Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

SAINT-POL-SUR-TERNOISE

             Commune titulaire de la Croix de Guerre 1914-1918 (10 août 1920)


Monument aux morts

Le premier monument aux morts de Saint-Pol-sur-Ternoise  
L'ancien monument aux morts (qui n'existe plus).
On le trouve décrit dans un article du journal la Croix du Pas-de-Calais du 21 février 1921 :
Le conseil municipal de Saint-Pol, réuni jeudi soir en séance légale, a été appelé à faire choix du monument qui sera élevé à la mémoire des enfants de Saint-Pol morts pour la patrie. Six maquettes avaient été présentées. Sur la proposition de M. Leclercq, parlant au nom de la commission du monument, l’assemblée désigna par vote à bulletin secret, les deux modèles de son choix. Le numéro 5, maquette de M. Jouanneault, sculpteur, statuaire à Paris, obtint 16 voix et le numéro 2, maquette présentée par M. Authom-Lebel, de Saint-Pol, 14.
M. Leclercq donna alors lecture du rapport de la commission dont les préférences se portaient sur le numéro 5. Un vote définitif eut lieu qui donna 17 voix au numéro 5 et 8 au numéro 2. L’exécution du monument, d’une valeur de 50000 francs, sera donc confiée au statuaire Jouanneault. L’œuvre délicatement ciselée, d’une grande expression, mesure 6 m. 50 de haute. Le groupe principal, en bronze, montre le Poilu victorieux se tenant sur des trophées allemandes et écrasant sous son pied le casque à pointe. La Victoire vient se poser à ses côtés pour ceindre de lauriers son noble front. Le socle, en pierre de Chauvigny dur, pierre très résistante, représente la ville de Saint-Pol, à l’expression douloureuse au souvenir de ses morts, venant de graver pour toujours leurs noms au livre d’or. Dans les plis du manteau : les armes de la ville et la croix de guerre ; derrière le socle, les noms des 210 enfants de Saint-Pol morts pour la patrie. L’entourage et marche en granit ; un parterre en gazon ou fleurs est prévu, ainsi qu’un léger entourage en fil de fer. 


Le monument aux morts actuel :
 
Localisation : Place de Verdun. Le monument a été reconstruit en 1963. Du monument construit après la Grande Guerre, il ne reste que la partie inférieure (visible au musée de Saint-Pol)

Conflits commémorés :  1914-1918, 1939-1945, Théâtre d'Opérations extérieures

Texte de l'épitaphe (monument actuel) :

Aux Saint-Polois
morts pour la France

Architecte : Jean BUREAU (Saint-Pol-sur-Ternoise)

Matériaux employés : Granit blanc du Tarn, sculpture sur pierre d'Euville

Coût et financement : Le total du financement s'élevait à 54.471, 72 francs. Dont : 18.814, 79 de dommages de guerre, 20.000 francs de crédit réservé, 13.656 francs de prélèvements sur fonds libres.

l'actuel monument aux morts de Saint-Pol-sur-Ternoise

Liste des noms inscrits au monument aux morts :

