Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

LA COUTURE


Monument national Portugais


Localisation :
Près de l'église, sur une parcelle de terrain de 25 mètres carrés cédés gratuitement au gouvernement Portugais par décision municipale du 10 septembre 1923


Conflit commémoré :  1914-1918


Date d'inauguration : Samedi 10 novembre 1928. La première pierre avait été posée le 11 novembre 1923 en présence du maréchal Joffre.    


Sculpteur : Antonio Texeira Lopez


Descriptif : Sur les ruines d'une cathédrale gothique, la Patrie Portugaise brandit l'épée de Nuiv'Alvarez, héros légendaire de l'indépendance, tandis qu'un soldat Portugais (reconnaissable à son casque bourquignote) mène un face à face avec la mort.
La Couture monument national Portugais

La Couture monument national Portugais
La Couture monument national Portugais
La Couture monument national Portugais
La Couture monument national Portugais
L'arrière du monument

Le journal le Réveil du Nord rapporte l'inauguration du monument portugais dans son édition du 11 novembre 1928 :

L’inauguration du monument aux héros portugais à La Couture

Une foule nombreuse a assisté hier, samedi, à la cérémonie aux côtés des personnalités françaises et alliées.

Une importante délégation d’anciens combattants , de mutilés, de veuves et ascendants portugais, est arrivée il y a deux jours en France, pour y rendre un solennel hommage à ses héros tombés au champ d’honneur. Dès le début des hostilités, aux premiers jours d’août 1914, la petite nation latine, notre sœur, n’hésitait pas à nous marquer toute sa sympathie, ainsi qu’à la Belgique devant une violation aussi évidente du droit. On ne peut dire que le Portugal soit resté neutre pour n’avoir pris place immédiatement à nos côtés, puisqu’il manifestait déjà en 1914 une sympathie active en fournissant des renforts précieux à nos alliés britanniques et des armes à nos amis belges.
Le rude tournant de Verdun en février 1916, décida nos alliés à entrer dans la lutte, à un moment particulièrement critique et où il y aurait eu, s’il s’était agi d’un calcul intéressé, un risque certain à miser contre les empires centraux alors qu’ils semblaient avoir tous les atouts en mains.
Ainsi qu’ils l’ont maintes fois prouvé en luttant avec nous et en collaborant étroitement jusqu’à la victoire finale, ainsi qu’ils l’ont affirmé hier solennellement sur la terre d’Artois fécondée du sang de leurs 7000 morts, les Portugais se sont tout simplement sentis nos frères latins et ils ont ajouté à leur superbe passé historique la gloire de défendre avec nous une civilisation commune.
Le monument qu’ils ont élevé à leurs morts, au cœur même de la petite commune de La Couture, âprement défendue par eux, pied à pied, rappellera aux générations futures cette belle fraternité d’armes qu’une paix chèrement payée ne fera que rendre plus étroite.

L’arrivée à Béthune de la délégation portugaise
C’est un pieux pèlerinage qu’ont voulu accomplir en France les anciens combattants portugais. Il faut savoir gré à leur comité d’organisation d’y avoir associé d’humbles familles, des mutilés, de pauvres mamans qui n’auraient pu venir en terre de France pleurer sur leurs fils sans une aide active qui vienne réduire notablement le gros sacrifice pécuniaire que représente un voyage long et dispendieux. Une importante délégation qui avait été reçue hier à Paris par M. Louis Martin, ministre des Pensions, est donc arrivée à Béthune par le train de Paris de 10 h 53. elle était conduite par M. Armando de Gama Ochoa, ministre du Portugal en France qu’accompagnaient le général Graveiro Lopes ; les colonels Mardel Pereira et Christava Ayres, représentant l’armée portugaise ; le commandant Cerqueira et le lieutenant colonel Vasco Lopes de Mendoga, du comité d’érection du monument ; le marquis de Paria et Mme Pereiro Pinto, délégués de la Croix Rouge ; le commandant Portulha, attaché militaire : MM. Scharley Perreira et Maxime Bron, anciens combattants portugais.

