Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

HULLUCH

             Commune titulaire de la Croix de Guerre 1914-1918 (25 septembre 1920)



Monument aux morts




Le monument a été rénové en 1964-1965



Localisation :
Cimetière (sur un terrain du Marquis de Berthould). Avant 1914, un monument aux morts se dressait  près de l'église


Conflits commémorés :  conflits du 19e siècle, 1914-1918, 1939-1945, Algérie


Marbrier : MENOU (La Bassée), LENARD (Lens)


Texte de l'épitaphe :

La commune d'HULLUCH
A ses enfants Morts pour la Patrie
Pendant la guerre de 1914-1918


   Monument aux morts d'Hulluch

           Liste des noms inscrits au monument aux morts :
DALLE François, mort à Gray en 1854
GOSSART Charles François, mort à Sébastopol en 1855
DALLE Charles, mort à Lillers en 1870
GREMEL Jean-Baptiste, mort à Vincennes en 1875
LOBIDEL Jean, mort au Sénégal en 1878
DESTOMBE Désiré, mort en Tunisie en 1881
DELATTRE Marcel, mort au Tonkin en 1886
GORILLIOT Auguste, mort à Madagascar en 1895

MARTIN Hiem, mort à Aire en 1906
1914-1918 :
BAILLY Elie
BEAUSSART Alfred
BEAUSSART François
BESINGUE Paul
BOSSU Clément
BOSSU Jean-Baptiste
CARLIER Emile
CLARISSE Paul
DECARNE Georges
DELECOEUILLERIE Alfred
DEGORRE Georges
DEMAILLY Just
DENEUVILLE Désiré
DUBOIS Jules
DUFRASNE Léon
FRAMBRY Alfred
FROISSART Adolphe
GAYET Paul
GOUDIN Eugène
HOUSEAUX Victor
LECOCQ René
LEBEL Fernand
LEZIER Paul
MALLET Paul
MANIEZ Alexandre
MARTIN François
PONCHE François
ROUSSEAU Henri
SENECHAL Alfred
SION Augustin
BOSSU Louis
VASSEUR Marcel
VERRIEZ Charles
BINAUT Henri
HOUSEAUX Edmond
MORTREUX Emile
1939-1945 :
RAMBAUX Louis
DERNONCOURT Florimond
GABEZ Alfred
LELONG Henri
LYSEK Joseph
HALAZ Jean
WILBAUT Edmond
LEMAIRE Marcel
WADES Louis
SLABIK Edmond
LELOIR Henri
FILLIAERT Albert

Prisonniers décédés en captivité :
WOJTKOWIAK Albert
TEKIEN Edouard
COLMANT Alfred

 

Victimes civiles : 
DERNONCOURT Louis
GRUCHALA Félix
RAIS Waslaw
THELLIER Paul
MALVOISIN Pierre

Afrique du Nord :
DESENNE Jean





Voici comment est rapportée l'inauguration du monument aux morts dans le journal Le Courrier du Pas-de-Calais du mercredi 5 octobre 1921

Hulluch -  Inauguration.