ABEL Alexandre
ANDRE Camille
ANSART Paul Gustave
ANSART Paul Joseph
ASTRUC Henri
AUBREE Eugène
AUBRETON Lucien
AUCHART Léon
AUDRAN Marcel
AVERLAN Georges
BENOIT Charles
BERQUIN Julien
BERTHE Maurice
BERTIN Julien
BERTON André
BEUGNET Oscar
BILLOT Etienne
BLAIRE jean
BLERY Jean
BLONDIN Paul
BORNAY Jules
BOUCHEZ Joseph
BOUCOURT Charles
BOUVIER victor
BREVART Lucien
BREVART Fernand
BRIOIS André
BROUETTE Léon
BULOT Arsène
CABUZEL Charles
CABY Maurice
CACHERA Fleury
CADET Julien
CAPPE Alfred
CARRON Joseph
CARON Emile
CARON Eugène
CARPENTIER Adrien
CAUVET Léon
CHOMETY Constant
CHOQUET Eugène
CACAUD Maurice
CODRON Charles
COINTREL Joseph
COMMAITA Charles
CONCILE Jean
CORNE Alfred
COTTER Alfred
CUVELLIER Léon
CUVELLIER Henri
DAMIENS Jules
DEGOUVE Charles
DEHEE Jules
DEHEE Valentin
DELOZIEN Augustin
DELTOUR Paul
DEMONT Edouard
DEMONT Fernand
DEMONT Marcel
DEMONT paul
DEPARIS Alfred
DEPRINCE paul
DEPRINCE Pierre
DERIENCOURT Guislain
DERUELLE Georges
DETOURNE Emile
DEVAUX Anselme
DEVIENNE Maurice
DHERBOMEZ Odyl
DOME Marcel
DORLENCOURT Gabriel
DOUCHET Paul
DUBOIS Louis
DUFLOT Pierre
DUMARCHEZ Camille
DUPONT Eloi
DUPUIS Alfred
DUPUIS Charles
DUPUIS Jules
DUTATE Arthur
DUTATE Fernand
ESTIENNE Louis
FENET Victor
FLAHAUT Edouard
FLAMENT André
FREMAUX Maurice
GAILLIEZ Théophile
GARCON Jules
GILSON Eugène
GODART Edgard
GODART Joseph
GODART Robert
GAUCHE Adolphe
GOUILLART Ambroise
GOUILLART Joseph
GRILLET Alfred
GRIMBERT Clovis
GUYOT Jean
HOGUET Henri
HOGUET Joseph
HUCQUEDIEU Emile
HULOT Célestin
HURET Louis
JOETS Fernand
JOETS Louis
JUMIN roger
JUNG Henri
LABRE Eugène
LALY Edmond
LAMBERT Charles
LAMONT Jean-Baptiste
LANOY Charles
LAURENT Charles
LECAS Léon
LECORNET Louis
LEDRU Louis
LEFEBVRE Guislain
LEFEBVRE Henri
LEFEBVRE Léonce
LEFEBVRE Maurice
LEFEBVRE Omer
LEFEBVRE Paul
LEGER Charles
LEGRAND Victor
LEGROS Alexandre
LEJOSNE Edouard
LELEU Arsène
LELEU Clovis
LEMAIRE Gaston
LENCELLE Fernand
LENCELLE Louis
LEROUX-VIART Mme
LEROY Louis
LEROY Philippe
LESIEUX Augustin
LESIEUX Eugène
LESIEUX Guislain
LESIEUX Joseph
LETUFFE Ernest
LETUFFE Edouard
LEURS Edouard
LEVIERS Jean-Baptiste
LOURDEL Léopold
MAILIET Louis
MARTIN Paul
MASSIET Albert
MOREL Charles
MULARD Marcel
NOEUREUIL Marcel
NOIRET Maurice
OUTREBON Cyr
PAGET Charles
PAGET maurice
PART Henri
PAYEN Maurice
PECQUEUR Ulysse
PENET Victor
PETIT Constant
PHILIPPOT Henri
PLANQUETTE Marcel
PLOMB Jean-Baptiste
PODEVIN Henri
POREZ Auguste
POUILLAUDE Achille
PREVOST Emile
PRUVOST Eugène
PRUVOST Jules
PRUVOST Raoul
PRUVOST Louis
PURTSCHER Louis
RAYMOND Marius
RICHARD Fernand
RIGAUX Eugène
RIVOAL Jules
ROBITAILLE Louis
ROGEZ Prosper
ROUSSELLE Charles
ROUZE Charles
RULENCE Louis
RULENS Jules
SACLEUX Auguste
SALMON Henri
SEILLIER André
SENE Auguste
SENECHAL André
TAFFIN Abel
TANCHON Jean
TAFFIN Gaston
THERET Alfred
THERET Charles
THERET Léopold
THERET Philomé
VAZE Henri
VERDEZ Robert
VIDELAINE Victor
VILLERS Ernest
VOLPERRE Oscar
WALLE Maurice
WATTON Guislain
WUILLOT Henri
PAGET Ernest
PAGET Henri
PAGET Joseph
TRUFFIER Emile
VAST Eugène
1939-1945 :
BARLET Victor
BONNIER Paul
BRICOUT Antoine
BRASSART Alfred
CRETUAL Jean
DAMIENS Lucien
DEBAILLEUL Georges
DELOHEN René
DRECQ Jean
DUPONT Louis
DUEZ Léonce
FOIRE Marius