La réception des notabilités
Par le même train étaient descendus M. Jacobson, chef de cabinet de M. Louis Marin, représentant le ministre des Pensions, retenu à Paris ; MM. Peytral, préfet du Pas-de-Calais et Cagy, secrétaire général de la préfecture ; le commandant Besley, de l’institution des Invalides ; M. le lieutenant colonel Bruchon, attaché au cabinet du ministre de la Guerre ; M. le général Lacapelle, commandant le 1er corps d’armée, délégué par M. le ministre de la Guerre.
Les personnalités furent reçues à leur arrivée par MM. Lantoine, consul du Portugal à Arras ; Régis Bayle, consul de Belgique à Arras ; MM. Legros, Cierva, Collin et Chalvet, représentant de la chambre de commerce franco-portugaise ; M. Stirn, sous-préfet de Béthune ; M. Ponnelle, maire de Béthune ; MM. Appourchaux et Salmon, députés du Pas-de-Calais ; le colonel Guerre, directeur général des mines de Courrières, président du groupement des officiers de réserve ; Pierron, commandant du bureau de recrutement ; les capitaines de gendarmerie Coinda, de Béthune et Courtelin, de Lens ; le commandant Pajot, président du Souvenir Français.
Place de la gare étaient formées en carré de nombreuses délégations d’anciens combattants de Béthune et des environs avec leurs bannières ; de nombreuses sections d’anciens combattants portugais venues de Béthune, Estaires, Vendin-le-Vieil ; des sociétés portugaises de secours mutuels des départements du Pas-de-Calais, du Nord, de la Somme. On sait qu’environ 2000 Portugais sont répartis dans divers centres de la région, à Hénin-Liétard, Albert, Vimy, où ils ont collaboré avec nos travailleurs du pays à la restauration de nos ruines.
Les officiels ont défilé devant les sociétés aux accents des hymnes nationaux exécutés par l’harmonie des mines de Courrières. De nombreux Portugais venus à Béthune en cette occasion solennelle ont chaleureusement manifesté leur enthousiasme. 

Le banquet
La cérémonie officielle a été précédée d’un déjeuner servi à l’hôtel Coppin-Chevalier. M. Jacobson, présidait à la table d’honneur ce modeste repas qui fut empreint de la meilleure cordialité.
Au dessert, les souhaits de bienvenue furent offert à nos amis portugais par M. le préfet du Pas-de-Calais, au nom du département, et par M. Legignon, adjoint au maire de Béthune, au nom de la ville et de la municipalité. Ce dernier rappela l’accueil chaleureux que reçurent les troupes portugaises à leur arrivée à Béthune, et le souvenir ineffaçable qu’en a gardé la population.
M. le colonel Guerre apporta le salut des officiers de réserve et eut un hommage particulier envers Mme Maria de Pietad, qui représente au sein de la délégation les mères des familles portugaises.
M. Appourchaux prit la parole au nom des parlementaires du Pas-de-Calais, pour dire son admiration à notre héroïque sœur latine et la reconnaissance que nous lui vouerons éternellement pour son geste chevaleresque.
M. le général Lacapelle, représentant M. Painlevé, fit un aperçu historique des heures tragiques d’avril 1918, et rappela le bel éloge que fit le maréchal Foch de la résistance portugaise.
En quelques mots très simples, plein d’émotion, le général Gravécro Loves, M. Armando de Gama Ochoa, ministre du Portugal en France, et le colonel Christavao Ayres, ont remercié au nom de leur compatriotes les autorités françaises de leur accueil fraternel et levé leurs verres à la France immortelle !
Le dernier toast de M. Jacobson, après avoir excusé M. Louis Martin, fit ressortir l’effort prodigieux de la petite armée portugaise, dont la 2e division défendit vaillamment un front de quinze kilomètres contre un ennemi très supérieur en nombre.

