Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

ÉCURIE

             Commune titulaire de la croix de guerre 14-18 (23 septembre 1920)


Monument aux morts

Localisation :
Près de l’église

Conflit commémoré : 
1914-1918

Marbrier : Elévation par Leroy et Platel

Descriptif : Pyramide avec médaillon de poilu

Coût et financement : 5.700 francs. L'Etat accorda une subvention de 140 francs

Date d'inauguration : 15 juillet 1928


Texte de l'épitaphe :

1914-1918
1939-1945


M. Masson, maire

Liste des noms inscrits au monument aux morts :
1914-1918 :
Victimes militaires :

BARAFFE Léon
COURTOIS Désiré
DEROLEZ Désiré
LEGRAND Louis
MARY Julien
MAYEUR Eugène
TRANNIN Léon
BELLANGER Joseph
Victimes civiles :
LEGLAND Albert
LEGRAND Fleury


1939-1945 :
Victimes militaires :

DIEVAL Anselme
DELAVAL Lucien


Monumet aux morts d'Ecurie

La Croix du Pas-de-Calais du 22 juillet 1928 revient sur l’inauguration du monument :

Dimanche 15 juillet, a été inauguré, à Ecurie, en présence d’une nombreuse assistance, le superbe monument aux morts édifié près de l’église par la commune à la mémoire de ses enfants tombés au champ d’honneur.
Dans la matinée une messe fut dite à l’intention des morts par M. l’abbé Mersanne. Au cours de la cérémonie, M. Darcq, professeur au Conservatoire de Lille, gendre de M. Masson, maire, exécuta à la perfection plusieurs morceaux de violoncelle. Après la messe un déjeuner cordial fut servi chez M. Masson. Y assistaient : MM. Cagé, chef de cabinet du préfet du Pas-de-Calais, qui l’avait délégué pour le représenter ; Lemelle, député-maire d’Arras ; Doutremépuich, conseiller général ; Cousin, chef adjoint du cabinet du préfet ; Dourdain, adjoint au maire de Dainville ; Ducatez, maire d’Anzin-Saint-Aubin ; les conseillers municipaux d’Ecurie, et les membres de la famille de M. Masson.
Au dessert, M. Doutremépuich, au nom de tous remercia délicatement de son cordial accueil M. Masson, qui lui répondit en termes excellents. Dans l’après-midi eut lieu l’inauguration du monument, précédé du défilé en tête duquel avait pris place la fanfare du 3e génie. Elle était suivie des musiques de Dainville, Thélus, Neuville-Saint-Vaast, des sapeurs-pompiers de Saint-Nicolas, des anciens combattants des villages voisins, des personnalités, auxquelles s’était joint M. Sorrel, représentant le groupement départemental de l’UNC.
Devant le monument, plusieurs discours furent prononcés par MM. Masson, Doutremépuich, Lemelle, le président des anciens combattants de Roclincourt et d’Ecurie, et Cagé. De très belles gerbes de fleurs furent ensuite déposées et la fanfare du 3e génie clôtura la cérémonie en exécutant aux Champs et la Marseillaise.

Ou encore, le Réveil du Nord du 16 juillet 1928 :
La commune d’Ecurie, située au nord d’Arras, forma pendant de longues années un rempart invincible aux attaques des forces ennemies et son sol, labouré par les obus, creusé par l’éclatement des mines, fut complètement retournée ensevelissant fermes et maisons, bâtiments communaux et église. Ecurie a connu l’enfer de la ligne de feu et ses habitants durent fuir à l’approche des premiers uhlans. C’est grâce à M. Masson, le dévoué maire de la commune qu’il évita de tomber aux mains ennemies. Ecurie évoque immédiatement le Labyrinthe, dont la commune est séparée de la légendaire commune de Neuville-Saint-Vaast, souventes fois citées dans les communiqués. Devant l’héroïque conduite de cette commune qui comptait 300 habitants avant la guerre et qui malheureusement n’en possède actuellement que la moitié, jadis renommée par la spécialité de ses peintres et ses plafonneurs, se vit décerner la croix de guerre en 1920.
Dimanche dernier on inaugurait le superbe monument accolé à la nouvelle et charmante église qui semble protéger ce souvenir de pierre. Des fausses portes avaient été préparées en l’honneur des invités et des notabilités et en particulier, une dédié à M. Cagé, chef de cabinet du préfet du Pas-de-Calais, qui jouit dans la région d’une véritable estime. Une messe fut dite par l’abbé Mersanne en l’honneur des morts. De nombreuses familles y assistèrent. M. Darcq, gendre de M. Masson, professeur au conservatoire de Lille exécuta des violoncelle. Un déjeuner cordial, empreint de la plus parfaite concorde, fut superbement servi chez M. Masson, maire, dont la cordialité et la plus parfaite urbanité mirent immédiatement les convives à l’aise.
A la table d’honneur étaient placés MM. Cagé, chef de cabinet du préfet ; Lemelle, député maire d’Arras ; Masson, maire d’Ecurie ; Cousin, chef adjoint au cabinet du préfet ; Dourdain, adjoint au maire de Dainville ; Ducatez, maire d’Anzin-Saint-Aubin ; les conseiller municipaux ; la famille de M. Masson, etc.





Les autres lieux de mémoire de la commune

     - Ecurie Communal Cemetery. Dans le cimetière (à côté du calvaire) reposent les corps de 6 soldats et 1 aviateurs anglais.



Sources :
Remerciement à Hervé Mailly pour la photographie du monument aux morts
Commonwealth war graves commission
- Site internet Mémoire des Hommes (fichier des morts pour la France)






S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources

Ecurie
Liste consolidée
1914-1918 :
Victimes militaires :

BARAFFE Léon

COURTOIS Désiré (Désiré-Jean. Né le 27/12/1891 à Ecurie. Soldat de 1ère classe au 150e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 02/02/1915 au bois de la Gruerie (Marne), tué à l’ennemi)

DEROLEZ Désiré (Albert-Désiré. Né le 15/08/1887 à Créquy. Soldat de 2ème classe au 69e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 18/09/1918 à Meaux (Seine-et-Marne), maladie)

LEGRAND Louis (Louis-Joseph. Né le 04/09/1887 à Ecurie. Soldat de 2ème classe au 107e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 09/04/1915 (Meurthe-et-Moselle), blessures)

MARY Julien
MAYEUR Eugène
TRANNIN Léon
BELLANGER Joseph