Détail du monument aux morts de Saint-Pol-sur-Ternoise


GALLET Marcel
GOUILLART Charles
GUILBERT André
JACQUOT Paul
LOGEZ Marc
MAIGUY Raymond
MAIRESSE Francis
MENUGE Raymond
PAGNIEZ Arthur
THERET Paul
THERET Marcel
VAILLANT Gaston
GOURNAY Eugène
Victimes civiles des bombardements aériens des 4 et 7 septembre 1943, des 15, 22 et 24 juin 1944 :
ANTIGNAC Julie
ALEXANDRE Noémie
BOCQUET Rose
BONNIER Oscar
BONNIER Auguste
BRASSEUR Augustin
BRASSEUR Ernest
BERLINGUEZ Léon
BOCQUILLON Augustin
BRASSEUR Raymond
CHATTEL Marie-Louise
DEMONCHY arlette
DUPLOUY Lucien
DERUELLE Isabelle
DELBRAYELLE Marie
DUCROQUET Marthe
ENGRAND Camille
FINET André
FLEURY Marcel
FRANCOIS Adeline
GHISSE Suzanne
GRUET Pierre
GRUET Primerose
GALLET Georges
HURE Marie
HERMAN Emile
LEFEBVRE Romain
LESIEUX Jacques
LEFEBVRE Alicie
LAFFONT Marie-Rose
LAFFONT Marguerite
MALOU Marie-Jeanne
MILLE georges
MONTIGNY Edouard
NIZART Joseph
PREVOST Robert
PREVOST Albert
POTRIQUET Juliette
QUIDE Maxime
RAVEY Georges
SALOMEZ Eugène
SEURON Arrthur
PRUVOST Aglaé
THERY Angèle
RAISON Maria
RIMBAULT Georges
THIBAUT andré
THERET Angèle
THOREZ Aimé
TOUSSAERT Jean-Baptiste
THERET Henri
THIRE Cornélie
Théâtre d'opérations extérieures :
BERNARD Emile (capitaine, Indochine)
CORNE Marcel
LAUMI Michel
MALIET André
WALLE Fernand (Maréchal des Logis,  Indochine)
LELEU Maurice (2e classe, Indochine)
HECQUET Edmond


Voici comment le journal le Courrier du Pas-de-Calais du mardi 11 juillet 1922 rapporte l'inauguration du monument aux morts de Saint-Pol-sur-Ternoise :

La double manifestation patriotique du 9 juillet, à Saint-Pol-sur-Ternoise. L’inauguration du monument aux morts et la remise de la croix de guerre à la ville.

