soldats tués au combat de Biefvillers-les-Bapaume, les 2 et 3 janvier 1871
Capitaine DUCOTE, 2e bat. de chasseurs à pied
Capitaine MARTIN, 91e Rt de ligne
Capitaine ROUX, 75e Rt de ligne
Fusiliers marins
2e, 18e et 20e bat. de chasseurs à pied
33e, 48e, 65e, 75e et 91e Rt de ligne
44e Rt de mobiles (Gard), 91e Rt de mobile (Pas-de-Calais)
12e et 15e Rt d’artillerie
21 octobre 1894 »

Morts au champ d'honneur
Joseph DUPUICH
Théodore JADOT
Albert LAGNIER
Victime civile
Alfred DÉFONTAINE
1914-1918
voir liste consolidée


Sources :
- Photographie prise en juin 2005

- Archives départementales du Pas-de-Calais 2 O 891/16, registres matricule militaire (classes 1902-1909)
- Site internet Mémoire des Hommes






S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources

Biefvillers-les-Bapaume
Liste consolidée
Morts au champ d'honneur
DUPUICH Joseph (Joseph-Guislain. Né le 19/10/1883 ? à Biefvillers-les-Bapaume. Soldat de 2ème classe au 30e bataillon de chasseurs 1ère compagnie, matricule 71, recrutement Arras. Mort pour la France le 29/09/1916 à Cléry (Somme), tué à l’ennemi)

JADOT Théodore (Né le 06/04/1883 à Paris (5e). Soldat de 2ème classe au 233e régiment d’infanterie, matricule 879, recrutement Arras. Mort pour la France le 12/11/1916 à la butte de Souain (Marne), tué à l’ennemi) [(fils naturel de Marie Jadot ; enfant assisté de la Seine ; profession de domestique ; incorporé le 15/11/1904 au 33e RI, soldat de 1ère classe le 02/02/1906 ; rappelé à l’activité le 2e jour de la mobilisation comme conducteur d’animaux au 33e RI ; tué aux tranchées de Capron (Marne) ; citation à l’ordre général du 16/12/1916 ; domicilié à Paris, Lens (82 rue du Chapitre), Grévillers, Biefvillers-les-Bapaume ; degré d’instruction : 3)]

LAGNIER Albert (Albert-Aimé. Né le 18/05/1886 à Bapaume. Sergent au 33e régiment d’infanterie réformé n°1, matricule 199, recrutement Arras. Mort pour la France le 03/04/1918 à Nice (Alpes-Maritimes), maladie (tuberculose pulmonaire)) [(fils d’Anatole-François et de Léonie Goubet, domiciliés à Bapaume ; profession d’étudiant ; incorporé le 07/10/1907 au 8e RI, nommé caporal le 10/04/1908, réformé n°2 le 14/10/1908 par la commission spéciale de Saint-Omer pour tuberculose pulmonaire ; reconnu apte au service armé le 26/11/1914 par la commission de révision du Pas-de-Calais, nommé sergent de réserve le 09/02/1915, passé au 33e RI, classé au service armé le 20/09/1916 par la commission de réforme d’Orléans, passé au 13e RA (service auto) le 17/07/1916 et maréchal des logis ledit jour, passé au 20e escadron du train des équipages militaires le 30/12/1916, réformé temporairement 1ère catégorie par la commission spéciale de Versailles le 29/03/1917 pour bronchites des sommets et amaigrissement progressif ; degré d’instruction : 5)]