Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

BOUVELINGHEM


Monument aux morts


Marbrier :
Fasquelle (Licques)


Date d'inauguration : 27 juillet 1930        


Texte de l'épitaphe :


Bouvelinghem
à ses enfants
morts pour la France
monument aux morts de Bouvelinghem
                                                          



LE MONUMENT AUX MORTS

DE BOUVELINGHEM
par Thierry DU WICQUET
(pour le Comité d'Histoire du Haut-Pays)
   
    Quelques années après la Grande Guerre, Bouvelinghem était l’une des (rares?) communes du Pas-de-Calais à ne pas encore posséder de Monument dédié aux soldats morts sur les champs de bataille. Seule une plaque posée dans l’église “par les soins du clergé et payée par la charité privée” rendait  hommage aux Morts pour la France. C’est pourquoi le Préfet du Département, au début le l’année 1921, interrogea le maire de l’époque Monsieur Devignes sur les raisons de cet oubli... La réponse ne se fit pas attendre. Par lettre du 23 février de la même année, le maire répondit  que la plaque avait été posée “par les soins du Clergé et payée par la charité privée” ,  que la municipalité n‘y avait  pris aucune part“, que  d‘un autre côté, elle avait envisagé l’érection d’un monument mais après l’avis du conseil municipal ladite plaque avait été jugée suffisante pour les raisons suivantes : Parmi les dix morts pour la Patrie, quatre familles seulement n’ont pas quitté la commune et dont deux sont indigentes. Les deux autres, l’une est enfermée dans un asile d’aliénés et l’autre s’est remariée. Il n’y a donc rien à compter sur une souscription et à moins que la subvention départementale ne soit très importante, la Commune ne pourrait prendre la charge d’une pareille dépense”. Une façon bien étrange de considérer les soldats morts pour la France, et leur famille ! Ce Maire sera semble t-il révoqué quelques années plus tard !
    Le nouveau Maire élu le 19 mai 1929 aura une toute autre démarche ! Lors de la séance du 13 avril 1930, le conseil municipal, présidé par le nouveau maire Jules COURTAT  “considérant que seule une plaque  apposée à l’église rappelle aux habitants les noms de ceux qui sont morts pour la France,  que seule également dans le canton la commune ne possède pas de monument aux Morts, que par suite de la situation financière, la commune peut en élever un, que le sacrifice de ses Enfants appelle l’attention de tous,  est d’avis d’élever, entre l’école et l’allée du cimetière, un Monument qui portera les noms des Enfants de la commune morts pour la France.”
    La dépense nécessaire sera prélevée sur le budget additionnel et s’il le faut sur une contribution volontaire des habitants.
    Une maquette est rapidement demandée à Monsieur FASQUELLE, de Licques, qui présente son projet lors de la réunion du 18 mai suivant !
    Le Conseil accepte la proposition à l’unanimité, et précise :
    “En ce qui concerne les inscriptions, celles de “Morts pour la France pendant la guerre 1914-1918” se fera sur la face de la pyramide qui regarde la route. Sur l’une et l’autre des faces latérales seront inscrits ceux qui sont décédés des suites  de la guerre et dont les familles demanderont les inscriptions.”
    L’inauguration a lieu le dimanche 27 juillet. Il est fait appel à des sociétés environnantes; une commission doit dresser  le programme de la “fête“... Malheureusement, nous n’en savons pas plus sur le déroulement de la cérémonie. Les Bouvelinghemois durent être nombreux autour du Monument pour rendre hommage à leurs enfants que cette guerre terrible leur enleva un jour...
    Le 18 janvier 1931, le Maire Jules COURTAT convoque à nouveau les conseillers municipaux. A l’ordre du jour est inscrit, entres autres sujets, le règlement des comptes du monument aux Morts. Le Maire expose donc un compte rendu des opérations concernant l’érection du Monument.
    Les comptes sont adoptés par cinq voix contre une.

Recettes
Dépenses
subvention communale                        1400,00 f
contribution volontaire*                        825,00 f
produit des quêtes                                  293,00 f
produit de la tombola                          2760,00 f


(*dont un don de M. Fardoux ?)














TOTAL                                               5778,00 f

coût du monument                                    3000 ,00f
impression billets et affiches                      219,00 f
achat lots de tombola                                 185,00 f
achat de petites fleurs, écharpe                 116.70 f
vins de réception et pour repas                  420.50 f
viande pour repas                                      300,00 f
bière                                                             40,00 f
musique de Lumbres                                  160,00 f
sapeurs pompiers                                       100,00 f
service religieux                                           76,00 f
trav. effectué  (3 ouvriers : 4 jours à 25 f) 300,00 f
frais de correspondance                                7,50 f
lettres pour couronnes                                 12,50 f
location de vaisselle                                    15,00 f
 voyages voitures à Lumbres                       30,00 f
achat guirlandes, divers                            219.80 f
location de drapeaux                                   20,00 f
serveuses                                                      50,00 f
train spécial de Lumbres                              88,00 f
divers                                                            36,00 f

TOTAL                                                     5396,00 f



        Les inscriptions sur le monument reprennent les noms et prénoms des soldats de la commune morts pendant la guerre 1914-1918, où des suites de blessures, peu après la guerre.

Joseph COURTAT  
Médéric COURTAT
Henri REBERGUE
Joseph REMY
Arthur DELOBEL
Emile TAVERNE
Fernand LUGUET
Achille TALEUX
Auguste PILLIER
Edmond PILLIER 
Edouard CONIA
Constant DEHACQ
Alfred ROUSSEL
Joseph ROUSSEL
Henri DELMAIRE
Alfred REBERGUE
Désiré REBERGUE
Auguste FAVIERE

    Sur la plaque qui se trouve dans la nef de l’église, (en entrant à gauche)  l’âge ainsi que le lieu de décès de chacun de ces soldats est repris. Mais les responsables de l’époque n’ont tenu compte que des “Morts sur le champ de bataille“.
    Aussi, le Conseil municipal a réparé cet oubli en 1930... et sur le monument, ont été ajoutés les noms des hommes décédés des suites de leurs blessures.
   
    Après quelques recherches dans l’état civil communal, on pourra y ajouter quelques informations. Malheureusement Certaines personnes n’étant ni nées ni décédées à Bouvelinghem, on n’en retrouve nulle trace dans l’état civil.
NOM Prénom
Age
date de décès
Lieu de décès
COURTAT Joseph
soldat au 6e régiment d’Infanterie
38 ans
15.11.1914
Nieuport
COURTAT Médéric
soldat 2e classe au 208e R.I.
36 ans
1916   
Lihons (Somme)

REBERGUE Henri
capitaine au 110 R.I.
23 ans
1916
Etinehem
(Somme)
REMY Joseph
30 ans
1916
Salonique
DELOBEL Arthur
24 ans
1916
Beauséjour
LUGUET Fernand
soldat 2e classe au 233e R.I.
20 ans
11.06.1918
Corsy
(Aisne)
TALLEUX Achille
soldat 2e classe 8e escadron du train
28 ans
13.10.1918
Creil (Oise)
PILLIER Auguste
301e R.I. artillerie lourde
41 ans
23.10.1918
camp de prisonniers de Crossen sur Oder
Schwiebas
PILLIER Edmond
28 ans
1918
Champagne
TAVERNE Emile
31 ans
1918
Héricourt

Les autres lieux de mémoire de la commune

- Plaque aux morts de la paroisse. Dans l'église Notre-Dame de l'Assomption, on trouve une plaque aux morts de la Grande Guerre : "A Nos glorieux morts. Guerre 19143-1919. RIP"

COURTAT Joseph 38 ans Nieuport 1914
COURTAT Médéric 36 ans Lihons 1916
REBERGUE Henri 23 ans Etinehem 1916
RÉMY Joseph 30 ans Salonique 1916
DELOBEL Arthur 24 ans Beauséjour 1916
LUGUET Fernand 20 ans Corsy 1918
TALLEUX Achille 28 ans Creil 1918
PILLIER Auguste 41 ans Allemagne 1918
PILLIER Edmond 28 ans Champagne 1918
TAVERNE Émile 31 ans Héricourt 1918

Bouvelinghem



Sources :
- Remerciement à Thierry DU WICQUET pour son aimable contribution (Photographie + texte)
- Site internet Mémoire des Hommes
- Photographie et transcription de la plaque de l'église par Thadée Szalamacha (octobre 2010)
- Arch. départementales du Pas-de-Calais,
états signalétiques et des services (registres matricules du recrutement militaire, sous-série 1 R)




S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources

Bouvelinghem
Liste consolidée (?)

COURTAT  Joseph (Léon-Charles-Joseph. Né le 18/08/1878 à Bouvelinghem. 2e classe au 6e RIT, matricule 2944, recrutement Saint-Omer. MPF le 15/11/1914 à Nieuport (Belgique))

COURTAT Médéric (Médéric-Joseph. Né le 07/12/1880 à Clerques. 2e classe au 208e RI, matricule 2539, recrutement Saint-Omer. MPF le 16/09/1916 aux tranchées de Lihons (Somme))

REBERGUE Henri (Henri-Joseph-Désiré. Né le 15/12/1893 à Bouvelinghem. Caporal au 110e RI, matricule 725, recrutement Saint-Omer. MPF le 21/09/1916 à Etinchem (Somme), ambulance 5/1, blessures)

REMY Joseph

DELOBEL Arthur (Arthur-Léon-Joseph. Né le 08/10/1891 à Bouvelinghem. 2e classe au 84e RI, matricule 1654, recrutement Saint-Omer. MPF le 16/02/1915 à Beauséjour (Marne)) [transcription à Longjumeau (Seine-et-Oise) le 10/10/1918]

TAVERNE Emile (Emile-Charles-Joseph. Né le 16/06/1887 à Boisdinghem. 2e classe au 117e RI, matricule 547, recrutement Saint-Omer. MPF le 02/03/1918 à Héricourt (Haute-Saône), hôpital complémentaire 21, maladie (méningite cérébro-spinale)) [(fils de Jacques-Hyacinthe-Théotime et de Marie-Bertine-Joseph Leuillieux ?; profession de tailleur d’habits ; incorporé au 4e cuirassiers le 01/10/1908 ; rappelé à l’activité le 01/08/1914 ; passé au 17e escadron du train le 01/01/1917, passé au 117e RAL le 22/10/1917)]

LUGUET Fernand (Fernand-Désiré-Rémi. Né le 31/07/1898 à Bouvelinghem. 2e classe au 233e RI, matricule 1162, recrutement Saint-Omer. MPF le 11/06/1918 au ravin de Cutry à Corcy (Aisne))

TALEUX Achille (TALLEUX Achille-Joseph-Arthur. Né le 12/07/1890 à Bouvelinghem. 2e classe au 8e escadron du train, matricule 3501, recrutement Saint-Omer. MPF le 13/10/1918 à Creil (Oise), hôpital complémentaire 21, maladie)

PILLIER Auguste

PILLIER  Edmond (Louis-Joseph-Edmond. Né le 15/04/1890 à Coulomby. 2e classe au 301e RI. MPF le 23/10/1918 à Villers Daucourt (Marne), ambulance 1/8 SP 48, maladie) [transcription à Bouvelinghem le 04/02/1920 ; son nom figure également sur le monument de Coulomby]

REBERGUE Désiré (Henri-Joseph-Désiré. Né le 15/12/1893 à Bouvelinghem. Caporal au 110e RI, matricule 725, recrutement Saint-Omer. MPF le 21/09/1916 à Etinchem (Somme), ambulance 5/1, blessures)