Hier, a eu lieu à Saint-Pol-sur-Ternoise, la belle cérémonie de l’inauguration du monument aux morts de Saint-Pol et la remise de la croix de guerre à la ville. Cette cérémonie fut présidée par M. Boudenoot, sénateur du Pas-de-Calais.
Saint-Pol avait bien mérité cette distinction par l’attitude de sa population en 1918, sous les violents bombardements par canons et avions.
Le 21 mars 1918, en effet, la population était réveillée, vers cinq heures du matin par de violentes détonations. C’était les canons boches qui lançaient de gros obus qui firent malheureusement des victimes. Une famille presque entière, près de la passerelle de la rue de la Nouvelle France fut ensevelie, sous les décombres de la maison.
Le café du commerce fut démoli, l’église très endommagée et une autre maison face à la mairie fut presque détruite.
Il n’y eut dans ces deux dernières maisons, heureusement pas de victimes.
Les bombardements, tant par avions que par canons continuèrent jusqu’en juillet 1918. 21 habitants de la ville furent tués, 168 maisons furent endommagées.
La population de la ville resta toujours ferme et tous les services administratifs continuèrent pendant toute cette période. La remise de la croix de guerre fut faite par le général Huguenot.
La ville avait eu cette citation :
« La ville de Saint-Pol est citée à l’ordre de l’armée. A subi de violents bombardements sous lesquels sa population n’a cessé de conserver son sang-froid et sa confiance dans le succès de nos armées ».
*   *
*
La journée
Sous la pluie intermittente qui lavait les drapeaux et aussi sous de violentes rafales de vent qui emportait les guirlandes de fleurs qui ornaient les rues, Saint-Pol, a aujourd’hui inauguré le monument élevé aux morts de la grande guerre et reçu la croix de guerre consécration de sa vaillance devant l’ennemi.
*   *
Une messe solennelle
Dès 10 heures ¾, une messe solennelle du souvenir, à laquelle assistait, outre de nombreux fidèles, la municipalité toute entière, a été célébrée à l’église Saint-Paul, par M. le chanoine Bridoux, aveugle de guerre, professeur au collège Haffreingue, à Boulogne qui, dans une émouvante allocution a évoqué le souvenir des morts de la grande guerre de ceux qui, « pieusement sont morts pour la patrie ».
Son sujet fut : la mémoire d’un juste ne s’oublie pas.
Pendant la messe, un groupe de chanteurs amateurs, dirigés par M. Rigaux, maître de chapelle, a fait très artistiquement entendre Entrée Funèbre de Rigaux, le Credo de Dumont, Benedictus de Bazin, et l’Hymne aux morts de Victor Hugo.
A l’issue de la messe, le conseil municipal, les anciens combattants, les vétérans des armées de terre et de mer se sont rendus au cimetière militaire où M. Edmont, maire, Dupire, conseiller général et Bellenguez, président des anciens combattants, ont glorifié les morts.
*   *
La bénédiction du monument
Cependant que les autorités allaient au cimetière, le clergé ayant à sa tête l’archiprêtre Ancelin, doyen de Saint-Pol et M. le chanoine Bridoux, allait bénir le monument, devant lequel une cantate fut chantée par la maîtrise de l’orphelinat et les pensionnaires de l’institution Saint-Louis de Gonzague, M. l’archiprêtre Ancelin adressa un émouvant salut aux morts et les donna en exemple à la jeunesse.
A 1 heure, avec sa bonne grâce habituelle, M. Edmond Edmont, maire, entouré de la municipalité et des membres du conseil municipal a reçu  en l’une des salles de la mairie les autorités civiles et militaires, à qui il a offert un vin d’honneur après leur avoir souhaité la bienvenue.
*   *
Banquet
A l’issue de la réception, un banquet de 90 couverts a été offert, salle des fêtes de l’hôtel de ville.
A la table d’honneur avaient pris place, autour de M. Edmont, maire et ses adjoints, MM. Boudenoot, vice-président du Sénat, qui présidait la cérémonie, Farjon, sénateur maire de Boulogne, Bachelet, sénateur, Henri Marais, sous-préfet de Saint-Pol, Cardache, inspecteur principal de la compagnie du Nord, de nombreux conseillers généraux et d’arrondissement, des maires des communes, les représentants de la presse locale ainsi que régionale, M. Jouenneault, statuaire, auteur du monument.
Au dessert, M. Edmont, maire, remercia les convives de leur présence, puis M. Farjon, sénateur, évoque les souvenirs lointain où, à Saint-Pol, il reçut la consécration sénatoriale, il rappelle les affres de Saint-Pol durant la guerre et le bombardement et adresse aux anciens combattants le salut des parlementaires.
