Retour
MÉMOIRES DE PIERRE

SAULTY

               Population en 1911 : 702
               Militaires morts en 1914-1918 : 22 (3,1 %)


Monument aux morts

Texte de l'épitaphe :
Saulty reconnaissant à ses enfants
Pour la liberté
ils ont donné leur vie
Souvenons nous

 

Date d'inauguration : dimanche 18 juin 1922

Sur une plaque au pied du monument : "Combattants de toutes les guerres, Associations adultes et jeunes, Restons unis pour honorer nos morts"

Monument aux morts de Saulty

Voici comment Le Courrier du Pas-de-Calais du mercredi 21 juin 1922 rapporte l'inauguration du monument aux morts de Saulty

Dimanche 18 juin, ainsi que nous l’avons relaté brièvement, a eu lieu la cérémonie d’inauguration du monument élevé à la mémoire des soldats du pays, morts pour la France.
Dans la matinée, toute la population est à l’œuvre pour l’érection de magnifiques et nombreux arcs de triomphe et pour la décoration des maisons et des rues que doit suivre le cortège. Puis, la messe célébrée à l’intention des victimes de la guerre, réunit une première fois la population de la paroisse.
*   *
*
Mais c’est l’après-midi qu’a eu lieu l’inauguration officielle et la bénédiction du monument. Bien avant l’heure fixée, les rues se remplissent de monde. Toute la région semble s’être donnée rendez-vous à cette manifestation patriotique. Les autorités invitées à présider la cérémonie se réunissent au domicile de M. Vaillant, maire de Saulty, car c’est de là que le cortège doit partir. Voici Mgr Julien, évêque d’Arras, dont la bonne grâce coutumière met à l’aise tous ceux qui l’approchent. Sa Grandeur est accompagnée de M. le vicaire général Hoguet. Puis arrive M. Bertin-Ledoux, secrétaire général de la préfecture, qui a fait un tour de force pour venir de Niort , où il assistait la veille au congrès national de la mutualité agricole et représenter ici M. le préfet du Pas-de-Calais. Il est accompagné de M. Gerbore, vice-président du conseil de préfecture, M. le colonel du 3e Génie, venu d’Arras pour venir représenter M. le général de division Huguenot ; M. Amédée Petit, conseiller général et M. Bouillet, conseiller d’arrondissement du canton d’Avesnes-le-Comte ; M. l’abbé Carpentier, doyen d’Avesnes-le-Comte, représentant le clergé du doyenné ; M. l’abbé Deneuville, enfant du pays, etc… le cortège se met en marche aux accents de la Marseillaise, exécutée par la jeune musique de Saulty qui, pour ses débuts, mérite tous nos compliments. C’est un magnifique défilé de groupes et de sociétés. Ce sont des cavaliers dont le gracieux uniforme évoque les soldats de l’Empire, et des boys-scouts à bicyclette, ce sont les jeunes filles qui, dans leurs jolis et frais costumes, remplissent dignement leur rôle. Une mention spéciale est due aux petits poilus et marsouins, qui ont déjà quelque chose de la discipline militaire. Ce sont toutes les sociétés de sapeurs-pompiers et d’anciens combattants venus s’unir à leurs camarades de Saulty pour rendre les honneurs aux glorieux morts de la guerre. Sans prétendre citer chacune des sociétés, nous dirons que le groupe des sapeurs-pompiers d’Arras fut particulièrement remarqué pour sa belle allure et l’entrain de ses trompettes.
Pendant que les drapeaux des sociétés se groupent au pied du monument, la foule se masse, sur la place et les routes qui avoisinent.
Les autorités montent à la tribune, dressée en face du monument. Nous sommes à l’instant solennel de l’appel de ceux, dont le nom est là, gravé sur le marbre. A chaque nom retentit la même lugubre et glorieuse réponse : « Mort pour la France ! » cependant que des palmes sont déposées au pied du monument et que plus d’une mère et d’une veuve laissent couler leurs larmes…
*   *
*
Puis, tour à tour, prennent la parole M. Bertin-Ledoux, représentant M. le préfet, M. Bouillet, M. Petit et M. le maire de Saulty. Chacun, avec le talent qui le distingue, s’applique à rendre aux morts qui sont les héros du jour, le tribut d’honneur et de gratitude qui leur est dû ; ils rendent hommage à la population de Saulty, ils invitent tous les assistants à faire leur profit des leçons de la grande guerre, à se grouper de plus en plus dans la concorde, l’union, la fraternité nationale, afin que ne soit perdu aucun fruit du sacrifice des morts et que la victoire de la paix soit gagnée par nous  comme la victoire de la guerre a été gagnée par eux. Il est juste d’ajouter que M. le maire de Saulty a tenu, au nom de sa commune, à dire un merci bien mérité à M. et Mme Moncomble [Président du Souvenir Français] pour leur dévouement et leur générosité sans limite, soit dans l’acquisition du monument, soit dans l’organisation de la cérémonie du jour.
Mgr l’Evêque, en ornements pontificaux, s’avance à son tour. Avant de bénir le monument, sa Grandeur ajoute aux accents patriotiques qui viennent de retentir, la note religieuse. Avec autant d’aisance que de finesse, Monseigneur s’inspire de l’idée géniale qui a guidé l’auteur du monument. Le soldat, gisant au champ d’honneur, reçoit la couronne de la France personnifiée par une femme, dont l’attitude et les traits symbolisent si bien la mère-patrie. Le groupe est dominé par une croix, dont la vue sera toujours, pour les parents des victimes de la guerre, une source de réconfort, en leur donnant l’espérance du revoir dans l’autre monde, et pour les passants, un souvenir du sacrifice suprême accompli par nos héros de la guerre qui se sont, à leur manière, identifiés à la Divine victime du Calvaire…
Mgr l’Evêque procède à la bénédiction solennelle du monument. L’hymne national est joué une dernière fois par la musique. Et pendant que les autorités civiles se rendent à la mairie, Mgr l’Evêque distribue ses paternelles bénédictions à tous ceux qui se pressent sur son passage. Que les habitants de Saulty soient fiers de leur monument ! Œuvre de maître, en marbre de Carrare, érigée sur une propriété privée, en bordure de la route, il perpétuera la mémoire des enfants du pays morts à la grande guerre.


Les figures du monument aux morts de Saulty

Liste des noms inscrits au monument aux morts de Saulty :

1914
DAMBRINE Désiré (adjudant, Aisne)
CHOQUET Emile (Marne)

1915
VAILLANT Ferdinand (Marne)
GOUDMAND Fernand (caporal, Champagne)
DESCHODT Lucien (caporal, Artois)
LIEVRE Emile (Verdun)
MAQUERON Emile (Marne)
LEU Nestor (Meuse)
COOL Achille (Yser)
DINGREVILLE Zéphir (Artois)

1916
COOL Oscar (Yser)
LECLERCQ Léopold (Somme)
LEMAITRE Elie (Verdun)
1917
DAMBREVILLE Gaston (Champagne)
LECLERCQ Jules (Champagne)
LECLERCQ Misael (Verdun)
MARIEL Léon (Belgique)

1918
VITRY Léonce (Aisne)
CUVILLIEZ Jean (major, Serbie)
CARON Léonce (Belgique)
DEBUIRE Pierre (Maréchal des Logis, Belgique)

1939-1945
BRIDOUX Désiré (sergent chef, Nord)
FLAJOLET Gustave (Artois)

Les autres lieux de mémoire de la commune

- Plaque du Souvenir Français.

                                                   Localisation : sur un mur extérieur de l'église

                                                   Texte de l'épitaphe : 

Aux enfants de Saulty morts pour la patrie
A nous le souvenir, à eux l'immortalité
Le souvenir Français

                                                   Date de l'inauguration : 20 octobre 1907



Bruno BETTREMIEUX (capitaine infanterie, Sainte-Euphémie, Calabre, 1806)
Jean BOUTTEMY (Fusilier, 60e infanterie, Venise, 1807)
Louis GOUDEMANT (Grenadier, 24e de ligne, Mayence, 1808)
Jean BOSSU (Soldat au 9e régiment de dragons, Espagne, 1808)
Pierre LEDRU (Caporal, 50e de ligne, Salamanque, 1810)
Antoine LANTOINE (chasseur au 25e d'infanterie, Predratata, Espagne, 1811)
Jean DESAILLY (Fusilier, 34e d'infanterie, Arrosa Montinos près Séville, 1811)
Pierre BRIOIS (Sergent, 51e de ligne, Quimper, 1830)
Hippolyte ROUTIER (Chasseur au 4e régiment d'Afrique, Bone, 1840)
Théodore TRUFFIER (Soldat pionnier d'Afrique, Cherchell, 1842)
François CARON (Soldat aux Invalides, Hôtel des Invalides, 1867)
Hélie HAULTCOEUR (Soldat blessé à Sedan, Reims, 1870)
Léon COQUEL (Soldat au 81e de ligne, 1870)
Alfred LETURGEZ (Mobile de Pas-de-Calais, Havre, 1871)
Albéric LEBAS (Canonnier 13e d'artillerie, Haï-Phong, Tonkin 1885)
Saulty, plaque du souvenir français

- Saulty Communal Cemetery. Dans le cimetière, 3 tombes de soldats britanniques.

- Warlincourt Halte British Cemetery (Chemin de Gaudiempré, lieu-dit Couture de Saternaut, superficie : 5445 m2). Cimetière utilisé de juin 1916 à mai 1917 par les 20e et 43e Casualty Clearing Stations, puis en février 1917 par le 1/1 South Midland, et d'avril à juin 1917 par la 32e. Puis le cimetière fut de nouveau utilisé de mai à juin 1918. Après la guerre, on y regroupa des petits cimetières des alentours. Contient près de 1260 tombes du commonwealth, 29 tombes d'Allemands et 2 Français. Cimetière aménagé par Charles Holden.



Sources :
-
Photographies du Webmestre
- Commonwealth War Graves Commission
- Site internet Mémoires des Hommes (fichier des morts pour la France)






Si il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources



Saulty
Liste consolidée
1914
DAMBRINE Désiré (adjudant, Aisne) (Est-ce Edmond-Joseph-Désiré ? Né le 16/10/1884 à Couturelle. Adjudant au 33e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 30/08/1914 à Saint-Richaumont (Aisne), tué à l’ennemi)[transcription de l’acte à Arras le 22/03/1919]

CHOQUET Emile (Marne) (Emile-François-Joseph. Né le 16/03/1889 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 128e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 13/09/1914 à Maurupt le Montois (Marne), tué à l’ennemi)[domicilié à Warluzel]

1915
VAILLANT Ferdinand (Marne) (Ferdinand-François-Joseph. Né le 04/10/1893 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 33e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 16/02/1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)[meunier, célibataire. Fils de Louis Vaillant (né en 1851 à Bailleulval ; ouvrier agricole chez Goudemand) et Flore BAILLET (née en 1863 à Saulty)]

GOUDMAND Fernand (caporal, Champagne) (Fernand-Emile-Joseph. Né le 04/07/1882 à Saulty. Caporal au 33e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 19/02/1915 à Mesnil-les-Hurlus (Marne), tué à l’ennemi)[cultivateur, marié à Sophie LEGRAND. Fils de Frédéric-François-Joseph (né en 1838 à Saulty) et Sophie HAULTCOEUR (née en 1850 à Saulty)]

DESCHODT Lucien (caporal, Artois) (Est-ce Lucien-Léon ? Né le 31/05/1884 à Lille (Nord). Caporal au 5e régiment d’infanterie territoriale. Mort pour la France le 21/03/1915 à Wimereux (Pas-de-Calais), blessures, fracture de la colonne vertébrale)[dernier domicile à Boyelles]

LIEVRE Emile (Verdun) (Emile-Auguste-François. Né le 22/05/1882 à Couturelle. Soldat de 2ème classe au 33e régiment d’infanterie 2e compagnie. Mort pour la France le 14/04/1915 à l’hôpital militaire de Verdun (Meuse), à 4h30, blessures)

MACQUERON Emile (Marne) (Emile-Victor-Louis. Né le 07/06/1886 à Avesnes-le-Comte. Soldat de 2ème classe au 233e régiment d’infanterie 6e bataillon, 23e compagnie. Mort pour la France le 11/05/1915 à Louvois (Marne), à 2h du matin, blessures)

LEU Nestor (Meuse) (Nestor-Elie-Edmond. Né le 03/10/1895 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 9e bataillon de chasseurs à pied. Mort pour la France entre le 21/06 et le 24/06/1915 à la tranchée de Calonne (Meuse), disparu)[célibataire. Fils de Elie (né en 1864 à La Herlière) et Marie BOCQUET (née en 1862 à Saulty). Ouvrier agricole chez M. Dupent. Ses frères et sœurs : Robert (1891, ouvrier agricole), Elie (1893, chocolatier), Arsène (1897, ouvrier agricole), Amédée (1899), Germain (1902), Edmond (1904), Germaine (1907)]

COOL Achille (Yser) [né en 1894 en Belgique. Fils de Charles (né en 1859 à Aertricke, Belgique) et Van Colota (né en 1858 à Ichtegem, Belgique)]

DINGREVILLE Zéphir (Artois) (Zéphir-Théodore-François-Frédéric. Né le 01/07/1884 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 50e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 12/09/1915 à Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais), tué à l’ennemi) [Fils de Léon (né en 1853 à Humbercourt) et Augustine (née en 1864 à Saulty. Ouvrier agricole. Ses frères et sœurs : Aline (1882), Aurélie (1897), Rose (1899), Suzanne (1900), Louis (1902)]

1916
COOL Oscar (Yser) [né en 1891 en Belgique. Fils de Charles (né en 1859 à Aertricke, Belgique) et Van Colota (né en 1858 à Ichtegem, Belgique)]

LECLERCQ Léopold (Somme) (Léopold-Joseph. Né le 20/07/1875 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 18e régiment d’infanterie territoriale, 1er bataillon, 4e compagnie. Mort pour la France le 24/10/1916 à Belloy-en-Santerre (Somme), à 5h, blessures)[célibataire, journalier]

LEMAITRE Elie (Verdun) (Elie-Henri-Joseph-Marie. Né le 25/02/1883 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 55e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 15/12/1916 près de Verdun (Meuse), blessures)[LEMAITRE Elie-Fleury-Joseph. 55e RI, 9e compagnie]

1917
DAMBREVILLE Gaston (Champagne) (Gaston-Eugène. Né le 13/08/1889 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 1er bataillon de marche d’infanterie légère d’Afrique, venu du 12e hussards. Mort pour la France le 17/04/1917 au Mont Cornillet (Marne), tué à l’ennemi)[fils de Jules et Laure SOYE]

LECLERCQ Jules (Champagne) (Jules-Gaston-Joseph. Né le 24/01/1896 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 56e régiment d’infanterie 3e compagnie. Mort pour la France le 04/05/1917 (Marne), à 10h, blessures)

LECLERCQ Misaël (Verdun) (Nisoël-Alfred-Joseph. Né le 09/04/1896 à Saulty. Soldat de 2ème classe au 12e régiment d’infanterie 3e compagnie. Mort pour la France le 21/08/1917 à Senoncourt (Meuse), blessures)[Misaël-Alfred-Joseph. fils de Léopold-Joseph (né en 1852 à Saulty ; marneur de profession) et Sidonie MASSON (née en 1856 à Saulty). Ses frères et sœurs : Gaston (1875), Louis (1879), Léonie (1891), Gabriel (1895)]

MARIEL Léon (Belgique) (Léon-Alfred. Né le 12/02/1894 à Saulty. 2e canonnier conducteur au 101e régiment d’artillerie lourde 1ère batterie. Mort pour la France le 04/09/1917 au nord de Zuydcoote (Belgique), à 21h, tué à l’ennemi par éclatement d’un projectile ennemi)[Fils d’Alfred et Clémence ? LETURGEZ]

1918
VITRY Léonce (Aisne) (Est-ce Léonce-Edouard ? Né le 18/08/1883 à Hénu. Soldat de 2ème classe au 208e régiment d’infanterie. Mort pour la France le 25/07/1918 (Aisne), tué à l’ennemi)[transcription de l’acte à Achicourt le 24/11/1919]

CUVILLIEZ Jean (major, Serbie) (Jean-Maurice-Ulmar. Né le 03/08/1892 à Saulty. Médecin aide major de 1ère classe au 35e régiment d’infanterie coloniale. Mort pour la France le 25/09/1918 entre les villages de Névosélani et Sarandinovo (Serbie), à 15h10, tué à l’ennemi)[titulaire de la croix de guerre. Fils de Ulmar (né en 1869 à Saulty ; propriétaire exploitant) et de Blanche HOUCHOIR (née en 1870 à Bavincourt)]

CARON Léon (Belgique)[Léon-Ferdinand. Né le 11/09/1872 à Saulty. Soldat de 1ère classe au 93e régiment d’infanterie territoriale, 5e bataillon, 17e compagnie. Fils de Nicolas-Joseph et Léocadie RAVAUX. Marié à THAON Céline. Mort pour la France le 12/10/1918 à 7h, à Gravelines]

DEBUIRE Pierre (Maréchal des Logis, Belgique)[Pierre-Numa-Augustin-Joseph. Né le . Maréchal des logis au 1er régiment d’artillerie à pied. Mort pour la France le 10/11/1918 à l’ambulance 1/64 à Roulers (Belgique), à 16h, maladie (grippe). Fils d’Augustin et Louise MARTIN]

Non inscrits sur le monument : ROGER Paul-Jules. Né le 21/05/1897 à Bucquoy. Caporal au 43e régiment d’infanterie, 7e compagnie. Mort pour la France le 03/05/1918 à Pérennes (Oise), à 11h, blessures)

1939-1945
BRIDOUX Désiré (sergent chef, Nord)
FLAJOLET Gustave (Artois)