Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

NEUVILLE-SOUS-MONTREUIL


Monument aux morts

Localisation : Devant l'église

Conflits commémorés : 
1914-1918, 1939-1945

Texte de l'épitaphe :

La commune de Neuville à ses enfants morts pour la France

Marbrier : DESCHAMPS

Date d'inauguration :  Mai 1922

Coût et financement : 12.548, 40 francs

Liste des noms inscrits au monument aux morts :
1914 :
BOULANGER Alfred Rouvroy sur Meuse
BOULANGER Narcisse La Ville au Bois Aisne
BRÉVIER Léandre La Gruerie (Meuse)
BOULOGNE Jules Bethemy (Marne)
COCU Eugène La Gauffière
De Ste MARÉVILLE Henri Florennes (Belgique)
LEJEUNE Ferdinand Bellefontaine (Belgique)
MARCIAUX Léon Landifay (Aisne)
PRUVOST Jules Fismes (Marne)
SERGENT Joseph La Gruerie (Meuse)
VASSEUR Gaston Maubupt-le-Montois (Marne)
VIS Joseph Ste Menchould (Marne

1915 :
DHALENNE Alfred Tranchée de Calonne
MEMBOS Jules Ville-sur-Tourbe (Marne)
MIART Georges Mesnil-les-Hurlus (Marne)
NOURTIER Alfred Souain (Marne)
ROUTIER Lucien Dun-sur-Meuse (Meuse)
SOUGNIEZ Louis Souchez (Pas-de-Calais)
TRUPIN Auguste Souain (Marne)

   



Monument aux morts de Neuville-sous-Montreuil

1916 :
BOULIGAUD Léon Lihons (Somme)
DELAIRE Edouard Les Eparges (Meuse)
DANJOU Jules Damloup (Meuse)
GALLET Omer Moreuil (Somme)
GUEUDRÉ Émile Cléry (Somme)
HERDIER Alfred Cayeux-en-Santerre (Somme)
LEDUC Augustin St Mandé (Seine)
LEVELEUX Alexandre Herleville (Somme)
MIART Eugène Fleury (Meuse)
NORMAND Henri Douaumont (Meuse)
St OUEN Jean Damloup (Meuse)
1917 :
LEJEUNE Jules Beaurieux (Aisne)

1918 :
DROLLEZ Henri Villemontoire (Aisne)
HERDIER Victor l’Ailette (Aisne)
MASSON Georges Vauxcastille (Aisne)
OCTOR Alexandre Villers-Cotterets (Aisne)
PRUVOST Amédée Tigny (Aisne)
RENAULT Henri Suippes (Marne)
TRUPIN Jules Orfeuil (Ardennes)
TRUPIN André St Germainmont (Ardennes)
Année non précisée
LEROUX Georges
MIART Raymond
PRUVOST Albert
GUEUDRE Ernest
SEPTIER Auguste
VIS Victor
BLUY Louis Gizaucourt (Marne)

Guerre 1939-1945
HÉNISSART Fernand Brebières Mai 1940
COLIN Gaston Val de Grace Paris Mai 1943
MIART Joseph Lieutenant Sapeur Pompier Neuville Septembre 1944
Le journal La Croix du Pas-de-Calais rapporte l’inauguration du monument aux morts de Neuville dans son édition du 4 juin 1922 :

L’inauguration solennelle du monument élevé en l’honneur des enfants de Neuville morts pour la France a eu lieu avant-hier. Dès la veille, les maisons et les rues s’ornèrent de verdure, de fleurs, de drapeaux et d’arcs de triomphe. Avec une belle entente, les pouvoirs civils et religieux organisèrent un programme qui fut exécuté avec le concours empressé de tous les habitants. Le matin à 10 heures 30, une messe de Requiem fut célébrée devant une assistance nombreuse. Dans son sermon, M. l’abbé Doussin rappela en termes émus les souffrances et le sacrifice de nos soldats qui ont lutté avec tant d’acharnement pour la défense de la patrie. A 16 heures, à l’entrée de Neuville, côté de Montreuil, arrivent les autorités, M. Peyriga, sous-préfet, officier de la Légion d’honneur, qui a bien voulu accepter la présidence de cette cérémonie, est accompagné de MM. Malingre, conseiller général ; Minet et Bataille, conseillers d’arrondissement ; Morel, député ; M. Fontaine, maire de Montreuil, le comte Georges de Lhomel, du Souvenir Français ; du chef de bataillon Gay, commandant l’école militaire, etc.
M. Leroy Albert, maire, leur souhaite la bienvenue et leur présente son conseil municipal. Nous notons également la présence des différents services de Montreuil, des maires, conseillers municipaux et habitants des communes voisines qui avaient tenu à apporter leur hommage aux glorieux morts de Neuville. Parmi les sociétés présentes nous remarquons celle des vétérans des armées de terre et de mer, des combattants de 1870 et de la grande guerre avec leurs drapeaux.

Le cortège
Le cortège se met en marche aux accents entraînants des clairons et de la musique de l’école militaire et défile jusqu’à l’emplacement du monument. Ensuite commence l’inauguration : le moment est solennel quand tombe le voile tricolore mettant à nu les noms des 46 braves de la commune tombés au champ d’honneur pour le salut de la France. M. le maire dans un discours vibrant, exalte les vertus guerrières de nos chers morts et rappelle les souffrances, la bravoure de nos soldats durant la grande guerre et ce que nous leur devons, la reconnaissance, le souvenir. Puis, il fait l’appel des morts. Après l’appel de chaque nom, un enfant de Neuville, M. Boulanger, grand blessé, chevalier de la Légion d’honneur, répond : Mort au champ d’honneur. Après l’appel de chaque nom une jeune fille dépose une gerbe de fleurs au pied du monument.

Discours de M. Georges Lhomel, délégué du Souvenir Français
Mesdames, messieurs,
C’est un grand honneur pour moi d’avoir été désigné par le Souvenir Français pour adresser à nos grands morts le tribut de notre admiration et l’assurance de notre éternelle reconnaissance. La commune de Neuville, en faisant ériger le beau monument sur lequel sont gravés les noms de tous ses enfants morts au champ d’honneur, a eu deux sentiments profondément pieux et patriotiques : celui du souvenir et celui de la reconnaissance.
Elle a voulu que les noms de ses enfants, inséparables de la victoire, fussent à jamais répétés de bouche en bouche et que nos arrières petits-enfants aient toujours présents à la mémoire non seulement les jours tragiques de la grande guerre, mais aussi le souvenir ineffaçable de ceux qui par leur courage, par leur ténacité, par l’amour de la patrie, ont écrit de leur sang une des pages les plus héroïques de l’histoire de France. Honneur donc aux habitants de Neuville ! Honneur au conseil municipal qui a choisi ce mausolée si digne de nos héros et qui l’a érigé sous le ciel bleu de notre France immortelle. Ce monument est en même temps le symbole de la patrie, auprès de laquelle dans les grands jours de deuil, les âmes recueillies viennent puiser l’amour des plus nobles causes et l’idéal qui élève les cœurs. C’est encore le symbole de l’union de tous les français. Que devant lui les passions disparaissent, mais que les grands sentiments d’idéalisme germent et s’épanouissent comme des fleurs de printemps, dans une union aujourd’hui plus indispensable que jamais. Plus de luttes stériles ; respect absolu des croyances, liberté entière des consciences, solidarité des âmes françaises dans l’amour de la patrie. Cette union, nos grands morts nous la demandent, les mères, les pères, les épouses descendus dans la tombe pendant les heures sombres de la guerre l’exigent aujourd’hui. Nous devons leur obéir. Pauvres et riches, petits et grands, tous sans défaillance ont donné généreusement leur sang dans la défense sacrée du territoire. Saluons les respectueusement et rappelons nous leur dernière volonté.
Mesdames, messieurs,
Quand vous passez devant ce monument, arrêtez-vous pendant quelques instants, pensez aux épreuves cruelles endurées par vos enfants, agenouillez-vous sur une de ses marches, saluez le mausolée avec respect, se sont vos morts immortels que vous saluerez et aussi la patrie qu’ils ont aimée de toute leur âme et défendue en versant le plus pur de leur sang.