La cérémonie d’inauguration à La Couture
La caravane d’autocars quitta Béthune aussitôt après le repas pour gagner La Couture. Là, sur une petite place, à l’endroit même où s’élevait autrefois une vieille église et un calvaire, dont il ne subsiste que quelques ruines, une foule nombreuse, où l’élément portugais est largement représenté, est massée autour du monument.
L’éminent sculpteur M. Texeira a magnifiquement symbolisé le sens de l’intervention sur notre sol des enfants de son pays : un soldat portugais qu’encourage une République armée de la vieille épée des conquérants portugais, se débat ici contre les puissances de mort qu’évoque un tragique squelette armé d’une faux.
C’est ce thème de la lutte contre l’oppression, pour la liberté et l’indépendance des peuples que développeront toute à l’heure les représentants du gouvernement portugais.
L’harmonie des mines de Courrières exécute les hymnes nationaux puis un soldat portugais enlève le voile qui recouvre le monument. M. l’archiprêtre de Béthune, chanoine Pruvost, doyen de Saint-Vaast, et M. Blondiau, curé de La Couture, prononcent les prières liturgiques.
Une estrade où prennent place les personnalités officielles a été dressée à côté d’une tribune où prend place le commandant Lerqueira. Au nom du comité il dit sa gratitude à la population de La Couture à qui il confie la sauvegarde de ce précieux monument du souvenir.
Au nom de la population, M. Sarrazin, maire de La Couture, dit à son tour la reconnaissance des habitants envers leurs sauveurs.
Le général Graveiro Lopes, au nom de l’armée portugaise, et le ministre du Portugal, au nom de son gouvernement, remercient à leur tour et remettent au maire de la Couture un message précieusement enfermé dans une riche enveloppe de cuir ouvragé.
On entend encore les adresses du colonel Christavao Ayres, de la mission portugaise, qui commanda en chef sur ce front, de M. Meaux, au nom de l’association française des Croix de Feu, de M. Gruson, au nom des anciens combattants de La Couture, de M. Fernand Vincent, au nom des anciens combattants français résidant au Portugal, de Mmee Olga Moraes Sarmento, au nom des femmes portugaises ; Melle Lopez d’Almeida dit avec beaucoup d’émotion un poème Les Fruits mûrs de la paix.
M. le général Lacapelle et M. Jacobson firent les conclusions de cette cérémonie commémorative qui resserrera encore les deux nations autour du même idéal de liberté dans le culte des héros.
M. Jacobson a remis ensuite un certain nombre de décorations, médaille d’honneur avec glaive, à des anciens combattants portugais.

Au cimetière de La Couture
La cérémonie terminée, la foule s’est écoulée lentement vers le cimetière de La Couture où le monument aux morts de la commune a été inauguré au cours d’une cérémonie très simple. De nombreuses gerbes de fleurs déposées par les associations françaises et portugaises recouvraient le pied du monument. La même communion dans le culte des morts s’est retrouvée dans les courtes allocutions qu’ont prononcées M. Sarrazin, M. Gruson, M. le ministre du Portugal été le lieutenant colonel Bruchon.
La délégation portugaise s’était rendue au début de l’après-midi au cimetière militaire de Béthune où elle avait fait déposer de magnifiques couronnes ainsi qu’au monument aux morts qu’on inaugure aujourd’hui. Elle a poursuivi à la tombée de la nuit son pèlerinage aux tombes en visitant en groupe le cimetière portugais de Richebourg l’Avoué. Elle a repris à 19 h à Béthune le train pour Paris emportant avec d’inoubliables souvenirs l’intention de faire participer par la suite à ce pieux hommages d’autres délégations d’anciens combattants désireux de revoir les lieux où ils souffrirent pour nous, avec nous.

La Couture monument Portugais en cours de restauration (par la société Serviloc)
En 2010, le monument a bénéficié d'une restauration par la société Serviloc


Sources :
- Manuel Do Nascimento, La Lys, devoir de mémoire, version bilingue, l'Harmattan, 2008, 77 pages
- Photographies du Webmestre, sauf photographie du monument restauré par la société Serviloc
http://www.serviloc.fr/

- le Réveil du Nord, 11 novembre 192




S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources