Retour
MÉMOIRES DE PIERRES


AIX-NOULETTE



Monument du 158e RI


Localisation : A proximité de la tranchée des Saules. Au bord de la Route nationale

Conflit commémoré : 1914-1918

Financement : par souscription

Date d'inauguration : Dimanche 14 août 1938

Texte de la dédicace :

A la gloire du 158e RI
le régiment de Lorette
Ce monument a été élevé par las
survivants du 158e RI
à la mémoire des morts du secteur de Lorette
Souvenir de leurs camarades
tombés sur es divers champs de bataille en 1914-1918



Quelques notes d'histoire :
158e RI appelé aussi Régiment de Lorette. Durant l’inauguration, M. DROUAT (de Lyon), président du comité d’érection déclara dans son discours que 4.662 officiers et 10.000 soldats du 158e étaient tombés pendant la guerre. Il conclut ainsi son discours : "Les habitants de ce pays savent que, pendant 14 mois, le 158e R.I. s'est battu pour défendre leur toit de l'invasion. Ils viendront se recueillir devant cette pierre et y déposeront des bouquets de fleurs des champs, cueillis dans cette campagne où tant de nous sont tombés".


monument 158e RI
Photo prise en 2004. On remarque que la partie supérieure
du monument est endommagée.


Dans son édition du 14 août 1938, Le Journal de Lens rapporte le contexte de création du monument :

C’est sous le haut patronage de M. Edouard Herriot, président de la Chambre des Députés et maire de Lyon, qu’aura lieu cette cérémonie
Pendant la guerre, le 158e régiment d’infanterie, composé en grande partie de Lyonnais et de Vosgiens, participa aux multiples combats qui se déroulèrent sur le plateau de Lorette et dans les bois environnants. Nombreux furent ces soldats qui tombèrent sur cette terre d’Artois au renom si tragique.
Les survivants tinrent à revoir, l’année dernière, ces endroits où ils avaient tant souffert. Une centaine d’entre eux se mirent en relation avec les anciens combattants d’Aix-Noulette et un voyage fut organisé. Les anciens du 158e purent se recueillir avec émotion devant l’ossuaire de Lorette où reposent les restes de leurs compagnons. La tranchée des Saules, où ils se battirent avec acharnement eut aussi leur visite.
Et c’est de ce voyage, de ce pèlerinage pourrait-on dire, que naquit l’idée d’élever à proximité de ce qui fut la tranchée des Saules, un monument à la mémoire des morts du 158e RI.
Un comité se forma. Il eut comme président d’honneur, MM. le général Mignot et le général Guédeney, ayant commandé le 158e, le premier à Lorette en 1915, le second dans la Somme en 1916.
Son comité actif était ainsi composé : Président, M. Drouat, vice-président de l’amicale de Lyon ; vice-président : MM. Puech, Arnaud, Milhomme, Schwob, Fréminet, présidents des amicales de Paris, Lyon, Grenoble, Epinal et des Hautes-Vosges.
M. Collier assura les fonctions de secrétaire général, et M. Lacroix, celles de trésorier.
Ce comité sollicita et obtint le haut patronage de M. Edouard Herriot, président de la Cambre des Députés, maire de Lyon, qui marqua ainsi sa sympathie envers les familles des Lyonnais du 158e décédés en Artois.
Une souscription fut ouverte et c’est avec les fonds recueillis que fut érigé un monument qu’on inaugurera demain dimanche 14 août.
*   *
A Aix-Noulette
L’initiative du comité lyonnais avait rencontré dans la commune d’Aix-Noulette et dans celles environnantes un excellent accueil.
M. Brasme, maire d’Aix-Noulette, et le conseil municipal prirent la présidence d’un comité d’honneur chargé d’assurer les détails de l’inauguration. Ce comité a comme président : M. Leroy Maurice, président des anciens combattants ; comme vice-président, M. Adolphe Tabary ; comme secrétaire, M. Léon Grosjean, et comme trésorier, M. Maxime Lacroix, secrétaire de mairie.
Il ouvrit lui aussi une souscription destinée à couvrir les frais de réception des anciens du 158e et de l’inauguration.
Cette souscription (15000 billets à 1 franc) est presque couverte.
(…)
*   *
Le monument
Le monument élevé sur la route nationale de Béthune à Arras entre Aix-Noulette et Souchez, au pied du plateau de Lorette, est discret comme il convenait pour commémorer tant d’humbles sacrifices. C’est une stèle sur laquelle les passants pourront lire :
A la gloire du 158e RI, le Régiment de Lorette
Ce monument a été élevé à la mémoire des morts du secteur des Saules, Grand Eperon, Tranchée des Saules, Fond de Buval, Bois en Hache, et en souvenir de leurs camarades tombés sur les divers champs de bataille en 1914-1918.




A proximité du monument :

Ici est tombé glorieusement
le 26 mai 1915
Jean R. Léon*
à l'âge de 22 ans
sous-lieutenant
au 28e régiment d'infanterie
chevalier de la Légion d'honneur
croix de guerre


Installée à l'origine sur un terrain concédé par la Compagnie des mines de Liévin, la stèle a dû être déplacée lors du remembrement des terrains de la commune (imposé notamment par la construction de l'autoroute), lieu-dit le Goguez.
Jean-Adolphe LEON est né le 19 avril 1893 à Paris. Bachelier en droit (1912), Croix de guerre avec étoile d'or, Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume. Citation à l'ordre de la division :
"A entraîné très énergiquement sa section à l'assaut des tranchées ennemies et a été blessé mortellement à quelques mètres du but"
Jean-Adolphe Léon

* Le monument indique bien Jean R. Léon, alors qu'il s'agit de Jean-Adolphe Léon. Une anomalie non expliquée à ce jour.






stèle Jean Léon



Sources :
- Le Combattant du Pas-de-Calais, août-septembre 1938 (archives départementales du Pas-de-Calais, G220/2)
- Pour la stèle à Jean-Adolphe LEON, remerciement à Vincent Le Calvez pour la biographie et la photographie. Son site : http://vlecalvez.free.fr/


Si il vous plaît d'utiliser les informations de ce site pour un usage quelconque, merci de faire mention de vos sources