Après les discours prononcés par M. de Lhomel, au nom du Souvenir Français ; par M. Renault, au nom des vétérans ; par M. Malingre, conseiller général ; par M. Minet, conseiller d’arrondissement ; par M. Morel, député ; et par M. Peyriga, sous-préfet qui tour à tour ont glorifié les enfants de Neuville tombés pour la France. Des chants patriotiques et des poésies ont été exécutés et récités par les enfants des écoles, lesquels font le plus grand honneur à la savante direction de leur maître et maîtresse.
Après la bénédiction du monument, tout le monde se rendit à la salle des écoles des garçons où un vin d’honneur fut offert par la municipalité de Neuville. Tous ceux qui ont assisté à cette belle manifestation patriotique en conserveront un impérissable souvenir.



Les autres lieux de mémoire de la commune

- Neuville-sous-Montreuil Indian Cemetery (lieu-dit chemin du Trou du Chêne, superficie : 239 m2). Ce cimetière a été utilisé de décembre 1914 à mars 1916 par le Lahore Indian General Hospital. Près de 30 corps y reposent.



Sources :
- Mairie de Neuville-sous-Montreuil
- Transcription de la liste des noms par Thadée Szalamacha
- Commonwealth war graves commission
- Remerciement à Lep62 pour la photographie du monument
- Site internet Mémoire des Hommes (fichier des morts pour la France)
- Arch. départ. du Pas-de-Calais, 1 W 49553





S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources



Neuville-sous-Montreuil
Liste consolidée :
1914 :
BOULANGER Alfred Rouvroy sur Meuse (Alfred-Guilbert. Né le 04/02/1891 à Estréelles. Soldat de 1ère classe au 25e ?. Mort pour la France le 02/10/1914 à Spada (Meuse), tué à l’ennemi)

BOULANGER Narcisse La Ville au Bois Aisne (Narcisse-Théophile. Né le 16/06/1882 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 8e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 13/10/1914 à Pontavert (Aisne), disparu)

BRÉVIER Léandre La Gruerie (Meuse) (Léandre-Emile-François. Né le 12/01/1891 à Dannes. Sergent au 147e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 30/12/1914 au bois de la Gruerie (Marne), tué à l’ennemi)

BOULOGNE Jules Bethemy (Marne) (Jules-Emile-Léon. Né le 08/08/1889 à Attin. Soldat de 2ème classe au régiment d’infanterie. Mort pour la France le 13/09/1914 à Bétheny (Marne), tué à l’ennemi)

COCU Eugène La Gauffière (Eugène-Antoine-Armand. Né le 06/12/1893 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 161e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 26/10/1914 au bivouac de la Gauffière, tué à l’ennemi)

De Ste MARÉVILLE Henri Florennes (Belgique) (Henri-Alfred. Né le 18/06/1893 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 110e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 07/09/1914 à Florinnes (Belgique), tué à l’ennemi)

LEJEUNE Ferdinand Bellefontaine (Belgique) (Pierre-Gustave-Ferdinand. Né le 02/10/1892 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 120e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 22/08/1914 à Bellefontaine (Belgique), tué à l’ennemi)

MARCIAUX Léon Landifay (Aisne) (Léon-Auguste-Eugène. Né le 13/09/1891 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 8e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 29/08/1914 à Landifay (Aisne), tué à l’ennemi)

PRUVOST Jules Fismes (Marne)
SERGENT Joseph La Gruerie (Meuse)

VASSEUR Gaston Maurupt-le-Montois (Marne) (Gaston-Alfred. Né le 25/05/1890 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 72e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 15/09/1914 à Mauruot-le-Montoy (Marne), tué à l’ennemi)

VIS Joseph Ste Menehould (Marne) (Paul-Joseph. Né le 08/03/1882 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied. Mort pour la France le 27/11/1914 à Sainte Ménehould (Marne), tué à l’ennemi)

1915 :
DHALENNE Alfred Tranchée de Calonne (Alfred-Eugène-Victor. Né le 26/11/1894 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied Mort pour la France en juin 1915 à la tranchée de Calonne (Meuse), tué à l’ennemi)

MEMBOS Jules Ville-sur-Tourbe (Marne) (Né le 28/01/1889 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 8e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 01/03/1915 à Saint-Jean-sur-Tourbe (Marne), blessures)

MIART Georges Mesnil-les-Hurlus (Marne) (Georges-Crépin-Antonin. Né le 25/10/1889 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied. Mort pour la France le 04/03/1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)

NOURTIER Alfred Souain (Marne) (Jules-Alfred. Né le 19/01/1881 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 208e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 06/10/1915 à Souain (Marne), disparu)

ROUTIER Lucien Dun-sur-Meuse (Meuse) (Est-ce Lucien-Adrien-François. Né le 05/03/1883 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 18e bataillon de chasseurs à pied 6e compagnie. Mort pour la France le 06/01/1915 à Dun (Meuse), blessures)

SOUGNIEZ Louis Souchez (Pas-de-Calais) (Est-ce Louis-Albert. Né le 29/08/1895 à Paris (11e). Soldat de 2ème classe au 276e régiment d’infanterie 23e compagnie. Mort pour la France le 18/05/1915 à Givenchy (Pas-de-Calais), tué à l’ennemi)

TRUPIN Auguste Souain (Marne) (Auguste-Alfred-Henri. Né le 04/09/1890 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 233e régiment d’infanterie venu du 127e. Mort pour la France le 08/10/1915 à Souain (Marne), tué à l’ennemi)

1916 :
BOULIGAUD Léon Lihons (Somme) (Est-ce Léon. Né le 22/12/1880 à Paris (5e) enfant de l’assistance publique. Caporal au 208e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 10/10/1916 à Chaulnes (Somme), disparu) [transcription de l’acte le 10/03/1921 à Cucq]

DELAIRE Edouard Les Eparges (Meuse) (Edouard-Louis-Josse. Né le 12/08/1894 à Neuville-sous-Montreuil. Caporal au 72e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 23/04/1916 aux Eparges (Meuse), tué à l’ennemi)

DANJOU Jules Damloup (Meuse) (Jules-Jean-Baptiste-Alexis. Né le 29/01/1895 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 106e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 22/06/1916 à Damloup (Meuse), tué à l’ennemi)

GALLET Omer Moreuil (Somme)

GUEUDRÉ Émile Cléry (Somme) (Emile-Eugène. Né le 13/07/1889 à Saint-Ouen (Somme). Soldat de 2ème classe au 2e mixte de zouaves et tirailleurs. Mort pour la France le 03/09/1916 au Nord de Cléry (Somme), tué à l’ennemi)

HERDIER Alfred Cayeux-en-Santerre (Somme) (Alfred-Joseph-Jérôme. Né le 30/09/1888 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au ?. Mort pour la France le 05/09/1916 à Cayeux-en-Santerre (Somme), tué à l’ennemi)

LEDUC Augustin St Mandé (Seine)
LEVELEUX Alexandre Herleville (Somme)

MIART Eugène Fleury (Meuse) (Eugène-Joseph-Adolphe. Né le 22/10/1894 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 48e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 28/08/1916 à Fleury devant Douaumont (Meuse), disparu)

NORMAND Henri Douaumont (Meuse) (Henri-Jules-Edouard. Né le 11/12/1895 à Offin. caporal au 9e bataillon de chasseurs à pied. Mort pour la France le 17/04/1916 à Douaumont Vaux (Meuse), tué à l’ennemi)

St OUEN Jean Damloup (Meuse) (Né le 05/07/1890 à ? (enfant assisté de la Seine). Adjudant au 24e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 08/06/1916 (Allemagne), décédé en captivité)