M. Boudenoot, président de la commission de l’armée, remercie également les convives, la ville de Saint-Pol et les représentants du gouvernement, les élus régionaux, rappelle les luttes électorales ardentes qui durent depuis 1885, et excuse M. Ribot, sénateur, qui avait promis d’assister à la fête mais qui, suivant un traitement, se trouve retenu en Auvergne.
*   *
Le monument
Au milieu du square, entouré d’arbres, s’élève le monument, dont le socle, tout en pierre de taille de forme demi cylindrique porte sur sa façade principale l’inscription : « La ville de Saint-Pol à ses glorieux morts pour la France 1914-1918 » et à l’arrière les noms des 205 Saint-Polois morts pour la France. En face le socle, une statue à l’attitude poignante et douloureuse, de fort bonne venue [on imagine que le journaliste voulait dire « de fort bonne tenue »]  : la ville de Saint-Pol, œuvre du statuaire Jouenneault, et sur le socle en bronze, plus que grandeur naturelle, représentant un poilu victorieux, foulant aux pieds les trophées allemands et qu’une victoire ailée couronne de lauriers, œuvre du même statuaire. Le socle est dû à M. Boutin, architecte, diplômé du gouvernement.
*   *
Les hommages aux morts
Les familles des morts prennent place dans une enceinte réservée, autour du monument, que des mains pieuses ont couvert de couronnes et de fleurs. Les autorités passent sous une double haie de drapeaux et gagnent la tribune érigée sur la droite.
Tambours et clairons sonnent le garde à vous, les musiques jouent la Marseillaise et la cérémonie commence.
Avec émotion, M. le maire évoque la mémoire de ceux qui ne sont plus et les glorifie, puis un ancien combattant faite l’appel des Morts.
M. Bellenguez, des anciens combattants, adresse un hommage aux morts et aux vivants de la cité Saint-Poloise, à l’armée et à nos grands poilus. Ils ont gagné la guerre, dit-il, il nous faut aujourd’hui gagner la paix.
M. Dupire, conseiller général, et M. Laly, des anciens combattants de 1870, rendent eux aussi hommages aux morts et glorifient leurs vertus militaires.
M. le sénateur Boudenoot, citant Périclès qui a écrit : la tombe des héros est l’univers entier, développe cette formule et établit la responsabilité de guerre de l’Allemagne et démontre ses tentatives actuelles auxquelles il voudrait pouvoir opposer la solidarité de tous les français pour la défense de notre patrimoine, car la non répression excite l’Allemagne à être plus agressive encore.
*   *
Remise de la croix de guerre
Voici que les tambours ouvrent le ban et que les musiques jouent la Marseillaise. Le général Huguenot, commandant la 2ème division d’infanterie, délégué du ministre de la Guerre, s’avance sur la tribune, l’épée nue à la main et l’abaisse successivement sur les épaules d’un aveugle de guerre, M. Olivier, professeur de philosophie au collège de Saint-Pol et lui donne une cordiale accolade en lui accrochant le ruban rouge sur la poitrine et en lui disant : « au nom du Président de la République, je vous fais chevalier de la Légion d’honneur ». L’instant est émouvant, la foule applaudie, des femmes, des mères, des veuves pleurent ; beaucoup pensent aux absents, à ceux qui ne sont plus. Le général remet ensuite la médaille militaire à quatre braves : MM. Bigant, Engrand, Liénard et Dupuis, puis, après lecture de la citation de la ville de Saint-Pol, il épingle sur un coussin de velours rouge aux armes Saint-Poloises, présenté par une fillette, la croix de guerre, en disant bien haut qu’elle est la légitime récompense du courage et de la foi en la victoire de ses habitants en 1918.
M. Lebey, secrétaire de mairie, présente alors le coussin à la foule qui applaudit.
Voici le tour de M. Causel, préfet du Pas-de-Calais, qui du haut de la tribune s’adresse à la foule et associe le gouvernement de la République, regrettant que des engagements antérieurs n’aient pas permis à un membre du gouvernement d’y venir prendre part.
M. Causel évoque les heures sombres de la Grande Guerre, en 1918, quand on craignait un instant que Saint-Pol devint la proie de l’ennemi, et dit qu’il faudra toujours s’en souvenir et se rappeler que les Allemands voulaient être les maîtres de la plus belle partie de notre pays, de Calais à Bâle.
*   *
Réjouissances
A 6 heures du soir, un concert fort artistique a été donné place du Marché-aux-Grains, par l’harmonie des mines de Marles, puis à dix heures, le square de la gare et le monument ont été magnifiquement illuminés et l’harmonie municipale a donné un concert sur le kiosque installé pour l’inauguration.




