Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

SAINT-OMER


Monument aux morts de la Grande Guerre

Localisation : Cimetière du Haut-Pont
(cimetière des Faubourgs)

Conflit commémoré : 1914-1918

Date d'inauguration : Mai 1930

Marbrier : Emile Marquillie

Texte de l'épitaphe :

L’union des combattants des faubourgs et la ville de Saint-Omer
aux 143 soldats et 7 victimes civiles des faubourgs morts pour la France



A l’occasion de l’inauguration du monument qu’elle a fait élever au cimetière du Haut-Pont, l’union des anciens combattants de faubourgs de Saint-Omer avait organisé dimanche une série de manifestations.
A 8 heures, les cloches de l’Immaculée-Conception sonnaient à toutes volée et, à 10h45, les anciens combattants se groupaient pour le salut au drapeau chez M. Charles Debast, rue la Poissonnerie, puis ils se rendaient au monument aux morts de la ville où ils déposaient des gerbes de fleurs.
A 11 h 30, avait lieu, en l’église Immaculée-Conception, un service solennel avec le concours de la chorale Sainte-Cécile et la fanfare les Intrépides.
L’église était parée de drapeaux aux couleurs nationales et d’oriflammes. Aux premiers rangs de la très nombreuses assistance, on remarquait, M ; Joseph Tillie, conseiller général ; MM. Bocquet, Séneschal, Libersart, Cartigny, Deberdt, représentant la section des anciens combattants de Saint-Omer ; Waeselynck, président des ACNP ; le commandant Lesur, président de l’association des officiers de réserve ; MM. Raux et Poirrier, du comité du Souvenir Français ; Eugène François, président de l’Audomaroise ; G. Glachon, président de l’union commerciale ; MM. A. Berteloot, Caron, Cyrille, Dewerdt, René, Gilliers, conseillers municipaux, etc.
Le sermon de circonstance fut donné par M. l’abbé Depecker, professeur au colège Saint-Bertin, et la quête fut faite par Mmes Bocquet et Paul Depledt.
La cérémonie terminée, les anciens combattants des faubourgs déposèrent des palmes aux plaques commémoratives apposées à l’intérieur et à l’extérieur de l’église, à la mémoire des camarades tombés au champ d’honneur au cours de la dernière guerre et des aînés, morts pour la France en 1870-1971.
A 15 heures, la réception des autorités se faisait chez M. Albert, Berteloot, vice-président des anciens combattants des faubourgs, conseiller municipal, rue Saint Martin, et, quelques minutes plus tard, le cortège se formait pour le départ, par la rue de la Poissonnerie.
L’harmonie municipale ouvrait la marche, suivie des enfants des écoles des faubourgs, des délégations des groupements d’anciens combattants de la ville avec les drapeaux et autres sociétés, les sapeurs-pompiers, etc.(..)
Le cortège est long et on presse un peu sa marche, car la pluie fait une apparition. Au cimetière, tambours et clairons de l’harmonie exécutent Au Drapeau. Le voile tricolore recouvrant le monument La France reconnaissante tombe.
Sur la pierre, on voit écrit en lettres d’or : l’union des combattants des faubourgs et la ville de Saint-Omer aux 143 soldats et 7 victimes civiles des faubourgs morts pour la France.
M. l’abbé Duquesne, curé de l’Immaculée-Conception, le bénit et M. Victor Liber, président de l’union des anciens combattants, donne lecture des noms des morts glorieux. Malheureusement, la pluie tombe maintenant abondante.
M. Liber salue ensuite la mémoire des grands morts, envoie l’expression de gratitude des habitants des faubourgs à MM. Tourneur et Tailliez, anciens maires de Saint-Omer, à M. Debeugny, maire actuel, qui ont permis l’érection du monument et félicite son auteur, le sculpteur Emile Marquillie.(..)






Sources :
- La Croix du Pas-de-Calais





Si il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources