Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

FEBVIN-PALFART

Monument à la mémoire des Marocains fusillés

En 1940, au cours de l’avance des colonnes allemandes qui affluaient vers Calais et Dunkerque, un camp de prisonniers de passage fut installé à proximité du groupe scolaire. A l’aube du 30 mai 1940, dans le vallon de la Méroise, 32 soldats marocains prisonniers sont exécutés d’une balle dans la nuque par les S.S.. Les corps de ces fusillés furent exhumés et réinhumés en 1941 dans le cimetière communal de Febvin par ordre des autorités Allemandes. Les soldats Marocains appartenaient au 254e RAD (régiment d'artillerie divisionnaire). 15 corps seulement purent être identifiés.

Localisation : A 175 mètres du cœur du village, sur une parcelle appartenant à l’époque aux hospices d’Arras

Conflit commémoré :  1939-1945
monument aux marocains de Febvin-Palfart
Marbrier : Le monument a été construit par la Société granitière du Nord (Aulnoye) d’après des directives donnaient par la Résidence du Maroc et en s’inspirant du monument à la gloire des Goumiers mixtes Marocains à Bouznika (entre Casablanca et Rabat)

Date d'inauguration : 30 mai 1971 en présence de MM. le Consul du Maroc à Lille, le Préfet du Pas-de-Calais, le colonel Chareyssin représentant Mme la Maréchale Juin. Si le monument est inauguré en 1971, le projet d'en ériger un  date de l'après guerre. Ainsi, le 20 octobre 1950, dans les colonne de l'Echo de la Lys, Bertin Dumetz (maire de Febvin-Palfart et président d'un comité d'érection pour le monument) présentait le projet et lançait un appel à contribution : "notre ambition n'est pas démesurée. Nous voulons un simple monument, en rapport avec les rites musulmans qui perpétuera ce crime et gardera sur notre sol d'Artois, baigné de leur sang, la mémoire de nos 32 fusillés. Les générations futures en auront la garde et en alimenteront le culte. Nous pensons à y incorporer une pierre marocaine... Car malgré notre modestie et nos maigres ressources Notre terre de France leur sera ainsi, dans leur tombeau, rendue plus douce et plus hospitalière nous voudrions lui donner une valeur artistique réelle". Mais, il fut bien difficile de rendre hommage à ses hommes. Le 15 juin 1951, l'inspecteur départemental de la reconstruction et de l'urbanisme écrit au préfet que le monument est "difficilement acceptable dans un cimetière de nos régions, derrière une église inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Ce rappel d'art mauresque auriat pu s'admettre pour un monument à édifier sur un champ de bataille, dans une nécropole nationale". Le 5 juillet 1951, l'architecte en chef des monuments historiques se range derrière cet avis et suggère de trouver un nouvel emplacement. Finalement un accord préfectoral intervient le 9 avril 1955. Finalement, il fallut renoncer aux inspirations mauresques du projet initial (voir croquis ci dessous).

Texte de la dédicace (en français et en arabe) :

A la mémoire
des 32 soldats  Marocains
de la 1ère DINA
morts pour la France
le 30 mai 1940

Febvin-Palfart monument aux marocains

Febvin-Palfart croquis initial du monument aux marocains
Dessin du premier projet (1951)
 




Sources :
- Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 W 19280
- Remerciement à Serge Pacheka pour ses contributions photographiques.