Les autres lieux de mémoire de la commune

     -  Nécropole nationale (rue des Granges. Lieu-dit Faubourg d'Arras. Superficie : 3966 m2)

     - Plaques commémoratives en l’honneur des Saint-Polois morts au combat durant la guerre de Crimée et celle de 1870

     -  Plaque aux cheminots morts pour la France (à la gare)

     -  Plaque aux 71 élèves et 6 maîtres morts pour la patrie (emplacement : au collège). Inaugurée le 14 octobre 1923.

     -  Saint-Pol British Cemetery. (près de 250 soldats tombés en 1914-1918 y reposent, ainsi que quelques soldats tombés au cours de la deuxième guerre mondiale) Durant la première guerre mondiale, Saint-Pol-sur-Ternoise est un centre administratif. Les troupes britanniques y relevèrent les troupes françaises en mars 1916. Du 1er juin 1916 au 1er juin 1919, un hôpital britannique y est installé (Stationary Hospital no12). Ce cimetière a été ouvert en mars 1918, quand l'extension du cimetière communal atteint sa capacité maximale. Durant la deuxième guerre mondiale, la 44e division cantonna dans les environs de Saint-Pol en soutien du 3e Corps britanniques.

     -  Saint-Pol Communal Cemetery Extension. Cette extension au cimetière Thuillier (qui a plus de 500 ans) a été ouverte par la 10e armée française. Il fut utilisé de mars 1916 à avril 1918, les britanniques y enterrent leurs morts. Près de 200 corps y reposent.

     -  Saint-Pol War Cemetery. 59 soldats (dont 47 britanniques) tombés au cours de la deuxième guerre mondiale y reposent.




Sources :
- Mairie de Saint-Pol-sur-Ternoise
- Commonwealth war graves commission
- Pour la plaque au collège :
journal le Télégramme de Pas-de-Calais du 16 octobre 1923
- Photographies : le premier monument aux morts (collection particulière de Paul-André Trollé), le monument aux morts actuel (photographie de Paul-André Trollé), avec mes remerciements
- Pour les morts en Afrique du Nord : Louis Mortreux, les héros de l'oubli, 1952-1962, hommage aux militaires du département du Pas-de-Calais morts au champ d'honneur en Algérie-Tunisie-Maroc
- Site Internet Mémoires des Hommes (fichier des morts pour la France)
- Arch. dép. du Pas-de-Calais, 1 W 23332, 49528-49530, 49545-49546






S'il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources


Saint-Pol-sur-Ternoise
Liste consolidée
DRECQ Jean-Léon-François, né le 15/03/1914 à Saint-Pol-sur-Ternoise, représentant de commerce en automobile, domicilié à Saint-Pol-sur-Ternoise rue Roger Salengro, décédé le 16/03/1945 à l’hôpital de Bochum (Allemagne) des suites de mauvais traitements subis durant se déportation. Témoignage d’Henry Dujardin, déporté ayant connu Jean Drecq : « le 10 mars 1945 il fut admis à l’hôpital de la prison. Il venait du Lager West de Langdrinksen. On lui découvrit une tuberculose pulmonaire ouverte au 3e degré »

Victimes civiles des bombardements aériens des 4 et 7 septembre 1943, des 15, 22 et 24 juin 1944 :