1917 :
LEJEUNE Jules Beaurieux (Aisne) (Jules-Alexandre-Albert. Né le 07/04/1894 à Neuville-sous-Montreuil. Caporal au 1er régiment d’infanterie 2e compagnie. Mort pour la France le 26/03/1917 à Beaurieux (Aisne), tué à l’ennemi)

1918 :
DROLLEZ Henri Villemontoire (Aisne) (Henri-Adrien-Modeste. Né le 15/06/1896 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 136e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 21/06/1918 à Villemontoire (Aisne), tué à l’ennemi)

HERDIER Victor l’Ailette (Aisne) (Victor-Eugène. Né le 18/06/1894 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 1er régiment de marche de zouaves. Mort pour la France le 30/08/1918 aux combats de l’Ailette (Aisne), blessures)

MASSON Georges Vauxcastille (Aisne) (Georges-Alcide-Ghislain. Né le 06/06/1898 à Berck. Soldat de 2ème classe au régiment d’infanterie. Mort pour la France le 02/06/1918 à Vaux Castille (Aisne), tué à l’ennemi)

OCTOR Alexandre Villers-Cotterets (Aisne)

PRUVOST Amédée Tigny (Aisne) (Amédée-Isidore. Né le 21/03/ ? à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 412e régiment d’infanterie venu du 7e territorial. Mort pour la France le 21/07/1918 à Tigny (Aisne), tué à l’ennemi) [transcription de l’acte à Rue (Somme) le 17/02/1922]

RENAULT Henri Suippes (Marne) (Henri-Auguste-Charles. Né le 29/04/1888 à Neuville-sous-Montreuil. Sapeur au 3e génie. Mort pour la France le 06/06/1918 près de Suippes (Marne), blessures)

TRUPIN Jules Orfeuil (Ardennes) (Julien-Ernest-Eugène. Né le 19/04/1898 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 356e régiment d’infanterie venu du 156e . Mort pour la France le 08/10/1918 au ravin du bois du Cocq à l’ouest d’Orfeuil (Ardennes), tué à l’ennemi)

TRUPIN André St Germainmont (Ardennes) (André-Joseph. Né le 19/10/1896 à Neuville-sous-Montreuil. Soldat de 2ème classe au 410e régiment d’infanterie venu du 43e. Mort pour la France le 29/10/1918 à Saint Germainmont (Ardennes), tué à l’ennemi)[transcription de l’acte à Etaples le 20/05/1919]


Année non précisée
LEROUX Georges
MIART Raymond
PRUVOST Albert
GUEUDRE Ernest
SEPTIER Auguste
VIS Victor
BLUY Louis Gizaucourt (Marne)

Guerre 1939-1945
HÉNISSART Fernand Brebières Mai 1940
COLIN Gaston Val de Grace Paris Mai 1943
MIART Joseph Lieutenant Sapeur Pompier Neuville Septembre 1944

Et aussi :
CASTELAIN Ernest-Joseph, né le 12/01/1892 à Estaimpuis (Belgique), domicilié à Roubaix, décédé le 22/05/1940 à Neuville-sous-Montreuil, tué par éclat d’obus [il était de nationalité belge]
DEKEYSER Marie-Adolphine, née le 11/06/1860 à Ruzen (Belgique), domiciliée à Leers, décéde le 27/05/1940 à Neuville-sous-Montreuil, tuée par balle de mitrailleuse [elle était de nationalité belge]
MARECHAL Alfred, né le 24/04/1885 à Péruwich (Belgique), décédé le 22/05/1940 à Neuville-sous-Montreuil, tuée par balles de mitrailleuses d’un avion allemand [il était de nationalité belge]
SMEETS Rosalie épouse TOCHE Emile, née le 23/02/1884 à Ixelles (Belgique), domiciliée à Bruxelles, décédée le 24/05/1940 à Neuville-sous-Montreuil, tuée par balle de mitrailleuse tirée d’un avion [elle était de nationalité belge]