Dimanche a eu lieu à Hulluch, ‘l’inauguration du monument aux morts pour la Grande Guerre. Cette cérémonie a été favorisée par un temps superbe. Plus de 20 sociétés prêtaient leur concours. Sur le monument qui avait été élevé au nouveau cimetière étaient gravés les noms des 40 morts de la commune.
Il y eut une grande affluence. Le cortège fut habilement organisé par M. l’instituteur de la commune qui fit l’appel des morts.
Sur l’estrade prirent place les autorités dont M. Luzy, conseiller de préfecture, président du comité départemental des mutilés, M. le maire, les conseillers municipaux des communes environnantes, etc.
M. le maire fit l’éloge des morts de sa commune. M. Adam, président de l’union des combattants prit ensuite la parole  au nom de la société.
M. Luzy, après avoir rappelé en quelques mots la courageuse attitude de M. le maire pendant l’invasion et l’avoir félicité des résultats obtenus par son initiative, son énergie, son dévouement à la cause des sinistrés, loue également le talent de l’artiste pour la belle composition dont les détails évoquent magnifiquement les qualités de la race française.
*   *
Puis, il s’exprime ainsi :
« Mais tel n’est pas le but que je poursuis et qui serait précisément d’exalter l’héroïsme de vos enfants. Le sacrifice de leur vie parle assez haut sur cette pierre où il est gravé en traits immortels ! Ils ont accompli le suprême devoir. Mais, nous, les survivants, qui avons échappé au naufrage de la sanglante mêlée – nous avons certes hérité de terribles soucis dont les effets se prolongent et surcharges de plus en plus nos épaules endolories – et ce n’est point que je sache, un attribut de la victoire française ! lorsque l’on songe que depuis trois ans, la France victorieuse dispute pas à pas les fruits incontestables d’une victoire chèrement conquise et d’innombrables sacrifices – il y a de quoi se demander si les héros que nous glorifions en ce jour ne se sont pas immolés en vain. En vain, non, car ils ont fait de leurs poitrines, une solide barrière contre laquelle n’ont pas prévalu les assauts répétés de la bête germanique. Mais depuis que le traité de Versailles est entré en vigueur, depuis qu’il a subi de si nombreuses amputations au détriment de l’une des nations les plus meurtries, la France, depuis le temps que nos gouvernants se démènent pour réduire l’empire allemand notre débiteur, à éxécuter ses engagements solennels tant de fois souscrits, il ne nous est pas encore permis, hélas ! d’entrevoir la date probable où nous serons dédommagés ! Ce n’est certes pas dans un pays comme le vôtre où il est réconfortant d’entendre un pareil langage et vous seriez être tentés de me maudire si personne d’entre vous n’ignorait ce qui est, ce qui s’est passé et ce qui se passe – et je vous dirais le contraire que je risquerais d’être à jamais taxé de naïveté – Et bien ! Il faut que chaque citoyen se pénètre de cette cruelle et révoltante situation que la France, comme par le passé, doit d’abord compter sur elle-même, sur ses propres facultés et non sur le concours d’autrui…Il ne faut pas qu’elle s’endorme sur d’illusoires garanties au point de négliger tant soit peu l’œuvre de réparation dont elle a déjà marqué une merveilleuse étape ! Et je suis plutôt convaincu que notre pays serait à même de déployer à lui seul ce gigantesque effort, et de donner une fois de plus à l’univers le spectacle unique d’un ressort, d’une vitalité telle que Napoléon, dans son génie clairvoyant, avait exaltée tout à l’honneur du peuple français ! Quoiqu’il en soit, remettons-nous au travail comme si nous devions compter sur nous-mêmes, et qu’il nous suffise d’entretenir cette union et mieux encore cette solidarité féconde dans le même élan de restauration nationale, avec la volonté qui nous a valu la maîtrise des champs de bataille ! Travaillons coude à coude ; ne marchandons pas nos efforts, ne fut-ce que pour montrer à ceux qui seraient tentés de nous abandonner que le peuple français est, au besoin, capable de renaître et de tirer de son génie toute sa prospérité. C’est le vœu que j’élève du pied de ce monument qui symbolise si bien les vertus de notre race ! ».




Les autres lieux de mémoire de la commune

      - Vitrail du souvenir de la Grande Guerre (église Saint-Laurent) 

      - Plaque aux morts de la paroisse (dans l'église)

      - Cimetière britannique Sainte-Marie (limitrophe avec la commune d'Haisnes)



Sources :
- Mairie d'Hulluch (liste corrigée par la suite grâce aux photos de JB Jacquet)
- Remerciement à Hervé Mailly pour sa photographie du monument aux morts
- Pour les morts en Afrique du Nord : Louis Mortreux, les héros de l'oubli, 1952-1962, hommage aux militaires du département du Pas-de-Calais morts au champ d'honneur en Algérie-Tunisie-Maroc
- Site Internet Mémoire des Hommes (fichier des morts pour la France)
- Arch. départ. du Pas-de-Calais, 1 W 49549






S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources

Hulluch
Liste consolidée
DALLE François, mort à Gray en 1854
GOSSART Charles François, mort à Sébastopol en 1855
DALLE Charles, mort à Lillers en 1870
GREMAL Jean-Baptiste, mort à Vincennes en 1875
LOBIDEL Jean, mort au Sénégal en 1878
DESTOMBE Désiré, mort en Tunisie en 1881 DELATTRE Marcel, mort au Tonkin en 1886
GORILLOT Auguste, mort à Madagascar en 1895
MARTIN Hien, mort à Avie en 1906

1914-1918 :
BAILLY Elie (Elie-Charles-Jean-Baptiste. Né le 22/12/1883 à Annezin. Soldat de 2ème classe au 273e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 06/10/1915 à Sommepy (Marne), tué à l’ennemi)

BEAUSSART Alfred
BEAUSSART François
BESINGUE Paul

BOSSU Clément (Clément-Louis. Né le 22/11/1891 à Hulluch. Soldat de 2ème classe au 110e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 27/03/1915 à la Fère Champenoise (Marne), disparu)

BOSSU Jean-Baptiste (Né le 04/10/1893 à Hulluch. Soldat de 2ème classe au 3e zouaves. Mort pour la France le 12/12/1914 à Saint-Eloi (Belgique), tué à l’ennemi)

CARLIER Emile (Né le 03/04/1890 à Wingles. Soldat de 2ème classe au 72e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 06/09/1914 à Maurupt-le-Montoy (Marne), tué à l’ennemi)

CLARISSE Marcel (Né le 23/08/1898 à Lorgies. Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied. Mort pour la France le 08/08/1918 à Magneux (Marne), tué à l’ennemi)

CLARISSE Paul (Paul-Victor. Né le 28/04/1890 à Lorgies. Soldat de 2ème classe au 72e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 10/09/1914 à Maurupt (Marne), tué à l’ennemi)

DECARNE Paul

DECARNE Georges (Georges-Jean-Baptiste. Né le 08/09/1890 à Hulluch. Soldat de 2ème classe au 73e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 29/09/1915 (Meuse), tué à l’ennemi) [transcription de l’acte à la Buissière le 05/11/1915]

DELECOEUILLERIE Alfred (Alfred-Jean-Baptiste. Né le 06/03/1895 à Vendin-le-Vieil. Brigadier au 41e régiment d’artillerie. Mort pour la France le 16/04/1917 au combat du Choléra (Aisne), tué à l’ennemi)

DEGORRE Georges (Né le 06/03/1895 à Lorgies. Soldat de 2ème classe au 1er bataillon de chasseurs à pied. Mort pour la France le 12/05/1915 à Noeux-les-Mines (Pas-de-Calais), hôpital temporaire 52, blessures)

DEMAILLY Just (Just-Augustin. Né le 17/09/1893 à Hulluch. Soldat de 2ème classe au 9e cuirassiers. Mort pour la France le 09/03/1918 au bois de Frières (Aisne), disparu)

DENEUVILLE Désiré (Désiré-Adolphe-Florimond-Joseph. Né le 05/07/1893 à Violaines. Soldat de 2ème classe au 6e régiment de chasseurs. Mort pour la France le 01/03/1916 (Meurthe-et-Moselle), tué à l’ennemi par obus de 150)

DUBOIS Jules

DUFRASNE Léon (Né le 10/08/1894 à Douvrin. Soldat de 2ème classe au 164e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 06/04/1915 à Verdun (Meuse), hôpital 1, blessures)

FLAMBRY Alfred

FROISSART Adolphe (Adolphe-Louis-Joseph. Né le 12/05/1881 à Hulluch. Sergent au 126e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 27/12/1914 (Hérault), hôpital 15, blessures)

CAYET Paul
GOUVIN Eugène

HOUSEAUX Victor (Né le 15/12/1897 à Hulluch. Soldat de 2ème classe au 156e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 06/10/1915 à la Chaussée (Meuse), tué à l’ennemi)

LECOCQ René (René-Théophile. Né le 01/05/1883 à Hulluch. Soldat de 2ème classe au 126e régiment d’infanterie 10e compagnie. Mort pour la France le 29/12/1914 à Saint-Maur (Marne), maladie (fièvre typhoïde))

LEBEL Fernand (Fernand-René. Né le 25/10/1895 à Hulluch. Soldat de 2ème classe au 54e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 27/06/1915 à Neufchâteau (Vosges), hôpital mixte, blessures (hémorragie foudroyante à la jambe gauche suite à un coup de feu))

LEZIER Paul
MALLET Paul
MANIEZ Alexandre
MARTIN François
ROUSSEAU Henri
SENECHAL Alfred
SION Augustin
BOSSU Louis
VASSEUR Marcel

VERRIEZ Charles (Charles-François. Né le 22/12/1896 à Hulluch. Soldat de 2ème classe au 43e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 18/07/1918 à Fontenoy (Aisne), tué à l’ennemi)

BINAUT Henri
HOUSEAUX Edmond
MORTREUX Emile

1939-1945 :
RAMBAUX Louis
DERNONCOURT Florimond
GABEZ Alfred
LELONG Henri
LYSEK Joseph
HALASZ Jean
WILBAUT Edmond
LEMAIRE Marcel
WADES Louis
SLABIK Edmond
LELOIR Henri
FILLIAERT Albert

Prisonniers décédés en captivité :
WOJTKOWIAK Albert
TEKIEN Edouard
COLMANT Alfred

Victimes civiles : 
DERNONCOURT Louis
CRUCHALA Félix
RAIS Weslaw
THELLIER Paul
MALVOISIN Pierre

Afrique du Nord :
DESENNE Jean-Benjamin, né le 12 septembre 1937 à La Bassée, chasseur de 2e classe (9e régiment de chasseurs parachutistes), mort pour la France le 29 avril 1958 dans la région de Souk Ahras Est Constantinois(Algérie), tué en opération de maintien de l’ordre
 
Fusillé 1939-1945
GRUCHALA Félix (Né le 29 mai 1921, exécuté le 29 août 1944, à Vraignes-en-Vermandois)

Et aussi :
WOJTKOWIACK Adalbert, né le 20/01/1909 à Dortofeld (Allemagne), domicilié à Hulluch, décédé le 26/05/1940 à Haisnes-les-la-Bassée au cours d’un bombardement aérien [il était de nationalité polonaise]