ANTIGNAC Julie
ALEXANDRE Noémie née le 18/05/1868 à Croisette, épouse Turpin, décédée le 04/09/1943 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien allié
BOCQUET Rose
BONNIER Oscar
BONNIER Auguste
BRASSEUR Augustin-Ernest, né le 15/03/1907 à Saint-Pol-sur-Ternoise, mort le 15/06/1944 à Saint-Pol-sur-Ternoise, à son domicile, au cours d’un bombardement aérien [mention MPF accordée le 19/11/1956]
BRASSEUR Ernest
BERLINGUEZ Léon
BOCQUILLON Augustin
BRASSEUR Raymond
CHATTEL épouse LESIEUX Marie-Louise, née le 15/04/1912 à Saint-Pol-sur-Ternoise, décédée le 07/09/1943 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien
DEMONCHY arlette
DUPLOUY Lucien
DERUELLE Isabelle
DELBRAYELLE Marie
DUCROQUET Marthe
ENGRAND Camille-Cléomyre-Placide-Joseph, né le 05/05/1921 à Pierremont, décédé le 07/09/1943 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien
FINET André
FLEURY Marcel
FRANCOIS Adeline
GHISSE Suzanne-Amélie-Pauline-Antoinette, née le 14/02/1922 à Hellemmes, décédée le 07/09/1943 à Saint-Pol-sur-Ternoise, au cours d’un bombardement aérien
GRUET Pierre, né le 11/09/1937 à Saint-Pol-sur-Ternoise, décédé le 07/09/1943 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien [mention MPF accordée le 30/05/1961]
GRUET Primerose, né le 08/11/1942 à Saint-Michel-sur-Ternoise, décédé le 07/09/1943 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement [mention MPF accordée le 30/05/1961]
GALLET Georges
HURE Marie
HERMAN Emile
LEFEBVRE Romain
LESIEUX Jacques-Mercel-Charles, né le 30/11/1934 à Saint-Pol-sur-Ternoise, domicilié à Saint-Pol, décédé le 07/09/1943 à Saint-Pol au cours d’un bombardement aérien
LEFEBVRE Alicie
LAFFONT Marie-Rose
LAFFONT Marguerite
MALOU Marie-Jeanne
MILLE georges
MONTIGNY Edouard
NIZART Joseph
PREVOST Robert –Léonce-Ernest, né le 09/06/1906 à Saint-Pol-sur-Ternoise, domicilié à Paris rue de la Coutellerie, décédé le 07/09/1943 à Saint-Pol au cours d’un bombardement aérien
PREVOST Albert
POTRIQUET Juliette
QUIDE Maxime
RAVEY Georges
SALOMEZ Eugène
SEURON Arrthur
PRUVOST Aglaé
THERY Angèle
RAISON Maria
RIMBAULT Georges
THIBAUT andré
THERET Angèle
THOREZ Aimé
TOUSSAERT Jean-Baptiste  4-9-1943, né le 15/11/1898 à Ecoivres, domicilié à Ecoivres, décédé le 04/09/1943 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien
THERET Henri
THIRE Cornélie

Et aussi :
CLARISSE Jeann-Marie, née le 24/06/1908 à Orchies, demeurant à Quesnoy-sur-Deûle, décédée le 21/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien allemand
CLARISSE Gabriel-Marie-Noël, né le 24/12/1933 à Quesnoy-sur-Deule, décédé le 21/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien allemand
CLARISSE Jean-Claude-Emile-Désiré, né le 22/04/1938 à Quesnoy-sur-Deule, décédé le 21/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien allemand
COONE née VOLT Jeanne-Marie-Antoinette, née le 31/10/1906 à Mouvaux (Nord), décédée le 21/05/1940 au cours d’un bombardement aérien
COONE Paul-Charles, né le 21/03/1939à Tourcoing, décédé le 21/05/1940 au cours d’un bombardement aérien
VOLT née FRETIN Blanche-Céline, née le 11/11/1882 à Deulemont (Nord), décédée le 21/05/1940 au cours d’un bombardement aérien
COONE Jeanne-Zoé, née le 04/10/1931 à Tourcoing, décédée le 21/05/1940 au cours d’un bombardement aérien
Veuve VAUDEVOIR née MONTET, née le 28/02/1865 à Condé-sur-Escaut, décédée le 21/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien
PREUX Jean, domicilié à Roubaix, décédé le 21/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours du bombardement aérien de La Foret
CARTON née RUCKEBUSCH Valentine-Valérie-Marie, née le 03/09/1898 à Bailleul (Nord), domiciliée à Lille 59 rue de Cronstdadt, décédée le 29/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise, au cours du bombardement aérien de la ferme de la Forêt
RUYER Adolphe, né le 22/03/1889 à Denain, domicilié à Denain, décédé le 01/06/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise sur la voie publique à proximité de la gare
DESCAMPS Gustave, né le 21/02/1897 à Wihéries (Belgique), domicilié à Wihéries, décédé le 02/06/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise, tué par balles de mitrailleuse [il était de nationalité belge]
DESTREBECQ Marie-Juliette, née le 07/12/1878 à Frasmes, domiciliée à Valenciennes, décédée le 04/07/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise des suites de blessures par éclats de bombe [elle était de nationalité belge]
DICLENS Alphonse, né le 23/10/1912 à Bésel (Belgique), domicilié à Bésel (Belgique), décédé le 31/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise des suites de blessures [il était de nationalité belge]
ELLE Anna, née le 04/02/1915 à Tournai (Belgique), domiciliée à Tournai, décédée le 13/06/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement [AD62, 1 W 49545 : dossier refusé d’attribution mention mort pour la France, mention refusée car elle était de nationalité belge]
GRULOIS Alodie, née le 18/02/1892 à Froidmont (Belgique), domiciliée à Froidmont, décédée le 30/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise, des suites de blessures reçues au cours du bombardement aérien du 21 mai [elle était de nationalité belge]
JAMBOR Jean, décédé le 07/09/1943 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien [il était de nationalité belge]
LODDERS Marie épouse VANHOREBECK, née le 18/04/1880 à Louvain (Belgique), domiciliée à Louvain, décédée le 06/06/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien [elle était de nationalité belge]
NAGELS Léon-Eugène-Marie, né le 07/04/1876 à Mortsel (Belgique), domicilié à Anvers, décédé le 27/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d‘un bombardement aérien [il était de nationalité belge]
RIMBERT Adolphine veuve CUTSEM Victor, née le 14/07/1903à Waterloo (Belgique), domiciliée à Braine l’Allend, décédée le 10/06/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien [elle était de nationalité belge] 
SERVAIS Jules, domicilié à Liège (Belgique), décédé le 21/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien sur la forêt [il était de nationalité belge] 
VRANKEN Maria-Dorothée-Blanche, née le 21/04/1895 à Neerwinden (Belgique), domiciliée à Overhespen, décédée le 21/05/1940 à Saint-Pol-sur-Ternoise au cours d’un bombardement aérien [elle était de nationalité belge] 

Théâtre d'opérations extérieures :
BERNARD Emile (capitaine, Indochine)
CORNE Marcel
LAUMI Michel
MALIET André
WALLE Fernand (Maréchal des Logis,  Indochine)
LELEU Maurice (2e classe, Indochine)
HECQUET Edmond, conducteur de 1ère classe à la 709e compagnie mixte essences, mort dans la nuit du 8 au 9 juillet 1958 à Oued El Alleuj, département d’Alger
CUEGNIET Léon, chasseur au 16e BCP, décédé des suites de blessures reçues au cours de l’explosion d’une caisse de munition le 21/05/1959 à la caserne Turenne à Arras les autres victimes ce jour là : Jean Copin et Claude Roger
GERMAIN Maurice-Ernest-Henri, né le 5 juillet 1924, sergent chef au 11e bataillon de tirailleurs algériens, mort pour la France le 12 décembre 1955 (Algérie)
GOURNAY Jean-Pierre, né le 5 septembre 1943, mort le 21 février 1963 [pas vu sur mémoires des hommes]