Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

BOURLON

            Commune titulaire de la croix de guerre 14-18 (23 septembre 1920)


Monument aux morts

Localisation : Place de l'église

Conflits commémorés : 
1914-1918, 1939-1945

Date d'inauguration : 24 septembre 1923. Le Poilu avait été installé sur son socle quelques semaines auparavant (7 août 1923).

Marbrier : Molinié, Nicod et Pouthier. La statue est de Charles Walhain

Description : statue "Poilu" en pierre de Chauvigny

Coût et financement : 24000 francs (dont 10000 francs pour la statue du poilu). Une souscription publique rapporta 17000 francs, la commune ajouta 5000 francs sur son budget et le comité des réfugiés du Pas-de-Calais fit un don de 5000 francs.

L'inauguration du monument vu par Le Grand écho du Nord de la France du 25 septembre 1923

Bourlon, ravagé par la guerre, a commémoré hier ses enfants tombés pour la France en inaugurant un monument élevé à leur souvenir. Le matin, à 10 heures, une grand’messe fut célébrée à la mémoire des morts par le chanoine Vitel, aumônier militaire du 33e RI qui prit la parole pour inviter les mères à pleurer, à prier et à espérer. La cérémonie fut suivie par la bénédiction du monument.

La réception des sociétés et les autorités
A 14 heures, le maire M. de Franqueville, entouré de son conseil municipal reçut à l’école des filles les sociétés invitées, à qui furent offerts les vins d’honneur : clairons de Péronne, musique de Fontaine-Notre-Dame, Inchy, anciens combattants de Fontaine, Flesquières, Rémy, Neuville-Saint-Rémy, Pronville, Quéant, Espinoy, Sainte-Olle, musique d’Ecourt-Saint-Quentin, anciens combattants d’Ecourt, Baralle, Graincourt, musique et anciens combattants de Moeuvres, anciens combattants de Sailly, Raillencourt, Hainecourt, trompettes de Sains et Sauchy, anciens combattants de Sains, Marquion, Inchy, Annoeux, Sauchy-Lestrée, Cantaing, Oisy-le-Verger, Rumaucourt et Bourlon.

La municipalité reçut ensuite les autorités : MM. Bertin-Ledoux, secrétaire général de la préfecture ; Loth, conseiller général ; le commandant de Job, du 1er RI ; le capitaine canadien Simpson, délégué par le colonel en service à Poperinghe ; Delattre, président du groupe départemental de l’UNC ; de Saint-Aubert et les autres maires des communes voisines.

A tous, M. de Franqueville souhaite la bienvenue ; remercié par MM. Bertin-Ledoux qui se dit d’autant plus satisfait de revenir à Bourlon, qu’il y revoit le constant labeur de la reconstitution, et Loth qui prie M. de Franqueville de transmettre son souvenir affectueux à M. de Franqueville père, dont il rappelle la captivité pendant l’occupation.
On se rend ensuite à l’entrée sud de la commune pour assister au défilé des sociétés, que précèdent un groupe de cyclistes et de cavaliers, les enfants des écoles portant des bouquets, les vétérans de 1870 et une délégation de soldats de l’armée active.

Au pied du monument
Le cortège gagne alors l’église en reconstruction, à laquelle s’adosse le monument, œuvre sobre et imposante de M. Valin, prix de Rome, l’auteur de nos billets de 500 francs, et des architectes Molinié, Nicod, prix de Rome et Pontier. L’œuvre est faite de matériaux dignes de sa valeur artistique : le poilu qu’elle représente est en pierre de Chauvigny, le soubassement en pierres de Soignies récupérées dans les ruines du château de Franqueville. (…) des concerts mirent fin à cette belle journée.
La foule à l'inauguration


Mort en Afrique du Nord :
VANESSE Robert-Joseph, né le 22 juin 1913 à Bourlon, adjudant au 10e service d’infirmerie militaire, mort pour la France le 5 janvier 1957 à Sidi-bel-Abbés (Algérie)


Une plaque commémorant la fin de la guerre d'Algérie a été posée au monument aux morts en décembre 2004. Elle a été dévoilée par Jean-Luc Boyer, maire et Robert Corette, président de l'union national des combattants de la commune.
Le monument a été rénové fin 2010, les travaux ont porté sur la réfection du crépis, la reconstruction des murs latéraux et le renouvellement de la plaque portant les noms, pour un coût total de 9212 euros.



Les autres lieux de mémoire de la commune

        -  Stèle aux victimes des combats du 11 juin 1944 (Dix maquisards tués au combat lors d’une embuscade) 

      -  Bourlon Wood Cemetery (245 corps 14-18) (chemin de Cambrai, lieu-dit le Village, superficie : 875 m2). Cimetière ouvert par le Canadian Corps Burial Officer en octobre 1918. En 1919, 3 travailleurs chinois y furent enterrés. Plus tard, 5 tombes des champs de bataille environnant y furent regroupées. 

      -  Bourlon communal cemetery. Dans le cimetière communal reposent les corps d’un soldats britanniques tué en septembre 1916 et d’un canadien tué en septembre 1918. 

      -  Le bois est devenu le site d’un parc commémoratif canadien, le terrain a été donné par la comte de Francqueville (maire de la commune après la guerre). Sur le monument central, qui constitue également une table d’orientation, on peut lire : Le 27 septembre 1918, l’armée canadienne franchit le canal du Nord et conquit cette hauteur. Elle prit Cambrai, Denain, Valenciennes et Mons puis avança jusqu’au Rhin.

Après la première guerre mondiale, le village a été adopté par Hove.



Sources :
- Commonwealth war Graves Commission
- Archives départementales du Pas-de-Calais 2 O 1123
- http://mairiebourlon.free.fr
- Pour la plaque de la fin des combats en Algérie, voir l'article et la photographie de la Voix du Nord du 10 décembre 2004

- Louis Mortreux, les héros de l'oubli, 1952-1962, hommage aux militaires du département du Pas-de-Calais morts au champ d'honneur en Algérie-Tunisie-Maroc
- Site Internet Mémoire des Hommes
- Date de la pose du poilu sur son socle communiquée par Agnès Lageat
- Photographie de l'inauguration par l'association Mémoire et Patrimoine de Bourlon





S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources